L’incroyable histoire de The Incredible String Band, le groupe incroyablement oublié

« Incredible String Band ? Des barges, ils vivaient dans une communauté où ils baisaient tout le temps entre eux, ils adoraient le LSD et leur musique est dingue ». Même si cette description convient parfaitement pour une ribambelle de groupes de l’Eldorado hippie des années 60-70, The Incredible String Band est bien plus qu’une bande de lutins malicieux doués avec les cordes.
Lire l'Article
Lire l'Article

Entre Donjons et Dragons et Twin Peaks, Artuan de Lierrée livre la B.O. dont vous êtes le héros

En marge de super productions au marketing savamment orchestré, et dans une société pop amnésique où Lovecraft rime avec papier kraft, le Français Artuan de Lierrée livre l’une des premières belles surprises de 2022 au rayon des auto-productions. Son « Forteresse et Maléfices » renvoie aux plus belles heures de la collection Gallimard dédiée aux livres dont on est le héros. Sauf qu’ici, le héros en question a remplacé les dés par un synthé venu des ténèbres. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Pourquoi tout le monde nous emmerde avec Le Superhomard et Maxwell Farrington ?

Dans le merveilleux monde de la musique indépendante, ce fut l’une des révélations de l’année 2021, dont on retiendra qu’elle fut plutôt vide et bancale en termes de production, Covid aidant. Avec « Once », l’Avignonnais derrière Le Superhomard et l’Australien Maxwell Farrington réussissaient à traduire en musique ce qui aurait pu être n’importe quel film de Robert Zemeckis, soit une histoire sentimentale avec deux musiciens que rien ne prédestinait à se rencontrer, et pourtant réunis autour d’une passion commune pour les crooners et l’esprit mort de Scott Walker. La planète, déjà mal en point, méritait-elle vraiment tout ce bonheur irritant ? La vie est-elle vraiment comme une boite de chocolats ? Et si oui, faut-il tous les manger ?
Lire l'Article
Lire l'Article

Palo Alto fête l’effondrement avec un clip pour « The Tears of Nietzsche »

Il y a plus d’un an sortait l’un des disques expérimentaux (le terme est barbare) de 2021, « Difference and repetition » de Palo Alto, l’équivalent français des chercheurs de Tuxedomoon à qui l’on aurait fait apprendre tout l’abédécédaire de Gilles Deleuze. Pour cet anniversaire hélas pas assez fortement fêté, le groupe revient avec un 45 tours inédit, et c’est une nouvelle occasion de monter à bord de cette soucoupe planante.
Lire l'Article
Lire l'Article

« Do you have any pills ? » : une interview de cowboy avec les Black Lips

Les Blacks Lips font partie de ces groupes indétrônables qui, pour une génération déjà vieillissante, ont toujours occupé une place de maître-sorcier dans le grand marasme rock’n’roll du troisième millénaire. Vingt-deux années passées à semer le chaos dans le monde entier, au cours de performances scéniques jusqu’au boutistes, portant un garage rock clownesque, dangereux et à fleur de peau. Difficile d’y croire face à Cole Alexander, chanteur-guitariste qui, sous ses airs de délinquant juvénile, affiche au compteur près d’une quarantaine d’années. Interview de sortie de scène après leur concert du premier décembre à Bordeaux.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

John Kennedy Toole : 40 ans de conjuration des imbéciles

C’est en 1981 que la Conjuration des Imbéciles est parvenue au public francophone, au moment où le livre remportait le prix Pulitzer aux Etats-Unis. Ecrit longtemps avant sa publication par un auteur suicidé en 1969, le livre narre les mésaventures d’un obèse de Louisiane crade et prétentieux, l’égocentrique Ignatius J. Reilly. Cette créature diablement sudiste a fasciné quelques générations de lecteurs, jusqu’à transformer le roman en ce que la presse et le marketing savent produire de plus imbécile : un classique. Voire pire : une œuvre culte.
Lire l'Article
Lire l'Article

