Lire l'Article

Le “Metallic KO” des Stooges ressort en version chaotique

La France bombe aujourd’hui fièrement le torse avec sa scène rock , mais il fut un temps où elle devait plutôt faire profil bas. Qui l’eut cru, c’est pourtant en France que redémarra la légende d’un jeune chanteur talentueux mais totalement incompris du grand public : Iggy Pop. Quarante-quatre ans plus tard, il ressort en version XXL, soit 7 Cds célébrant une certaine mort du rock.
Lire l'Article
Lire l'Article

Conny Frischauf, du rock choucroute sans se prendre les pieds dans la saucisse

Quand il est question de krautrock, on a pour habitude de penser à de vieux mâles anciens terroristes de l’Allemagne de l’est et emmurés dans de sombres blockhaus sans urinoirs pour accoucher d’albums hésitant entre le bruit d’un tank Panzer et les sonorités mélodiques d’une Kalachnikov. Il arrive aussi parfois qu’une Autrichienne vienne un peu foutre le bordel dans cette théorie du genre avec un album beaucoup plus harmonieux, et où l’étrange a malgré tout droit de cité. C’est le cas du « Drift » de Conny Frischauf.
Lire l'Article
Lire l'Article

Où étiez-vous quand Kid Cudi se coupait les veines ?

Princesse Mononoké avait tort : l’équilibre du monde ne devait rien au Dieu Cerf mais à Kobe Bryant. Tout s’est très vite enchaîné après sa disparition : un type a goûté un pangolin, le VIP Room a mis la clé sous la porte (pardon, ça c’est une bonne nouvelle), Squeezie a été nommé révélation francophone de l’année aux NRJ Music Awards et les boites de 20 nuggets à 6€ ont disparu du Mcdo’ République sur Uber Eats m’obligeant à commander des Royal Cheese. Ah oui, et Kid Cudi a sorti un nouvel album, “Man on the moon 3”, dont il est question ci-dessous. Enfin, pas vraiment. Disons que c’est plus compliqué que ça.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Black metal et italo-disco sataniste : Pharaoh Overlord veut passer tout 2020 au lance-flamme

Rarement, dans l’histoire de la musique classable par genres ou lettres alphabétiques, un groupe aura fait autant tomber de perruques d’historiens, tous plaqués en position fœtal en écoutant le nouvel album de ces Finlandais qui ne semblent reculer devant rien, ni Satan, ni le ridicule. Quelque part entre l’apocalypse synthétique de Saint-Jean et la B.O. d’un film de guerre de Francis Ford Coppola où des soldats en doudoune noir bombarderaient l’Italie des années 80 avec des disques de Mayhem, « 6 » sonne comme une rocambolesque torgnole.
Lire l'Article
Lire l'Article

Et si le meilleur album de 2020, c’était un album qui n’existe pas ?

Sur l’aire de l’autoroute de l’information, un Belge semble avoir tout compris à la frénésie qui contamine peu à peu tous les pans de l’industrie musicale et pousse chacun, signé ou pas, à s’engouffrer dans le piège de la musique non-stop sous forme de single YouTube. Sous le nom d’artiste sans oeuvre Chien Chiant, cet homme originaire de Liège a décidé de mettre un bouchon sur le robinet en devenant le premier musicien de 2020 à n’avoir rien à vendre, ni rien à faire écouter. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Validé par Brian Eno, Loma le très rêveur “Don’t shy away”

Quand le duo Cross Record rencontre Jonathan Meiburg de Shearwater, ça donne Loma. Signé chez Sub Pop, Loma vous emporte dans une autre dimension, quelque part à la frontière du monde des vivants et du monde des esprits. Entre magie et mysticisme, ils nous laissent regarder le monde d’un peu plus haut et nous relient à l’univers.
Lire l'Article
Lire l'Article

Philippe Katerine : le discorama

Sortie à la rentrée sans grand tapage, la première biographie de Philippe Katerine (en trente ans de carrière) tâche d’éclaircir une trajectoire qui ne ressemble à rien de connu. Alors que tout le monde se l’arrache depuis son sacre aux Césars (2019) et aux Victoires de la Merdouille, la question demeure pourtant : qui a-t-on salué au juste ? Le pitre attachant ou l’artiste imprévisible ? L’homme ou le personnage ? Pour comprendre qui est Katerine, il ne suffit pas de le voir à la télé ou sur grand écran : il faut écouter ses albums, tous ses albums, dans tous les sens possibles. Discorama ? Et comment ! 
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

Xtrem Manif : une compile des “meilleurs” chants de manifs, sauce gabber

En marge des défilés commerciaux organisés par l’industrie du disque, en grève depuis le premier confinement, d’héroïques anonymes repoussent les limites de l’absurde et du génial. C’est le cas du projet XTREM MANIF, best-of des chants de partisan passés en mode sound-system pour samedi gilets jaunes sur les ronds points. En 10 titres inécoutables mais furieusement dansants, ils permettent de se remémorer le temps où vous pouviez descendre dans la rue sans masque ni attestation. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Les fans tristes de The Soft Moon vont adorer le premier album de Giirls

Esthétique noire et blanche, sonorités gothiques et même impression de cathédrale-club géante posée entre Manchester et le Vatican, le premier album de Giirls chope pas mal de points de comparaison avec le projet de Luis Vasquez. Les amoureux de ska festif ou de pop française subventionnée passeront évidemment leur chemin; quant aux autres ils pourront tomber assez facilement dans les mélodies noires de Brice Delourmel, guitariste du groupe DEAD. L’album “Far Reality” vient de sortir, et ça s’écoute juste en dessous avec un chapelet. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Les derniers échos du gel celtique

Alors que le groupe suisse Celtic Frost s’est séparé dans l’animosité en 2008, et que son bassiste et co-fondateur Martin Eric Ain a brutalement disparu en 2017, les destinées de ce dernier et celle du guitariste Tom Gabriel Fischer, l’autre pilier de Celtic Frost, se recroisent à nouveau. Pour Fischer, c’est la finalisation d’un projet de Requiem remontant à 1987, pour Ain, c’est la parution du premier album de son ultime projet musical enregistré en 2017. 
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Makeup and Vanity Set, l’homme qui faisait chanter les ordinateurs

Le producteur d’électro américain, dont la musique tire ses influences du côté de chez Tangerine Dream, Vangelis ou encore Jean-Michel Jarre, sort un nouveau clip. L’occasion d’annoncer la sortie de “Endless Destiny” : un album centré sur une voix d’ordinateur. Bien plus beau que le son d’une saloperie d’assistant vocal Amazon ou Google (qui plus est, vous espionne sûrement).
Lire l'Article
Lire l'Article

Pourquoi la réédition de “New York” tue Lou Reed une seconde fois

L’avantage avec les artistes morts, c’est qu’ils n’ont plus leur mot à dire sur les projets de réédition ressemblant à des excavations sans gêne. Après Prince et Bowie, pour qui on devrait bientôt apprendre qu’un coffret collector de 45 vinyles bruités à la bouche par le Thin White Duke himself est « sur le feu », c’est au tour de Lou Reed de faire les frais d’un relifting post-mortem avec la publication imminente de « New York » en version deluxe. Outre le fait que l’emmerdeur new-yorkais était déjà cliniquement mort avant son décès, l’écoute de l’objet donne envie d’enterrer à ses côtés les responsables de cette merdique machine music.
Lire l'Article