Depuis Nancy, The NCY Milky Band réanime Boards Of Canada en version jazz

Les occasions de parler d’un seul vrai et bon morceau deviennent, ces temps-ci, de plus en plus rares. Perdue au milieu d’une somme d’atrocités insipides telles qu’on en finirait presque par ne plus rien écouter attentivement plus de 10 secondes, la cover du Spectrum de Boards of Canada (1996) par les Français de The NCY Milky Band mérite que le lecteur que vous êtes appuie sur la grande touche pause du temps, histoire de respirer profondément par les narines toutes la beauté jazz de ce projet de cover intitulé Our Gurus, et prévu pour une sortie le 7 février prochain. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Puce Moment transforme les orgues en machine à danser

Loin du tintouin parisien, le duo et couple lillois formé par les membres de Puce Moment continuent d’expérimenter, et souvent là même où on l’attend pas. La preuve avec « O.R.G. », un EP traduisant sur disque une performance réalisée en janvier dernier au Café des Orgues, à Herzeele. Le résultat inspire évidemment plus de poésie que de barbarie.
Lire l'Article
Lire l'Article

Voyages en Vassiliu, volume 2

De la Guadeloupe au Sénégal en passant par Rio de Janeiro, l’homme décédé en 2014 des suites de la maladie de Parkinson n’a, en fait, jamais su rester en place. Ces multiples poinçonnages sur son visa exotique se retrouvent aujourd’hui tous rassemblés sur « Pierre Vassiliu en voyage », deuxième volume plus africain des compilations éditées par Born Bad pour rendre à l’homme derrière la moustache, et qu’on a longtemps pris pour un baltringue.
Lire l'Article
Lire l'Article

La musique molle à l’heure d’Internet

Pendant 20 ans, la musique indie composée avec trois francs six sous a fait les beaux jours des médias et des fans à la recherche d’un son différent, d’une alternative et d’une posture atypique face à la fat pop insipide et composée dans les grandes usines. Mais au moment de refermer la décennie 2010, symbole d’une époque portée par l’urgence d’internet et notre besoin de jouir vite, on est malgré tout en droit de se demander si cette « pitchfork culture », à la fois trop lente et anti-charismatique, n’est pas en train de vivre ses dernières heures.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Faites entrer le nouveau single tueur de Baston, avec Christophe Hondelatte

Que veut la France de la fin des années 2010 ? Elle veut du rock drôle, du rock qui tabasse et qui ne joue plus le coup de la copie mongoloïde avec trois accords de guitare appris sur Youtube. C’est dans ce contexte façon “la musique pour les nuls” que Baston vient cogner avec son premier album prévu pour le 29 novembre. Ca s’appelle “Primates” et le préambule à cette bonne claque se nomme Viande, un titre où l’ancien héros des dimanches soirs sur France 2 s’invite à l’insu de son plein gré.
Lire l'Article
Lire l'Article

Etienne Jaumet et Gilbert Artman : la rencontre

Après Emmanuelle Parrenin et Richard Pinhas, Etienne Jaumet, temporairement échappé du vaisseau Zombie Zombie, s’attaque à l’un des derniers monstres sacrés de la musique culte française des 70’s : Gilbert Artman, un nom qui parle aux fans de musiques progressives et digressives pour son implication dans Lard Free puis, plus tard, dans Urban Sax. Les deux savants fous, réunis, publient aujourd’hui un disque intemporel et planant ; parfaite bande-son de la colonisation d’une nouvelle planète où tous les habitants ressembleraient à des John Coltrane vulcains. Rencontre avec deux sax machines.
Lire l'Article
Lire l'Article

Le nouveau Balladur vous demande de vous arrêter

Balladur, c’est évidemment l’homme des mauvais choix (la trahison chiracienne de 1995, le port du goitre, le refus de la coldwave pour ses meeting, etc), mais c’est aussi un duo de Villeurbanne signé chez Le Turc Mécanique. Avec leur troisième album “La vallée étroite”, ils prouvent que l’avenir du rock, si tant est qu’il en ait un, est dans l’ouverture à l’étranger. Tout l’inverse d’un concept RPR, en somme.
Lire l'Article
Lire l'Article

