La playmate du mois
Lire l'Article

RETOUR À COLD CAVE MOUNTAIN

L’époque est en manque cruel de popstars. C’est dur de s’identifier à des artistes, qui, comme ton collègue de boulot du lundi matin, partagent des vidéos de chats qui sauvent des petits garçons sur ta timeline facebook. Alors pourquoi un garçon handicapé et dépressif tel que Wesley Eisold a tout pour être désigné comme le nouveau Morrissey 2.0 ? Et d’ailleurs, qui c’est ce mec ? De la scène harcore underground U.S au Festival Pitchfork, un destin remarquable où se croisent Genesis P-Orridge, Morrissey, Jean Genet, Sisters of Mercy, des nazies et Instagram.
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

STRASBOURG [ECOUTE EXCLU]
Plus loin vers l’est

Avec leur EP « Sexe et violence », les Français de Strasbourg livrent une barquette cold-wave sous vide qui fait le bruit de la tôle froissée sur des voitures brûlées. Ca sent (pas très) bon le coït avec des robots via port USB, ça ressemble à du « Metal Machine Music » enregistré près de la ligne Maginot et la nouvelle signature du Turc Mécanique est absolument inécoutable aux heures de bureau. Ecoute en exclu avant de sauter par la fenêtre.
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

INFECTICIDE
CHANSONS TRISTES

Partis vider le bar après avoir coincé le revival coldwave dans les chiottes au moyen d’une chaise posée sous la poignée de la porte, Infecticide proposa, avec la courtoisie d’un Patrick Balkany s’adressant aux journalistes, de mettre un peu de musique pour égayer la soirée. Après une brève altercation avec le disc-jokey qui fût réglée par l’offre d’une prestation fictive au Social Club, le trio posa religieusement son premier album « Chansons Tristes » dans la chaîne hifi du bar/club avant que le drame ne se produise.
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

69
Le village des (con)damnés

Les mauviettes n’aiment pas les films de John Carpenter, les cyniques non plus. C’est d’ailleurs à ça qu’on reconnaît les cons, leur facilité à moquer la sincérité bricolée avec trois francs six sous. Pour le groupe 69, c’est un peu pareil. Fondé par d’anciens membres de Sloy au moment même où le moustachu maitre de l’horreur entamait son déclin, le groupe français livre avec « Adulte » un deuxième album tellement flippant qu’il s’adresse en réalité aux plus courageux.
Lire l'Article
Partager