Lire l'Article

Le nouveau Balladur vous demande de vous arrêter

Balladur, c’est évidemment l’homme des mauvais choix (la trahison chiracienne de 1995, le port du goitre, le refus de la coldwave pour ses meeting, etc), mais c’est aussi un duo de Villeurbanne signé chez Le Turc Mécanique. Avec leur troisième album “La vallée étroite”, ils prouvent que l’avenir du rock, si tant est qu’il en ait un, est dans l’ouverture à l’étranger. Tout l’inverse d’un concept RPR, en somme.
Lire l'Article
Lire l'Article

Rubin Steiner ne sera jamais James Murphy, et c’est tant mieux

Au moment de revisiter sa carrière à la décolleuse à papier peint, il se pourrait bien qu’on découvre chez Rubin Steiner assez de couches différentes pour plus trop savoir de quelle couleur était le mur porteur. Loin des solutions toutes faites, en évacuant l’idée même d’une cohérence artistique qui a tué plus d’un artiste éphémère, il livre aujourd’hui avec « Say hello to the dawn of paradox » un album où le titre à rallonge est porté par un invariable sens du rythme.
Lire l'Article
Lire l'Article

Les Anglais de Paranoid London sont les nouveaux Happy Mondays

Ils ont cinquante balais, font de la techno malsaine et dégueulasse, trainent avec Fat White Family et des cowboys de l’enfer. Le duo Paranoid London revient avec un deuxième album fascinant et déjà culte où se bouscule derrière le micro une caravane de freaks et weirdos: Alan Vega, le chanteur d’A Certain Ratio et des activistes transgenre et queer. Ils sont les nouveaux Happy Mondays. 
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

« Psychic Data » de TVAM : un disque psyché qui ne prend pas l’auditeur pour un con

Livré in extremis avant la fin de la décennie 2010, le premier album de cet Anglais plein de néons dans la tête ravive le souvenir de Peter Kember, et avec lui cette époque où le rock anglais pouvait écouté comme une lente drogue faisant descendre lentement l’auditeur d’étage en étage, comme dans Trainspotting.
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

Belly Button, sur la voie du garage

Ça plane pour eux : depuis quatre ans, les activistes derrière le label d’Anvers Belly Button enchaînent les sorties parfaitement bruyantes, au point d’éclipser tout ce qui se vend à moins de 2 000 copies dans le reste de la Belgique. Alors que Gonzaï s’intéresse à la Belgique underground dans son nouveau numéro, reculons un peu, qu’on puisse ouvrir les portes de cet étonnant cabinet des curiosités garage et lo-fi.
Lire l'Article
Lire l'Article

Parlor Snakes, massage cardiaque au rock’n’roll

Les déclinologues annoncent sa mort depuis au moins trois décennies ; d’autres disent l’avoir vu agonisant à l’EHPAD Jean-Louis Aubert ; peu se souviennent de son visage. « Le rock, c’était quoi déjà son prénom ? ». A deux seulement, avec une guitare, une batterie et une voix, les membres de Parlor Snakes donnent aujourd’hui des nouvelles de cet être cher sur « Disaster Serenades », un disque and roll qu’on n’attendait même plus en cette fin de décennie. 2019, enterrement définitif de l’électricité ? Allons-y mollo.
Lire l'Article
Lire l'Article

Loin de Scratch Massive, Maud Geffray rêve de Philip Glass

“Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?” se demandait Philip K. Dick en 1966. Voilà une bonne question à laquelle Maud Geffray, moitié de Scratch Massive, a préféré ne pas répondre. A la place, elle a décidé de s’intéresser à un autre Philip, Glass, et offre un album hommage au maitre de la musique minimaliste et cristalline. “Still Life” sortira le 18 octobre chez Pan European, et ce voyage débute avec Still Life, Pt. 5, à écouter comme la musique d’attente d’un couloir reliant la terre à Saturne. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Le ‘’Corpse Flower’’ de Mike Patton et Jean-Claude Vannier est-il un cargo culte ?

C’est l’un des disques les plus étonnants de la rentrée, l’alliance d’un brailleur américain adulé par les demi-sourds et d’un confectionneur français naviguant sous les radars depuis 3 décennies. Avec ces deux là, on pouvait s’attendre au pire et pourtant, « Corpse Flower » recèle quelques surprises dont la plus grande : la petite Melody Nelson a bien grandi et elle chante désormais comme un camionneur.
Lire l'Article
La playmate du mois