Les nostalgiques du RPR vont adorer “Fillon”, le track discopolitique de Dombrance

Tout le monde se souvient de la citation de 2017, quand le George Harrison de la politique déclarait, voix tremblante : “je ne céderai pas, je ne me retirerai pas”. Deux ans plus tard, les faits lui donnent raison. Sous la main de Dombrance, le voici qui revient pour 3 minutes et 36 secondes de discotronique débile avec, pour seul mantra, un “C’est François Fillon” qui aurait pu être écrit par sa femme.
Lire l'Article
Lire l'Article

L’esprit funk des Beatles révéillé dans cette session de Canari

Voilà deux ans, le groupe français Canari publiait son premier album, “Désamorceur”, vivement recommandé à tous ceux qui croient encore à la pop (on a compté, vous êtes 4534 en France). Aujourd’hui, les drôles d’oiseaux viennent donner des nouvelles avec Shine Radio Man, un titre capté en studio à l’Abbey Road Institute (en France, hein) en compagnie de l’immense (c’est une image) Ricky Hollywood. C’est à regarder en boucle avant la sortie d’un deuxième album en préparation. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Rubin Steiner ne sera jamais James Murphy, et c’est tant mieux

Au moment de revisiter sa carrière à la décolleuse à papier peint, il se pourrait bien qu’on découvre chez Rubin Steiner assez de couches différentes pour plus trop savoir de quelle couleur était le mur porteur. Loin des solutions toutes faites, en évacuant l’idée même d’une cohérence artistique qui a tué plus d’un artiste éphémère, il livre aujourd’hui avec « Say hello to the dawn of paradox » un album où le titre à rallonge est porté par un invariable sens du rythme.
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

Grosse vague de froid sur la France avec le retour de Lonely Walk

En France, il n’y a pas que Frustration qui soit capable de cryogéniser le rock pour le congeler façon Hibernatus. Leurs collègues de Lonely Walk, un temps signés chez Born Bad, le prouve sur le premier titre de leur nouvel album prévu pour le 24 janvier. Ca s’appelle Look at yourself et on vous conseille de mettre un bonnet avant de cliquer. 
Lire l'Article
Lire l'Article

C’est officiel : les Cocorosie reviennent pour nous casser les couilles

A la manière du choléra et du communisme, on pensait en avoir terminé avec cette épidémie. Mais non : cinq ans après un album qu’on pensait être le dernier, les Castafiore de l’indie américaine ont finalement décidé de salir une nouvelle décennie avec un nouvel album (« Put the shine on ») qui devrait sortir en mars 2020, à moins que le directeur artistique en charge de la purge qu’est le nouveau single ne le réécoute attentivement et ne décide de s’inscrire à un programme pour les alcooliques anonymes.
Lire l'Article
Lire l'Article

Maud Geffray brise le Glass

Coincée entre la doyenne Chloé et la jeune Lucie Antunes, il y a Maud Geffray. La moitié de Scratch Massive, comme les deux musiciennes précitées, compose en questionnant ; chaque musique étant une nouvelle interrogation sur elle-même et sur le monde qui l’entoure. Son album « Still life », très bel hommage au maitre Philip Glass, permet de mettre les points sur les i.
Lire l'Article
Lire l'Article

« Psychic Data » de TVAM : un disque psyché qui ne prend pas l’auditeur pour un con

Livré in extremis avant la fin de la décennie 2010, le premier album de cet Anglais plein de néons dans la tête ravive le souvenir de Peter Kember, et avec lui cette époque où le rock anglais pouvait écouté comme une lente drogue faisant descendre lentement l’auditeur d’étage en étage, comme dans Trainspotting.
Lire l'Article
La playmate du mois