Mourir à Brest une seconde fois avec cette nouvelle mixtape 100% bretonne

Persiste et signe : après le succès inespéré du premier volume en 2019, le collectif Mourir à Brest remet le couvert avec un volume 2 tout aussi jouissif et où l’auditeur pourra tout aussi bien croiser Jean-Pierre Pernaut en décrochage locale que les habitués de l’étape (Baston, Antoine Garrec, Bantam Lyons, Lesneu, etc) et Zafar, le dauphin qui aimait frotter son sexe sur le dos des plagistes bretons. Un bon résumé des 60 minutes furieuses qui vous attendent ci-dessous avec, dans le coffre, Miossec bâillonné.
Lire l'Article
Lire l'Article

Pourquoi il ne faut plus rien attendre d’En Attendant Ana

Le quintet parisien (on a l’impression de décrire une fanfare) publie ces jours-ci son deuxième album « Juillet », un objet sans prétention qualifié de « solaire » et « plein de trouvailles » par la concurrence. C’est à l’inverse un disque vide de toute idée, et symptomatique d’une époque plus que jamais nostalgique d’un temps révolu.
Lire l'Article
Lire l'Article

A l’Espace B, un festival barré pour lutter contre la musique plate

Hey, comment ça va Paris la nuit ? « Oh, pas trop bien, j’ai plein d’enfants qui ont mis la clef sous la porte ». Tous ? Absolument pas. L’un d’entre eux, l’Espace B, a rouvert ses portes en mars dernier avec une longue fermeture administrative de 8 mois. Vince et Raphael, ses deux nouveaux programmateurs, fêtent cette résurrection du 20 au 22 février avec Espace Barré, un micro-festival rempli d’artistes maxi déviants qu’ils seraient bien dommage de rater. A moins, bien sûr, que tu ne préfères lire un énième article sur la fin des nuits parisiennes, tranquillement assis dans ton canapé.
Lire l'Article
Lire l'Article

Infecticide : « le premier degré c’est surtout pour les clowns » 

Nés la même année que Gonzaï, en 2007, les soldats débilo-mutants d’Infecticide tracent leur route depuis maintenant 13 ans avec une régularité qui farce le respect. Alors que leur troisième album s’approche dangereusement de la planète terre dans un Ovni en forme de pancake géant, on vous offre une poignée de morceaux en écoute exclusive, le tout accompagné d’une interview par les activistes perruqués de cette gigantesque blague, heureusement sans chute.
Lire l'Article
Lire l'Article

Bon sérieusement, c’est quoi le problème avec Bertrand Belin ?

Accusé d’être responsable du réchauffement climatique, de la naissance du coronavirus chinois et, plus globalement, de la fin du monde, le chanteur rapidement affublé de l’étiquette « mec chiant pour abonnés Télérama » ne jouit pas d’une bonne réputation chez les ayatollah de l’indie-rock. Mais pourquoi ? Et surtout, cette pluie de soude caustique est-elle vraiment méritée ?
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Comateens, ressuscités

Le temps de 3 albums révérés par les amateurs d’after punk, le trio des Comateens contribua à réchauffer les rues new-yorkaises du début des années 80 avec une new wave mutante, au moins aussi éloignée des Ramones que ces derniers d’un dictionnaire. A la surprise générale, c’est le label Tricatel qui leur rend aujourd’hui honneur avec la réédition d’un méga coffret vinyle réunissant la quarantaine de titres écrits par le groupe
Lire l'Article
Lire l'Article

C’est bien c’est nouveau : Chasseur

Souvent relégués au fond de top 10 d’artistes à suivre parrainés par des marques de téléphone, ils luttent contre 60 ans d’histoire pour se faire une place dans le cœur d’auditeurs qui croient avoir tout entendu. Aujourd’hui, un Rennais à Rayban qui se revendique de Daniel Darc, Alain Bashung, New Order et Suicide. Comme disent les concepteurs-rédacteurs en agence de com’ : « rien que ça ! »
Lire l'Article
Lire l'Article

Bohren & der Club of Gore : du jazz chiant, juste ce qu’il faut

Si, comme nous, vous étiez passé à côté des 7 précédents albums de ce groupe au nom aussi sexy que la région d’où ils viennent (la Rhénanie-du-Nord-Westphalie en Allemagne, PWFOUAH quelle angoisse !), que le terme JAZZ-AMBIANT ne vous donne pas envie de foutre le feu au rideau et que cette introduction à rallonge ne vous a pas donné envie de filer direct sur Konbini pour une énième interview d’artiste vous parlant en dix secondes de disques dont vous n’avez rien à foutre, alors il y a peut-être un avenir pour ce papier consacré à « Patchouli Blue », nouvel album au nom pas idéal mais parfait pour ambiancer vos soirées bridge, vos dimanches et mêmes, soyons ambitieux : votre fin de vie.
Lire l'Article
Lire l'Article

