Lire l'Article

Freelove Fenner, le groupe québécois préféré de ton groupe québécois préféré

Si vous vous intéressez à la pop québécoise un peu « fuckée », alors le nom de Freelove Fenner ne vous est sans doute pas étranger. Ces anciens compagnons de route d’Homeshake sur le label montréalais Fixture records ont sorti récemment leur deuxième album intitulé « The Punishment Zone », sur le label américain Moone Records.
Lire l'Article
Lire l'Article

CAN annonce un nouvel album live capté à Stuttgart en 1975

Exception faite du double album live “CAN – Live Music” sur un boxset de 1999, qui retraçait la période 1971 – 1977 sur différents concerts en différents endroits, il n’existait jusque là aucun album officiel du groupe allemand. Après plusieurs années de bootlegs disponibles, Mute annonce enfin le début d’une série d’enregistrements officiels, et qui débutera le 28 prochain avec un concert totalement dément enregistré en 1975 presque à domicile, à Stuttgart. Un premier extrait nommé logiquement EINS donne le La. Et c’est monstrueux. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Un mini-film sur Pharoah Sanders pour ses 80 ans

On a tendance à l’oublier, mais avant de devenir l’instrument préféré des fans de Dire Straits, le saxophone fut la fusée d’astronautes en peau de bête; le plus célèbre d’entre eux étant peut-être Pharoah Sanders, l’homme de toutes les mystiques. Presque soixante après ses débuts, quatre-vingt depuis son arrivée sur terre, le réalisateur Aurélien Bernard lui dédie 6 minutes planantes pour honorer cette carrière à travers les nuages. Et comme avec la musique du principal intéressé, ça se passe de commentaires. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Avec son EP « Free Fall », Maud effraie

« Un label de musique indépendant qui affiche clairement ses valeurs : Queer, transféministe, anti-raciste et résistante ». Pas certain que les déclinistes et autres apeurés du grand remplacement goûte la déclaration de naissance de Warriorecords, la nouvelle maison de disques crée par Rebeka Warriors. Tous ces gens feraient mieux d’écouter la première signature dite « inclusive », à savoir Maud Geffray. On y entend le bruit des glaçons réchauffés et c’est un superbe rebond pour la moitié de Scratch Massive.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Dye Crap chie sur le rock français avec son premier single “My Shits”

Dye Crap, c’est un groupe de Rouen qui veut relancer la mode, en 2021 et en France, du garage-rock US biberonné à la bière bon marché. Le titre en question, baptisé My Shits, est issu d’un nouvel album intitulé « Dye Crap » prévu pour ce printemps. À écouter si vous passez vos samedis matin à faire du skate avec Fidlar et Wavves dans l’oreillette tout en rêvant de déménager en Californie.
Lire l'Article
Lire l'Article

Mort Garson, même pas mort

Connu du « grand public » comme l’architecte derrière « Plantasia », chef d’œuvre de 1976 considéré comme l’un des premiers albums écologiques porté par mélodies bien plus naïves qu’un discours de Nicolas Hulot, Mort Garson a fini par manger les racines. C’était en 2008. Mais c’était sans compter sur sa fille, Day, à l’origine d’une vague de rééditions chez Sacred Bones d’une partie du catalogue de cet obsédé des Moog, trop longtemps resté coincé du mauvais côté du rideau.
Lire l'Article
Lire l'Article

Loin de Suuns, Ben Shemie poursuit sa révolution

Vous nous auriez posé la question voilà un an, on n’aurait pas donné cher de sa peau, tant Ben Shemie semblait un peu perdu dans ses tripatouillages en solo, loin du groupe qui l’a fait connaître (Suuns). Et puis le confinement est passé par là, et le Canadien s’est payé un TB-303, un modèle de synthé séquenceur du début des années 80. Le résultat se nomme logiquement “303 Diary”, avec un premier extrait en écoute bien plus intéressant que tout ce qu’il a produit depuis plusieurs années.
Lire l'Article
Lire l'Article

Floo Flash, quarante après, toujours moderne ?

Deux disques se sont étrangement téléscopés en à peine un mois : l’édition d’un album d’inédits des lyonnais power-pop Floo Flash, “Moderne”, et le cinquième album solo de son guitariste, Hervé Paul. Passé et présent se sont retrouvés, comme pour sceller la réunion d’une aventure musicale aussi riche que tristement méconnue, dont la constante fut l’élégance.
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

Avec “Hakken”, Puce Moment fait chauffer la machine à radicalité

Avec l’âge, certains vont vers la facilité. Dans le cas de Nicolas Devos et Pénélope Michel, duo repéré voilà plus de 10 ans avec Cercueil, c’est plutôt l’inverse. Avec leur projet Puce Moment, ils explorent depuis 2013 ce qui ressemble à une cave où les monstres sont encore plus beaux avec la lumière éteinte. Sur “Hakken”, dernier né de leurs expérimentations très concrètes, ils dansent.
Lire l'Article
Lire l'Article

Avec “La Ola Interior”, Bongo Joe explore la face cachée de l’ambient espagnole

Trois ans après l’essai réussi de “La Contra Ola”, le label suisse Bongo Joe tente une nouvelle fois de nous faire oublier selon laquelle l’Espagne, longtemps, se résumait à des barbecue sur la plage avec de la mauvaise Movida crachée depuis le poste d’une SEAT Ibiza d’occasion. Sur la compilation “La Ola Interior”, il est cette fois question des explorateurs ibériques ayant découvert le septième continent, peuplé de disciples de Brian Eno consommant la drogue douce au son de flûtes apaisantes. Loin, très loin, du cliché chill et lounge associé au pays des gens à nuques longues.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

C’est bien c’est nouveau : Nevers, entre Laurent Voulzy et Aquaserge

Souvent relégués au fond de top 10 d’artistes à suivre parrainés par des marques de téléphone, ils luttent contre 60 ans d’histoire pour se faire une place dans le cœur d’auditeurs qui croient avoir tout entendu. Aujourd’hui, Nevers, un groupe qui doit son nom à la ville où il ne se passe jamais rien. Tout l’inverse de « Minor Plot Twist ».
Lire l'Article
Lire l'Article

Rubin Steiner craque le tuto fond vert pour son clip de “RAGA”

Si vous lisez régulièrement Gonzaï, il ne vous aura pas échappé que notre haine des clips de faux riches réalisés par le cousin maçon freelance du chanteur sans avenir est à peu près égale à l’amour qu’on porte historiquement à Rubin Steiner et ses bricolages. Cette fois-ci, le “James Murphy français” (un vrai raccourci journalistique de connard, si vous voulez notre avis) a regardé tous les épisodes de C’est pas sorcier pour pondre lui-même le clip de l’un des morceaux de son dernier album studio. Et le résultat est évidemment aux antipodes de toutes les images montées pour rien par la concurrence. 
Lire l'Article