Heavy-psyché corner : Frank Marino, bien plus qu’un disciple de Jimi Hendrix

Disparus dans les bacs à soldeurs quelques années après leurs sorties, ces disques s’échangent désormais entre amateurs avertis. Ils ont été le terreau fertile de très nombreux groupes. Ils émerveillent par leur talent si injustement oublié. Il est temps d’exhumer du fond du coffres à jouet les légendes underground du rock. Au tour de Marino et de son groupe, Mahogany Rush.
Lire l'Article
Lire l'Article

Darkside, entre farce et attrape

Hormis pour le Général de Gaulle, Christophe et Michael Jordan, rares sont les retours gagnants. Dix ans après sa création, le duo de Darkside tente son va-tout avec « Spiral », un deuxième album gluant qui confirme que les longues pauses attisent autant la nostalgie des fans que la panne d’inspiration.  
Lire l'Article
Lire l'Article

Vik Sohonie : « j’ai créé Ostinato Records car j’en avais ma claque du journalisme »

Avant d’être le boss du label le plus cool de la planète, Vik Sohonie était journaliste. Et ça se sent. Avec Ostinato Records, il s’est donné pour mission de partir à la recherche des trésors oubliés de ce monde. Quelques compilations à succès plus tard, on se devait bien de vérifier s’il n’avait pas pris la grosse tête.
Lire l'Article
Lire l'Article

Le Bryan’s Magic Tears revient des années 90 avec le clip « Sad Toys »

S’inspirer des Jesus and Mary Chain, de Primal Scream et des Happy Mondays sans être ridicule en 2021, un groupe y parvient : Bryan’s Magic Tears (et rien que pour ça, on peut leur dire bravo). Un nouvel album, le troisième pour les Parisiens, sortira plus tard cette année sur Born Bad : « Vacuum Sealed ». Et ce premier extrait intitulé Sad Toys et la B.O. de ton été 92.
Lire l'Article
Lire l'Article

Covid ou pas, le festival Binic toujours sa mère

En 2021, le Binic Festival devient « La Cathédrale », un énorme bordel païen dans un champ cosmique pour 2000 branlos en perfecto qui ne croient en rien d’autre que le rock’n’roll. Si la « Nef des Fous » a du revoir cette année sa jauge énorme à la baisse, elle compte bien continuer à foutre le bordel au « grain de beauté des Côtes-d’Armor » dixit notre (cher) premier ministre. Et ça commence dès maintenant du 22 au 25 juillet à Binic, aka « Double Fuck Town ».
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Avec son premier EP, Alexis Lumière fait un massage cardiaque aux années 80

C’est l’histoire d’un garçon fasciné-traumatisé par l’expérience cathodique du Club Dorothée sous LSD et des clips VHS et qui, arrivé dans la trentaine, décide de lâcher les guitares pour replonger son corps tout entier dans les mélodies synthétiques de son enfance. Une histoire générationnelle racontée par Alexis Lumière sur « Invitation », sa première sortie chez Cheptel Records.  
Lire l'Article
Lire l'Article

Aucun doute, les fans de The Go! Team sont les plus heureux du monde

Cela fait 17 ans et six albums que la formation de Ian Parton crache une pop multicolore sans faire trop de bruit. Avec plein de bonnes intentions et une énergie débordante de positivisme, The Go! Team semble être devenu bien ringard. Pourtant, certains fans leur démontrent une fidélité incroyable, et cela depuis le début. La clé de la longévité, ils la détiennent.
Lire l'Article
Lire l'Article

Nicolas Rey : « À chaque fois que tu termines un livre, tu te dis : plus jamais ! ”.

Nicolas Rey publie un nouveau roman, forcément magistral, La marge d’erreur, aux éditions du Diable Vauvert. Pendant une heure, au détour de quelques piques dont une que vous pouvez lire plus haut, l’écrivain à succès, enfant chéri du germanopratisme des années 90 suscitant fascination et répulsion, a répondu de façon touchante, brillante, comme lui finalement, à mes questions de l’écrivain raté que je suis.
Lire l'Article
Lire l'Article

