Les souvenirs en accès aléatoire de Daniel Vangarde

Il faut croire que dans la famille Bangalter, on aime jouer avec le temps comme avec les mesures. Presque dix ans après « Random Access Memories » des Daft Punk, le père de Thomas sort enfin de l’ombre avec une rétrospective de sa propre carrière étalée entre le début des années 70 et 1984. Occasion parfaite pour une rencontre avec Daniel Vangarde, l’un des artisans mésestimés de la Library music à la française, à l’époque où les musiciens n’étaient pas encore devenus des robots.
Lire l'Article
Lire l'Article

Si tu n’as pas déjà vu l’un de ces documentaires, tu as raté ta vie

Dire du documentaire que son patrimoine demeure un pan délaissé de la cinéphilie n’est qu’évidence. Taper « Liste meilleurs documentaires » sur un moteur de recherche, c’est se condamner à parcourir de site en site la même dizaine de titres connus, reconnus et, pour la plupart, indélébilisés par un trophée doré. Quant à la production contemporaine, le peu d’attention médiatique qu’elle suscite se porte presque exclusivement sur la débauche actuelle de true crimes et sur d’immuables films animaliers, les seuls ayant droit à une exploitation décente en salle.
Lire l'Article
Lire l'Article

Un nouvel EP des Druids of the Gué Charette pour voyager en Brocéliande électrique

C’est un puissant signal sonore venu des tréfonds de la Bretagne qui s’abat sur le pays : deux ans après leur dernier album, les Druids of the Gué Charette reprennent les armes et sortent un nouvel EP « What A Waste Of Time » chez Beast Records, à découvrir ici en exclu avec quatre morceaux des sulfureux Bretons encapuchonnés pour faire trembler dans les chaumières. 100% Brocéliande, mais garanti sans Nolwenn Leroy.
Lire l'Article
Lire l'Article

Principles Of Geometry casse 8 ans de silence avec un album sur le langage

De prime abord, cela ressemble à une bonne blague : casser une période de mutisme assez prononcée avec un triple album nommé « ABCDEFGIJKLMNOPQRSTUVWXYZ », et ainsi provoquer un burn out chez les robots employés par Spotify pour la création des fiches d’albums. Au final, cette blague existe pour de vrai : le duo derrière Principles of Geometry est enfin de retour avec un abécédaire deleuzien décomposé en 26 titres essentiels pour mieux comprendre les racines de l’Intelligent Dance Music.
Lire l'Article
Lire l'Article

Daniel Avery, Roméo Poirier, Carla Dal Forno, CS + Kreme… les disques que vous avez ratés cette semaine

En 2021, Spotify annonçait que près de 60 000 titres étaient mis en ligne chaque jour sur sa plateforme, soit près de 2 millions par mois. Et à moins d’être un incel psychopathe du Wisconsin, difficile de tout écouter pour faire le tri. Alors pour rendre justice aux disques trop rapidement passés sous silence, voilà une sélection des albums injustement passés sous les radars, et à monter chez soi comme un meuble IKEA grâce à ce papier mode d’emploi.
Lire l'Article
Lire l'Article

Les Tigres du Futur reviennent du passé avec « Les Éventreurs du Dancing »

Leur nom inspire la violence autant que l’étrange et pour cause : Les Tigres du Futur sont uniquement motivés par la vengeance et la réhabilitation d’un homme de l’ombre de la musique française : Jo-Bernard Castagneri. Leur mission semble loin d’être achevée puisqu’ils reviennent de leurs lointaines galaxies mêlant porno gore, giallo burlesque et science-fiction kitsch avec un clip version longue pour Les Éventreurs du Dancing, ainsi qu’un nouveau disque en édition très limitée.
Lire l'Article
Lire l'Article

Les Clopes : « on veut que le monde soit de plus en plus déprimé et glauque »

Le groupe le plus déprimé de France vient de sortir son troisième album, sobrement intitulé « Troa », sur lequel il emprunte de nouvelles directions toujours aussi nicotinées. Le temps d’un griller un, le chef d’orchestre Kim Giani et son avatar Guillaume Patrick déballent tout dans cette interview brûlée au troisième degré.
Lire l'Article
Lire l'Article

Sur la trace des Rallizes Dénudés, le plus mystérieux des groupes de rock japonais

Les Rallizes Dénudés n’ont jamais enregistré le moindre album. L’histoire du groupe est principalement faite de rumeurs et de spéculations. Le chanteur culte Takashi Mizutani a passé les quarante dernières années de sa vie dans un anonymat quasi-total et son premier bassiste a détourné un avion pour la fraction japonaise de l’Armée Rouge. Un pitch digne d’un film qui voit enfin le jour avec la sortie fin novembre de trois albums retrouvés au fond d’un tiroir.
Lire l'Article
Lire l'Article

