Yan Wagner, et la chanson

« Si j’avais vraiment voulu être une star, je me serais peut-être créer un personnage ». Ca, c’est Yan Wagner, 38 ans, quand on lui demande pourquoi il ne remplit pas encore les stades de France alors que ses chansons sont au niveau de celui qui l’a lancé, Etienne Daho. Qu’importe : toujours chic et choc, celui passé par à peu près toutes les couleurs du spectre musical assoit sa vision de la musique pop avec « Couleur chaos », un troisième album clairement à part dans le panorama monochrome de la chanson dite française.
Lire l'Article
Lire l'Article

On t’aime bien Gaspar Claus, et on comprend presque tout ce que tu fais

En titrant en 2018 « Gaspar Claus on t’aime bien, mais on comprend rien à ce que tu fais » pour un portrait qui lui était consacré, Télérama mettait le doigt sur une vérité obscure : depuis la fin des années 2000, on a tous entendu parler de ce violoncelliste souhaitant casser les chapelles avec son gros instrument, mais quant à savoir pour quel album c’était, et avec qui, c’est une autre paire de coton-tige. Trois ans plus tard, le taiseux sort enfin de l’ombre avec son premier « vrai » album solo, « Tancade » ; soit 11 titres insulaires qui mettent enfin les points sur les îles.
Lire l'Article
Lire l'Article

Le disque de Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo est-il le pire truc indé qu’on écoutera en 2021 ?

Certains albums auraient mieux fait de ne jamais exister. C’est le cas du « Barbaghamon » de Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo (« batteur de Tame Impala », semble insister la bio), soit 26 minutes de supplice équivalent à celui de la goutte d’eau avec Georges Brassens dans le rôle du tortionnaire.
Lire l'Article
Lire l'Article

Dans l’ombre de Soulwax, Asa Moto fait des roues arrière

Dans un monde parallèle sans distanciation physique ni chemises repassées, deux gus littéralement vomis par un tube cathodique de télé des années 90 ont cambriolé le dessing des héros de Dumb & Dumber pour créer des mixs étranges dans la cave en appuyant de façon aléatoire sur les boutons clignotants des synthés. Figurez-vous que ce monde existe et qu’il suffit de traverser la frontière pour écouter le boulot du duo Asa Moto, auteur d’un nouvel EP chez Deewee, le label gantois de Soulwax.
Lire l'Article
Lire l'Article

Donald Pierre, aka Dondolo, revient pour faire taire Eddy de Pretto

Les plus vieux d’entre vous, celles et ceux sachant encore lire autre chose que des descriptifs de vidéos TikTok, se souviennent de lui comme du leader d’Aline. D’autres, encore moins jeunes, ont peut-être aimé les démos de Young Michelin, son autre projet new-wave menacé par l’équipementier sacrément gonflé. Quant aux dinosaures époque Myspace, ils ont peut-être créer des enfants sur les mélodies de Dondolo, son premier projet. Que tous ces gens se donnent la main : le schizophrénique Romain Guerret remet une pièce dans le flipper sous l’identité Donald Pierre.
Lire l'Article
Lire l'Article

Razen, avant-garde pas rasoir

Sur la longue route des groupes expérimentaux et inconnus, tout au fond à droite après le rond point John Zorn, on trouve Razen, groupe venu d’ailleurs (de Belgique?) et signé chez Hands In The Dark pour un deuxième album intitulé « Blue Rot ». Premier extrait à écouter ci-dessous, merci d’enlever les cotons tiges enfoncés au fond du cerveau.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Searching for Michel Colombier

Dans la famille des compositeurs-arrangeurs français, il occupe un fauteuil à part, laissé inoccupé depuis sa mort précoce en 2004, loin de chez lui, en terres hollywoodiennes. Avant cela, il aura été à la hauteur de son nom : ce Michel a œuvré pour pas mal de drôles d’oiseaux. Pierre Henry, Serge Gainsbourg, Prince, Polnareff ou encore Madonna sont tous passés dans son atelier, et c’est avec ce romantisme si typiquement français que Michel Colombier aura fini par devenir ce maitre-cordonnier français sans égal, à côté duquel les vies d’Alain Goraguer ou Jean-Claude Vannier deviennent subitement plates comme de l’Evian. Dix-sept ans après son dernier décollage, scrutons l’horizon pour retrouver son ombre mal chaussée. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Vanishing Twin sort un nouveau single pour funker : « Phase One Million »

