Lire l'Article

Les derniers échos du gel celtique

Alors que le groupe suisse Celtic Frost s’est séparé dans l’animosité en 2008, et que son bassiste et co-fondateur Martin Eric Ain a brutalement disparu en 2017, les destinées de ce dernier et celle du guitariste Tom Gabriel Fischer, l’autre pilier de Celtic Frost, se recroisent à nouveau. Pour Fischer, c’est la finalisation d’un projet de Requiem remontant à 1987, pour Ain, c’est la parution du premier album de son ultime projet musical enregistré en 2017. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Pete Way, bassiste de UFO reparti dans l’espace

Pete Way s’est effacé définitivement le 14 août 2020. Il est le troisième membre historique de UFO à partir en moins d’un an après Paul Raymond et Paul Chapman. L’homme n’était déjà plus très actif depuis une quinzaine d’années, conséquence de gros problèmes de santé liés à une vie particulièrement mouvementée. Il convient maintenant de rappeler combien Pete Way fut un personnage important, quoique méconnu, de l’histoire du rock.
Lire l'Article
Lire l'Article

Peter Green, l’ombre blues derrière Fleetwood Mac

Ce 25 juillet 2020, Peter Green est parti discrètement dans sa petite maison de la banlieue de Londres. On pensait le personnage oublié de tous, sa disparition subite a pourtant crée un émoi important chez tous ceux qui aimèrent le rock de la fin des années soixante. Si sa carrière fut erratique, et son succès aussi court que fulgurant, sa musique marqua des générations de musiciens, et nombre de groupes puisèrent des idées originales, reprenant ses morceaux. Personne, par contre, ne sut capter aussi bien la sensibilité du blues électrique tel que le Peter Green, avec une mélancolie profonde qui lui était propre.
Lire l'Article
Lire l'Article

Eruption acide et lave sonique : l’histoire de Blue Cheer

C’est l’histoire d’un groupe qualifié de “premier groupe de heavy metal au monde”, et qui pendant 50 ans tenta de faire résonner les amplis avant de lentement tomber dans l’oubli, écrasé par le fardeau métallique poussé par Led Zeppelin. Voici la story de Blue Cheer en 76 000 signes, la taille d’un livre, mais le minimum pour l’un des groupes de rock américains les plus influents de la fin des années 60.
Lire l'Article