Les mondes engloutis de Vladimir Cosma

En marge d’une carrière quasi intégralement dédiée à la musique de film, le compositeur connu pour Le Grand Blond avec une chaussure noire ou Les Aventures de Rabbi Jacob s’est par cinq fois laissé aller à l’écriture de génériques pour les dessins animés. Outre Oum le dauphin blanc ou Rahan, celui des Mondes engloutis laisse entendre presque 40 ans plus tard une symphonie électronique refusant de choisir entre l’aile et la cuisse, quelque part entre le Rectangle de Jacno et un thriller souterrain avec Lino Ventura.           
Lire l'Article
Lire l'Article

Folly Group : « On n’a pas décidé d’être un groupe post-punk ! »

Cette année, le festival qu’on ne présente plus fêtait sa 43ème édition. L’événement rennais à peine terminé, Gonzaï débute une série en 3 actes, avec 3 portraits de musicien.nne.s croisé.e.s sur place. Dernier acte avec les Londoniens de Folly Group, un groupe de jeunes gens modernes qui se distingue par leur fraîcheur au milieu d’une scène post-punk anglaise qui sent déjà le réchauffé.
Lire l'Article
Lire l'Article

Petite histoire des Trans Musicales : rencontre avec Wu-Lu

Cette année, le festival qu’on ne présente plus fêtait sa 43ième édition. L’événement rennais à peine terminé, Gonzaï débute une série en 3 actes, avec 3 portraits de musicien.nne.s croisé.e.s sur place. Deuxième acte avec Wu-Lu, un artiste original aux influences diverses et qui a su séduire le label Warp. On a compris pourquoi en tapant la causette avec lui, puis en le voyant sur scène avec son groupe à plus de 2 h du mat’. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Petite histoire des Trans Musicales : rencontre avec la DJ Paloma Colombe

Ce année, le festival qu’on ne présente plus fêtait sa 43ième édition. L’événement rennais à peine terminé, Gonzaï débute une série en 3 actes, avec 3 portraits de musicien.nne.s croisé.e.s sur place. Premier acte avec la DJ et réalisatrice Paloma Colombe. Elle s’est posée avec nous pour parler de son travail qui lui a permis de s’envoler de la France à l’Algérie, en passant par les États-Unis.  
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

« Bloweyelashwish » de Lovesliescrushing, le grand disque oublié du shoegaze

Et si le successeur du totémique « Loveless » de My Bloody Valentine que Kevin Shieds a mis vingt ans à sortir était l’œuvre d’un couple du Michigan en 1993 ? Avec leur premier album « Bloweyelashwish », les Américains de Lovesliescrushing avaient décidé d’aller encore plus loin que les expérimentations d’avant-garde des Irlandais, et sans connaitre aucune reconnaissance.
Lire l'Article
Lire l'Article

C’est bien, c’est nouveau : Foncedalle

Souvent relégués en trois lignes au fin fond de « top 10 d’artistes à suivre », , ils luttent contre 60 ans d’histoire pour se faire une place dans le cœur d’auditeurs qui n’ont plus le temps de rien écouter. Aujourd’hui, trois fumeurs de Canard WC qui semblent avoir trouvé le nom ultime pour destroyer l’annuaire 2021 des meilleurs noms de groupe.
Lire l'Article
Lire l'Article

Teddy Lasry, le secret le mieux gardé de la library music française

Son nom ne vous dit peut-être rien et c’est normal car c’est indubitablement un musicien de l’ombre. Il fut le compagnon de route de Magma première mouture avant de se consacrer un temps aux synthés tel un savant fou. Le label Hot Mule publie aujourd’hui une compilation dédiée aux prémices de l’œuvre novactrice de Teddy Lasry dans laquelle les synthés se bousculent comme à un concert de Travis Scott.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Et tout de suite, un nouveau titre de Guadal Tejaz pour conquérir l’espace : « Krautoxic »

Après avoir pondu un premier disque ultra solide de kraut noir en 2019 et écumé tout ce que le pays compte de bars miteux, le groupe le plus excitant d’Armorique est de retour avec un vrai plan de carrière qui commence tout de suite maintenant avec Krautoxic, un morceau promotionnel pas du tout clippé mais sévèrement burné qui préfigure un disque de rock choucroute à paraître en 2022 qui flirterait selon nos informations avec la musique électronique. Et peut-être même les sommets des charts.
Lire l'Article