Aussi sûr que les blancs ne savent pas sauter, on doute toujours un peu de la capacité des Anglais à faire transpirer les cordes façon Isaac Hayes. Question de météo sans doute. Sauf que dans le cas des membres de Vanishing Twin, ça se passe au dessus des nuages et le nouveau single, à écouter ci-dessous avant la sortie de « Ookii Gekkou » le 15 octobre, en est la meilleure preuve. Afro, cosmo et ethno, ce nouvel album devrait être l’une des bonnes nouvelles de la rentrée avec le disque de reprises de Fela Kuti par Roselyne Bachelot. Ca va, on déconne, mais la bande à Cathy Lucas revient plus fort qu’une manifestation d’anti-vaccins et ça, c’est vraiment bon pour la santé.
Lire l'Article
Lire l'Article

Darkside, entre farce et attrape

Hormis pour le Général de Gaulle, Christophe et Michael Jordan, rares sont les retours gagnants. Dix ans après sa création, le duo de Darkside tente son va-tout avec « Spiral », un deuxième album gluant qui confirme que les longues pauses attisent autant la nostalgie des fans que la panne d’inspiration.  
Lire l'Article
Lire l'Article

Avec son premier EP, Alexis Lumière fait un massage cardiaque aux années 80

C’est l’histoire d’un garçon fasciné-traumatisé par l’expérience cathodique du Club Dorothée sous LSD et des clips VHS et qui, arrivé dans la trentaine, décide de lâcher les guitares pour replonger son corps tout entier dans les mélodies synthétiques de son enfance. Une histoire générationnelle racontée par Alexis Lumière sur « Invitation », sa première sortie chez Cheptel Records.  
Lire l'Article
Lire l'Article

Pour un Flirts, avec toi

Phil Spector avait ses Ronettes, Bobby O aura ses Flirts. Autrement dit : un girls band unique en son genre et prêt à marquer les années 80 au fer rouge à lèvres. Voici l’histoire d’un groupe qui n’existait pas autrement que dans la tête d’un Moroder américain et qui, sans qu’on puisse parler de féminisme avant l’heure, a durablement marqué l’industrie, de Bananarama à Madonna.
Lire l'Article
Lire l'Article

Vanishing Twin revient avec un bon variant anglais : « Ookii Gekkou »

Jusqu’à la fin des années 2000, l’Angleterre fut pour beaucoup l’île de toutes les tentations; ce bout de terre d’où émanaient toutes les excentricités les plus enviables. Et ce jusqu’au jour où les Austin Min et les Libertines, sous le poids d’un pays vieillissant, parurent subitement terriblement ringards. Dix ans après ce virage ayant abouti au Brexit, la bande de Vanishing Twin continue de résister à la normalité avec l’annonce d’un nouvel album prévu pour le 15 octobre. Et son nom est déjà un indice sur le potentiel étrange de cette livraison.  
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

Nadia Boulanger, coach next door

Elle a survécu à deux guerres mondiales, au nazisme, à la révolution pop des Beatles, accueilli les plus grands compositeurs dans son salon, refusé un certain Gershwin en tant qu’élève, et aurait même fricoté avec Stravinsky. Mais qui était vraiment Nadia Boulanger ? Ouvrez vos cahiers à la page “nouvelle star”, voici l’histoire méconnue de la professeure du XXe siècle.
Lire l'Article
Lire l'Article

