Th Da Freak et Fantastic Mister Zguy déterrent l’indie des 90’s sur “I want you in my bed”

A première vue, on dirait un clip de -M- (et ce n’est pas un compliment), et puis finalement, le nouveau single de Fantastic Mister Zguy ressemble à un mix entre un vieux titre de Daniel Johnston sous hélium et Pavement. C’est à écouter sans préjugés ni attente délirante, pour le simple plaisir d’une chanson pop année 1993, avant l’album de Zguy, “Etats d’âme”, prévu chez pour le 5 février 2021.
Lire l'Article
Lire l'Article

Star Feminine Band, un disque bénin

Cela ressemble à une histoire Disney : perdues dans les montagnes béninoises, sept filles âgées de 10 à 17 ans s’initient au rock loin de toute connexion internet et trouvent leur salut grâce à un musicien du pays (André Baleguemon) et un producteur bien intentionné (Jean-Baptiste Guillot). Malgré ce pitch prometteur, le disque qui sort aujourd’hui chez Born Bad laisse un goût de film inachevé.
Lire l'Article
Lire l'Article

Kruder und Dorfmeister : le retour des frères Pétard

Au milieu des années 90, un duo génial se taillait une réputation culte – ce mot si galvaudé – en inventant le downtempo et en réconciliant les amateurs de musique électronique sophistiquée et les rastas blancs fumeurs de spliffs. Fait unique dans l’histoire de la musique moderne : « 1995 » le premier album studio de Peter Krüder et Richard Dorfmeister vient enfin de sortir… vingt-cinq ans après son enregistrement, comme son titre l’indique. 
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Validé par Brian Eno, Loma le très rêveur “Don’t shy away”

Quand le duo Cross Record rencontre Jonathan Meiburg de Shearwater, ça donne Loma. Signé chez Sub Pop, Loma vous emporte dans une autre dimension, quelque part à la frontière du monde des vivants et du monde des esprits. Entre magie et mysticisme, ils nous laissent regarder le monde d’un peu plus haut et nous relient à l’univers.
Lire l'Article
Lire l'Article

Des femmes et de l’électricité : plaidoyer pour un monde moins poilu

Qui a déjà entendu parler de Suzi Quatro, Poly-Styrene, Viv Albertine ou Saba Komossa ? Qui connait le nom d’une pionnière des synthétiseurs comme Eliane Radigue ? Pas grand monde. Raison pour laquelle avec son n°35 spécial Wonder-women, Gonzaï a voulu rendre grâce à toutes ces pionnières, combattantes soniques confidentielles, chanteuses iconiques, guitaristes excitées ou DJs filles, qui ont brisé le fameux plafond de verre d’un seul cri primal de libération et d’exaltation. Voici, en préliminaire, une tribune de PPyR sur la question des femmes dans l’espace pop.
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

L’ex baby-rockeur Niki Demiller livre un single tout à fait recommandable

Ancien chanteur de The Brats, Niki Demiller prouve que l’on peut se relever et voir la lumière même si on a fait partie de la scène des Baby Rockeurs au milieu des années 2000’s. Le Français, qui va sortir son premier album « Autopsie de l’homme qui voulait vivre sa vie » en 2021, dévoile en exclu sur Gonzaï un premier extrait aux antipodes de ce qu’on pouvait s’attendre à écouter. 
Lire l'Article
Lire l'Article

The Besnard Lakes, ou le retour d’un vieil ami

Voilà pile 10 ans, les Canadiens de The Besnard Lakes traumatisaient moins d’un millier de Français avec “The Besnard Lakes Are the Roaring Night”, un troisième album étiré comme un chewing-gum où l’on trouvait notamment cette formidable odyssée de 7 minutes nommée Like the Ocean, Like the Innocent Pt. 2: The Innocent. Après ça, le groupe de Jace Lasek s’est un peu perdu sur deux albums, tous deux écoutés d’une oreille distraite. La sortie en janvier prochain de “The Besnard Lakes Are The Last Of The Great Thunderstorm Warnings” semble sonner le retour aux affaires, ainsi que des retrouvailles. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Musique Post Bourgeoise sort du confinement pour un nouveau titre bien brutal

Difficile de placer Musique Post Bourgeoise sur une carte musicale; d’ailleurs, est-ce vraiment un groupe ? Alors que les Historiens s’arrachent les cheveux sur la question depuis la sortie en 2014 de l’album “L’obstacle”, Olivier Urman et Vincent Robischung remettent la boite à rythmes en marche pour casser des genoux avec La limite, premier “single” d’un EP à paraître prochainement sur le label Pamela. On ne voit pas trop quoi rajouter, hormis que le clip a dû couter 75 € et que c’est la bande-son parfaite pour une virée nocturne sur les voies rapides. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Heavy-Psyché Corner : Trapeze, ou quand Black Sabbath et Judas Priest accouchent du hard-funk

Disparus dans les bacs à soldeurs quelques années après leurs sorties, ces disques s’échangent désormais entre amateurs avertis. Ils ont été le terreau fertile de très nombreux groupes. Ils émerveillent par leur talent si injustement oublié. Il est temps d’exhumer du fond du coffres à jouet les légendes underground du rock. Aujourd’hui, Trapeze, le groupe préféré des Red Hot Chili Peppers.
Lire l'Article
Lire l'Article

Philippe Katerine : le discorama

Sortie à la rentrée sans grand tapage, la première biographie de Philippe Katerine (en trente ans de carrière) tâche d’éclaircir une trajectoire qui ne ressemble à rien de connu. Alors que tout le monde se l’arrache depuis son sacre aux Césars (2019) et aux Victoires de la Merdouille, la question demeure pourtant : qui a-t-on salué au juste ? Le pitre attachant ou l’artiste imprévisible ? L’homme ou le personnage ? Pour comprendre qui est Katerine, il ne suffit pas de le voir à la télé ou sur grand écran : il faut écouter ses albums, tous ses albums, dans tous les sens possibles. Discorama ? Et comment ! 
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Xtrem Manif : une compile des “meilleurs” chants de manifs, sauce gabber

En marge des défilés commerciaux organisés par l’industrie du disque, en grève depuis le premier confinement, d’héroïques anonymes repoussent les limites de l’absurde et du génial. C’est le cas du projet XTREM MANIF, best-of des chants de partisan passés en mode sound-system pour samedi gilets jaunes sur les ronds points. En 10 titres inécoutables mais furieusement dansants, ils permettent de se remémorer le temps où vous pouviez descendre dans la rue sans masque ni attestation. 
Lire l'Article