Pour un Flirts, avec toi

Phil Spector avait ses Ronettes, Bobby O aura ses Flirts. Autrement dit : un girls band unique en son genre et prêt à marquer les années 80 au fer rouge à lèvres. Voici l’histoire d’un groupe qui n’existait pas autrement que dans la tête d’un Moroder américain et qui, sans qu’on puisse parler de féminisme avant l’heure, a durablement marqué l’industrie, de Bananarama à Madonna.
Lire l'Article
Lire l'Article

Vanishing Twin revient avec un bon variant anglais : « Ookii Gekkou »

Jusqu’à la fin des années 2000, l’Angleterre fut pour beaucoup l’île de toutes les tentations; ce bout de terre d’où émanaient toutes les excentricités les plus enviables. Et ce jusqu’au jour où les Austin Min et les Libertines, sous le poids d’un pays vieillissant, parurent subitement terriblement ringards. Dix ans après ce virage ayant abouti au Brexit, la bande de Vanishing Twin continue de résister à la normalité avec l’annonce d’un nouvel album prévu pour le 15 octobre. Et son nom est déjà un indice sur le potentiel étrange de cette livraison.  
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

Nadia Boulanger, coach next door

Elle a survécu à deux guerres mondiales, au nazisme, à la révolution pop des Beatles, accueilli les plus grands compositeurs dans son salon, refusé un certain Gershwin en tant qu’élève, et aurait même fricoté avec Stravinsky. Mais qui était vraiment Nadia Boulanger ? Ouvrez vos cahiers à la page “nouvelle star”, voici l’histoire méconnue de la professeure du XXe siècle.
Lire l'Article
Lire l'Article

Pourquoi le nouveau clip de Biolay est un crime contre l’Humanité

Dans un contexte géopolitique compliqué, et alors que la fonte délirante du permafrost sibérien pourrait libérer des virus préhistoriques capables de terrasser l’Humanité comme dix Covid-19, le quinquagénaire huileux annonçait voilà quelques jours la sortie d’un clip en duo avec l’ancienne chanteuse de Thérapie Taxi. De quoi de permettre de perdre sérieusement dix minutes pour rappeler que si la notion du beau artistique reste difficile à décrire, il est en revanche bien plus facile de démolir un mur en briques molles. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Le grand Martin Circus

Des faits, des freaks, du fun… depuis plus de 30 ans, un homme a fait sienne cette devise au travers d’une trentaine d’ouvrages encyclopédiques jouissifs sur les incongruités de l’espèce humaine. Alors que Martin Monestier vient de s’éteindre à l’âge de 79 ans, voici le portrait écrit par Denis Roulleau, de son vivant, et paru dans le Gonzaï n°5, en janvier 2014. Histoire d’un homme qui a dormi pendant trois ans dans un cercueil siglé de ses initiales !
Lire l'Article
Lire l'Article

Playlist : voici le top 30 des tubes ignobles les plus fantastiques de tous les temps

Un hit gagne-t-il en puissance grâce à une production de mauvais goût, façon Phil Collins, Toto, Yes ou Rod Stewart ? C’est la question posée par Benoît Sabatier dans la playlist à écouter ci-dessous, et où la majorité des titres caillassés pendant des décennies redeviendraient presque cool en 2021. A l’occasion de la sortie de notre numéro consacré à la cancel culture, voici donc 30 plaisirs abominables qu’on a voulu tuer trop vite, de Cambodia de Kim Wilde à Everybody’s Got to Learn Sometime de The Korgis.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Fin de couvre-feu pour Aquaserge

Trois ans après un dernier essai chez Crammed Discs, les Toulousains progressifs ressortent enfin du bois avec l’annonce d’un nouvel album, toujours sur le label de Marc Hollander. Et comment revenir fort, quand on s’appelle Aquaserge ? Avec une cover d’un titre d’Edgar Varèse datant de 1906, et nommé Un grand sommeil noir.
Lire l'Article
Lire l'Article

Dans l’ombre de King Gizzard, The Murlocs poursuit sa cavalcade rocknrollesque

Quoi de neuf au pays des guitares ? En 2021, la question semble presque anachronique. Un groupe, pourtant, sonne la charge depuis Melbourne. Le nouvel album des Murlocs, emmené par deux des membres de King Gizzard & The Lizard Wizard, est peut-être la meilleure nouvelle de l’année pour celles et ceux qui refusent de décoller leurs doigts du grand livre en cuir qu’est ce bon vieux rock’n’roll.
Lire l'Article