Avec « Rotterdam », Tramhaus claque un EP à faire lever le cul des chaises

Après deux tournées européennes intenses et remarquées sur l’année 2022, les Hollandais de Tramhaus sortent leur premier EP « Rotterdam » chez Subroutine Records. Si le groupe n’en est encore qu’à ses débuts, il jouit déjà d’une certaine notoriété dans la scène post-punk européenne, surtout connu pour ses performances scéniques et son ton narquois. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Avec « Mauvais ordre », Lomepal signe la bande-son des trentenaires chez Carrefour

Le rap, c’est comme les jean slims ou les plans sur Tinder : un passage éphémère préfigurant d’un âge plus responsable avec un long tunnel de responsabilités. C’est en synthèse le message adressé par Lomepal sur son nouvel album avec, à l’horizon, des chianteurs de référence comme Voulzy, Souchon et Delpech. Et le pire, c’est que c’est peut-être la meilleure chose qui pouvait arriver à ce rappeur en pleine crise existencielle. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Great balls of Jerry Lee Lewis

Toute sa vie, The Killer aura secoué son piano autant qu’il le pouvait; tellement qu’à la fin il en est mort. Si l’on connaît toutes ses petites anecdotes, du mariage avec sa cousine à l’incendie de son piano devant Chuck Berry, restera surtout cette vie boogie-woogie brûlée par les deux bouts, entre foi en Dieu et haute sympathie pour la musique du diable. Origines, influences, technique et prestations mémorables : Ladies and gentlemen, voici la naissance et mort du rock’n’roll racontées par les deux mains qui glissent de Jerry Lee Lewis.
Lire l'Article
Lire l'Article

Rebels, comme Philippe Chancel

A quoi ressemblait la jeunesse française des années 80, celle des années Mitterrand mais aussi celle luttant contre la montée du chômage et du FN ? Pendant 6 mois, à l’hiver 82, le photographe Philippe Chancel a suivi pour le journal Actuel une partie de ces gamins hyper lookés à mi-chemin entre James Dean et James Brown. Quarante ans plus tard, ces clichés immortels ressortent enfin dans Rebels, un pavé noir et blanc qui prouve que la France blacks, blancs, beurs existait déjà bien avant Zinedine Zidane. Pour Gonzaï, Chancel refait le point sur cette époque bénie où les goûts et les couleurs se mélangeaient sans peur du grand remplacement.
Lire l'Article
Lire l'Article

Avec « 100 ans », NCY Milky Band prouve qu’il est le meilleur groupe de jazz cosmique de France

A l’Est, encore du nouveau. Coincé entre Metz et Strasbourg, le gang des Nancéens de NY Milky Band publie aujourd’hui un fantastique deuxième album aux allures de bande-son réunissant le Wu-Tang, François de Roubaix et Pharoah Sanders et sur lequel les « cent ans » passent surtout à 100 à l’heure. Écoute exclusive ci-dessous, et plongée mélodique dans la France des années Cousteau, au son des infrabasses pompidoliennes.
Lire l'Article
Lire l'Article

La double vie Robert Lester Folsom, peintre en bâtiment et folkeur de l’espace

Si vous avez aimé l’histoire de Rodriguez et son « Sugar Man », vous pourriez être sensible à celle de Robert Lester Folsom, l’ancien peintre en bâtiment devenu guitariste de l’ombre. Le 11 novembre sort chez Anthology Recordings le deuxième volume de ses archives, « Sunshine Only Sometimes, Archives vol. 2 1972-1975 », pour compléter « Ode To A Rainy Day », la première série de ses enregistrements redécouverts après quarante ans de silence. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Koudlam : « J’ai une passion pour la conquête de l’inutile »

« 50% chaos, 50% symphony ». Tel est le slogan anti-commercial de Koudlam depuis la nuit des temps ; 2006, date de son premier album autoproduit, « Nowhere ». Une éternité doublée de huit ans de silence entre le dernier album en date et la sortie de « Precipice Fantasy », et qui fait dire qu’il faudrait peut-être rajouter 50% d’invisibilité à ce cocktail mathématiquement injouable qui, pourtant, permet de tracer une ligne claire dans l’œuvre vertigineuse de Gwenaël Navarro. On a retrouvé l’enfant perdu des pyramides entre deux buildings aztèques du 13ième arrondissement de Paris.
Lire l'Article