Andrea Laszlo De Simone a crié, crié, pour que l’Italie revienne

Physique de joueur de la Juventus de Turin, chansons martiennes ; Andrea Laszlo De Simone ne vous dit peut-être rien et c’est bien normal : même dans son pays, son nom résonne autant que celui de Daniel Bevilacqua, à qui l’on a furieusement envie de le comparer à l’écoute de Mistero, premier titre d’un album italo-cosmique à paraitre en mars chez Ekleroshock.
Lire l'Article
Lire l'Article

10 minutes de souffrance avec Brigitte Fontaine

Dès le départ, ça sentait le traquenard. Convoqué par la dernière punk de France sur son île Saint-Louis en pleine grève parisienne, on sentait bien que l’interview n’allait pas vraiment se passer comme prévu. Il en est de même pour l’album de Fontaine qui sort ces jours-ci, « Terre Neuve », et où l’irréductible Gauloise renoue avec ses plus grands albums en se délestant de tous ses gadgets. Premier album enregistré depuis le départ de Jacques Higelin, « Terre Neuve » est donc ce tabula rasa inespéré trempant l’encre dans la tristesse pour en sortir un grand et beau moment. Tout l’inverse de l’interview qui suit.
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

Choolers Division : du rap trisomique, au mic

Le premier vient de Marseille (comme Jul), le second de Bruxelles (comme Romeo Elvis) et les deux ont formé en 2013 Choolers Division, un projet rap dont la première particularité est que ses deux membres sont trisomiques (un écho au Wild Classical Music Ensemble), le second étant que leur récent album chez Black Basset met une grosse branlée aux rappeurs dits “valides” et pourtant pas du tout validés.
Lire l'Article
Lire l'Article

‘’La nuit des Perséides’’ de Biche, le grand disque de rock psyché français oublié de 2019 ?

Au moment du grand bilan, à la fois de l’an 2019 et de la décennie, il faut bien admettre que le premier album du groupe emmené par Alexis Fugain pointe loin derrière Eddy de Pretto et autres Flavien Berger et Papooz. Sans véritable équivalent sur le territoire, à moins qu’on ne tente un parallèle avec Aquaserge en version versaillaise, Biche avait pourtant de solides arguments pour ceux inconsciemment biberonnés aux harmonies les plus enlevées des Beatles.
Lire l'Article
Lire l'Article

Depuis Nancy, The NCY Milky Band réanime Boards Of Canada en version jazz

Les occasions de parler d’un seul vrai et bon morceau deviennent, ces temps-ci, de plus en plus rares. Perdue au milieu d’une somme d’atrocités insipides telles qu’on en finirait presque par ne plus rien écouter attentivement plus de 10 secondes, la cover du Spectrum de Boards of Canada (1996) par les Français de The NCY Milky Band mérite que le lecteur que vous êtes appuie sur la grande touche pause du temps, histoire de respirer profondément par les narines toutes la beauté jazz de ce projet de cover intitulé Our Gurus, et prévu pour une sortie le 7 février prochain. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Puce Moment transforme les orgues en machine à danser

Loin du tintouin parisien, le duo et couple lillois formé par les membres de Puce Moment continuent d’expérimenter, et souvent là même où on l’attend pas. La preuve avec « O.R.G. », un EP traduisant sur disque une performance réalisée en janvier dernier au Café des Orgues, à Herzeele. Le résultat inspire évidemment plus de poésie que de barbarie.
Lire l'Article
Lire l'Article

Voyages en Vassiliu, volume 2

De la Guadeloupe au Sénégal en passant par Rio de Janeiro, l’homme décédé en 2014 des suites de la maladie de Parkinson n’a, en fait, jamais su rester en place. Ces multiples poinçonnages sur son visa exotique se retrouvent aujourd’hui tous rassemblés sur « Pierre Vassiliu en voyage », deuxième volume plus africain des compilations éditées par Born Bad pour rendre à l’homme derrière la moustache, et qu’on a longtemps pris pour un baltringue.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

La musique molle à l’heure d’Internet

Pendant 20 ans, la musique indie composée avec trois francs six sous a fait les beaux jours des médias et des fans à la recherche d’un son différent, d’une alternative et d’une posture atypique face à la fat pop insipide et composée dans les grandes usines. Mais au moment de refermer la décennie 2010, symbole d’une époque portée par l’urgence d’internet et notre besoin de jouir vite, on est malgré tout en droit de se demander si cette « pitchfork culture », à la fois trop lente et anti-charismatique, n’est pas en train de vivre ses dernières heures.
Lire l'Article