Pourquoi le nouveau clip de Biolay est un crime contre l’Humanité

Dans un contexte géopolitique compliqué, et alors que la fonte délirante du permafrost sibérien pourrait libérer des virus préhistoriques capables de terrasser l’Humanité comme dix Covid-19, le quinquagénaire huileux annonçait voilà quelques jours la sortie d’un clip en duo avec l’ancienne chanteuse de Thérapie Taxi. De quoi de permettre de perdre sérieusement dix minutes pour rappeler que si la notion du beau artistique reste difficile à décrire, il est en revanche bien plus facile de démolir un mur en briques molles. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Dans l’ombre de King Gizzard, The Murlocs poursuit sa cavalcade rocknrollesque

Quoi de neuf au pays des guitares ? En 2021, la question semble presque anachronique. Un groupe, pourtant, sonne la charge depuis Melbourne. Le nouvel album des Murlocs, emmené par deux des membres de King Gizzard & The Lizard Wizard, est peut-être la meilleure nouvelle de l’année pour celles et ceux qui refusent de décoller leurs doigts du grand livre en cuir qu’est ce bon vieux rock’n’roll.
Lire l'Article
Lire l'Article

Avec son premier album de punk frustré, Règlement ne fait pas dans l’amiable

Plutôt que de tenter la pale copie française de Sleaford Mods dans des versions punk-rap miteuses à peine meilleures que des démos emo d’Eddy de Pretto, Pat (Frustration, Last Night) et Nicolas Delachapelle ont profité des confinements pour secouer des bonbonnes de gaz et le résultat se nomme Règlement avec un premier album à écouter comme un solde tout compte.  
Lire l'Article
Lire l'Article

Compilation « Foundations » : dire oui à Deewee

En cinq ans d’activité avec leur label Deewee, les frères Dewaele (plus connus sous le nom de Soulwax) ont prouvé qu’on pouvait être à la fois belge, mondialement reconnu et pourtant pas prêt à s’affaler sur le sofa de la fainéantise. La sortie au printemps dernier de la compilation « Foundations », répertoriant le meilleur des productions maison, agit de ce point de vue comme une excellente boisson énergétique.
Lire l'Article
Lire l'Article

Sonic Protest, un festival vraiment pas comme les autres

Si l’on vous dit festival, vous pensez têtes d’affiche similaires partout sur le territoire, queue interminable au stand boissons mais aussi gros silence depuis plus d’un an en raison de la Covid-19. Tout est est plus ou moins vrai, mais un village d’irréductibles Gaulois tentent depuis 2003 de démentir ce gros clichés grâce à une programmation de musiques (de) brutes tambourinées sans concessions. Alors que l’équipe du Sonic Protest a refusé de se coucher en 2021 et qu’une édition aura bien lieu (sauf fin du monde), on a été demandé des comptes aux deux têtes pensantes. 
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

40 ans après, Sauveur Mallia revient pour ressusciter la Library music

Ils avaient tous des noms d’experts-comptables, mais tous venaient de l’espace. Pendant une dizaine d’années, ces Français, excellents musiciens de studio mais hélas pour eux dotés de physiques moins garnis que celui de Claude François, ont composé entre deux sessions des musiques de récréation qui deviendront sur le tard des perles de ce qu’on appelle aujourd’hui la « Library music ». Nouvelle illustration de cette folie instrumentale avec le volume Space Oddities de Born Bad consacré à l’un des meilleurs bibliothécaires du genre : Sauveur Mallia.
Lire l'Article
Lire l'Article

The Sssound of Beeertrand Burgalat

Octobre 2000 : coincé entre le succès de la French touch, la mort programmée du trip hop et de l’électronica allemande et ce qui n’est pas encore la génération Nouvelle Star, un producteur en vogue décide à 37 ans de passer de l’autre côté du miroir avec un premier album mal compris à sa sortie, et qui a pourtant poussé une grande partie de ses auditeurs à fonder des groupes, écrire sur la musique ou, simplement, à rêver d’une musique française mutante évitant autant le lire-larmes en chant de canard que les couinades faussement expérimentales pour fils de joueurs de synthé Yamaha. Vingt ans plus tard, « The Sssound of Mmmusic » est réédité par Tricatel. Et c’est l’occasion pour Burgalat de nous raconter la genèse de cet album fondamental dans une interview presque aussi longue que la cyclade électronique dont il est ici question.
Lire l'Article