Reportage : une virée à Nancy avec les mecs fous derrière BMM Records

À l’occasion de l’arrivée du mois de décembre, et accessoirement, de la sortie pas trop ancienne d’un album franchement bon du NCY Milky Band, je me suis pointé à Nancy en express. En plein cœur de cette ville où la plupart des artistes du label BMM Records ont élu résidence, j’ai infiltré leur QG-studio, tapé la discute avec les groupes présents, écouté des sessions jam de qualité, gagné aux fléchettes et… je ne me rappelle plus trop, il était déjà bien tard. Finalement, ça donne ce reportage photo, des bons souvenirs plein la caboche et un retour à la casbah un peu embué. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Le rock n’est pas mort, il vit en région parisienne et a un profil LinkedIn

Pour la première fois depuis la création du Hellfest, la ministre de la Culture s’est déplacé jusqu’à Clisson. Comme on voyait parfois arriver un prêtre aux petites heures de l’aube dans la maison où depuis de longues heures un malade ou un vieillard se bat avec la mort, on peut soupçonner que la présence d’une huile officielle relève ici aussi de l’extrême onction. Car derrière la cathédrale en toc qui marque l’entrée du lieu, la mort plane, une mort complexe et métaphysique, plus vicieuse que celle de la riche iconographie du metal (en vrac les zombies, les crânes, les pluies de sang et les cadavres qui grimacent sur les tee-shirt et les tatouages des festivalier.es). Bien sûr, comme tout individu cultivé, on se souvient des paroles d’Ace of Spades.
Lire l'Article
Lire l'Article

A Paris, les Rolling Stones tirent la langue

A propos de leur âge canonique (231 ans à eux trois), à propos du potentiel de Ron « Zombie » Wood pour apparaitre dans un nouvel épisode de Walking Dead, à propos de la forme physique de Keith, plus proche du bloc de granit que du guitariste qu’on a connu; bref, à propos des Stones, tout le monde possède un avis. Même Pierre Mikaïloff, présent le 23 juillet dernier à l’Hippodrome de Longchamp. Le voici, avec quand même un peu de satisfaction. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Hellfest 2022 : portraits de festivaliers

Plus de mille jours que les métalleux étaient privés du seul moment de l’année où ils se sentent à peu près normaux.  Pour marquer le coup et rentrer dans leurs frais, les organisateurs du Hellfest leur avaient concocté un programme dantesque : deux festivals pour 7 jours au total d’une orgie de gros son servi par 360 groupes, avec en point d’orgue la première de Metallica au pays du Muscadet. Autant dire que ni la putain de canicule annoncée ni le fameux shitstorm électoral en gestation n’allaient ruiner la fête. Surtout pas la tienne, parce que tu aimes au moins autant raconter le plus grand rassemblement français dédié aux musiques extrêmes qu’aller t’y faire poncer les tympans. Et raconter le Hellfest, c’est aussi rencontrer sa faune et ses visages. 
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Expo Polnareff au Palace : du rêve au cauchemar

Intitulée Polnarêves : une expérience immersive, l’exposition dédiée au Xavier Dupont de Ligonnès de la chanson française qui débute le 3 juin au Palace ne laissait pas beaucoup de place à l’espoir d’un retour réussi. Mais fort de cette réputation de jusqu’au-boutiste patenté qui a permis à Polnareff de repousser  pendant 50 ans toutes les limites, c’est encore pire que prévu.
Lire l'Article
Lire l'Article

Reportage : au festival du synthés modulaires de Diskoutal

Tous les ans, l’île d’Ouessant accueille Diskoutal, un rassemblement de cinglés de synthés modulaires loin, très loin, de l’esprit des festivals traditionnels. En avril se tenait la troisième édition, avec notamment Yann Tiersen, S 8 J F O U ou encore Marc Caro (Hypnoise). On y a passé une journée complète, avec les organisateurs et les musiciens, à la recherche de vraies interactions man-machine.
Lire l'Article
Lire l'Article

Chez Sonorium, les séances d’écoute ne tombent pas dans l’oreille d’un sourd

Les sessions d’écoute Sonorium sont un rendez-vous parfait pour les amoureux de musique, qu’ils soient néophytes ou experts. Le concept est simple : on se pose dans un lieu public stylé, on écoute un album en entier sans broncher, puis on discute. On vient juste d’en tester une, malgré qu’elles existent depuis 5 ans. Il n’est jamais trop tard, alors on s’est pointé à celle consacrée à Christophe et son disque « Les mots bleus ».
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

Johnny Mafia a trouvé les clés du garage

On les avait quittés un soir d’octobre 2019 au Trabendo, ça nous avait donné envie de revoir ces gros mafiosi de Johnny Mafia. Une fin du monde plus tard, on a retrouvé leur trace par l’opération du Saint-Esprit près d’Angers. Entre temps on a passé du temps avec eux sur leur terre à Sens en Bourgogne dans l’Yonne, patrie d’Émile Louis, de l’AJ Auxerre et du chablis. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Covid ou pas, le festival Binic toujours sa mère

En 2021, le Binic Festival devient « La Cathédrale », un énorme bordel païen dans un champ cosmique pour 2000 branlos en perfecto qui ne croient en rien d’autre que le rock’n’roll. Si la « Nef des Fous » a du revoir cette année sa jauge énorme à la baisse, elle compte bien continuer à foutre le bordel au « grain de beauté des Côtes-d’Armor » dixit notre (cher) premier ministre. Et ça commence dès maintenant du 22 au 25 juillet à Binic, aka « Double Fuck Town ».
Lire l'Article
Lire l'Article

Le 9ième festival du film grolandais ? Follement occitan !

Dans ce marasme du tout sécuritaire, du bal masqué pas très dansant, dire que le Festival International du Film Grolandais (Fifigrot pour les intimes) est un appel d’air, c’est un euphémisme. Iconoclaste, pointu, sa 9ème édition se tenait à Toulouse du 14 au 20 septembre; festival qui, comme son nom l’indique est lié à la principauté de Groland. Un séjour court (2 jours et demi) mais riche en émotions et rencontres. On retient 4 noms : Lachaud, Hurtado, Mandico, Peretjatko… dont le point commun est d’être haut-perchés et de résonner avec la lettre O, comme Occulte ou Ô culte et O, comme un festival follement occitan !
Lire l'Article
Lire l'Article

Comment j’ai pu assister à un festival de musique en 2020, c’était dans Minecraft

Le 16 mai dernier, j’ai assisté à un festival. Un vrai de vrai, il y avait même Idles, Health, Pussy Riot, Citizen et plus ou moins Massive Attack. Pour y aller, j’ai escaladé une montagne, enneigée et sauté dans un puits de plusieurs mètres de profondeur et il n’y avait même pas besoin de gestes barrière puisque le festival était virtuel il se tenait au sein du jeu vidéo Minecraft.
Lire l'Article
La playmate du mois