Lire l'Article

Une interview en franglais chelou avec Nathan Roche

Connu depuis 2015 comme le leader autoproclamé du Villejuif Underground, Nathan Roche est ce poète beat australien qui, en plus de parler le français comme Jane Birkin, suit le même parcours que Kevin Ayers et Anton Newcombe. Loin de ses terres, l’Australien exilé qui a de la Kronenbourg qui coule dans ses veines vient de sortir un nouveau disque solo (A Break Away »), et il tente de nous en parler face caméra. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Un nouvel EP des Druids of the Gué Charette pour voyager en Brocéliande électrique

C’est un puissant signal sonore venu des tréfonds de la Bretagne qui s’abat sur le pays : deux ans après leur dernier album, les Druids of the Gué Charette reprennent les armes et sortent un nouvel EP « What A Waste Of Time » chez Beast Records, à découvrir ici en exclu avec quatre morceaux des sulfureux Bretons encapuchonnés pour faire trembler dans les chaumières. 100% Brocéliande, mais garanti sans Nolwenn Leroy.
Lire l'Article
Lire l'Article

Les Tigres du Futur reviennent du passé avec « Les Éventreurs du Dancing »

Leur nom inspire la violence autant que l’étrange et pour cause : Les Tigres du Futur sont uniquement motivés par la vengeance et la réhabilitation d’un homme de l’ombre de la musique française : Jo-Bernard Castagneri. Leur mission semble loin d’être achevée puisqu’ils reviennent de leurs lointaines galaxies mêlant porno gore, giallo burlesque et science-fiction kitsch avec un clip version longue pour Les Éventreurs du Dancing, ainsi qu’un nouveau disque en édition très limitée.
Lire l'Article
Lire l'Article

Les Clopes : « on veut que le monde soit de plus en plus déprimé et glauque »

Le groupe le plus déprimé de France vient de sortir son troisième album, sobrement intitulé « Troa », sur lequel il emprunte de nouvelles directions toujours aussi nicotinées. Le temps d’un griller un, le chef d’orchestre Kim Giani et son avatar Guillaume Patrick déballent tout dans cette interview brûlée au troisième degré.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Sur la trace des Rallizes Dénudés, le plus mystérieux des groupes de rock japonais

Les Rallizes Dénudés n’ont jamais enregistré le moindre album. L’histoire du groupe est principalement faite de rumeurs et de spéculations. Le chanteur culte Takashi Mizutani a passé les quarante dernières années de sa vie dans un anonymat quasi-total et son premier bassiste a détourné un avion pour la fraction japonaise de l’Armée Rouge. Un pitch digne d’un film qui voit enfin le jour avec la sortie fin novembre de trois albums retrouvés au fond d’un tiroir.
Lire l'Article
Lire l'Article

Avec « Rotterdam », Tramhaus claque un EP à faire lever le cul des chaises

Après deux tournées européennes intenses et remarquées sur l’année 2022, les Hollandais de Tramhaus sortent leur premier EP « Rotterdam » chez Subroutine Records. Si le groupe n’en est encore qu’à ses débuts, il jouit déjà d’une certaine notoriété dans la scène post-punk européenne, surtout connu pour ses performances scéniques et son ton narquois. 
Lire l'Article
Lire l'Article

La double vie Robert Lester Folsom, peintre en bâtiment et folkeur de l’espace

Si vous avez aimé l’histoire de Rodriguez et son « Sugar Man », vous pourriez être sensible à celle de Robert Lester Folsom, l’ancien peintre en bâtiment devenu guitariste de l’ombre. Le 11 novembre sort chez Anthology Recordings le deuxième volume de ses archives, « Sunshine Only Sometimes, Archives vol. 2 1972-1975 », pour compléter « Ode To A Rainy Day », la première série de ses enregistrements redécouverts après quarante ans de silence. 
Lire l'Article
Lire l'Article

À la recherche du psych-folk perdu avec la compilation « Deep In The Woods »

Malgré une pochette plus épileptique que psychédélique, la compilation « Deep In The Woods : Pastoral Psychedelia and Funky Folk 1968-1975 » vaut absolument le détour. Au programme : une sélection d’une cinquantaine de titres plus ou moins passés à la postérité, pour se plonger dans la riche histoire de la première vague de folk psychédélique britannique du tournant des 70’s. Oubliez l’effervescence du Greenwich Village et les complaintes des texans maudits : cette fois-ci, tout se passe dans les bois du Vieux-Monde.
Lire l'Article
Lire l'Article

Connaissez-vous Abraxas, le groupe qui n’a rien à voir avec Santana ?

Si les conditions d’enregistrement de « Monte Carlo » sont teintées d’un certain romantisme, il n’est absolument pas question ici d’amours épistolaires, mais plutôt de séances d’enregistrement par Zoom interposés, pour ce qui ressemble à un vol en haute altitude pour le duo Abraxas, rejeton des Night Beats et autres Los Bitchos. C’est parti pour un trip psych-funk sur des sites archéologiques vieux de 12 000 ans.
Lire l'Article
Lire l'Article

Usé : l’interview qui casse des briques

Alors qu’il commence tout juste à apprécier la vie hors de l’hôpital, Usé (aka Nicolas Belvalette) vient de sortir chez Born Bad un nouvel album, « Couleur Brique », aux sonorités encore plus glauques que les précédents. Plus récemment encore, il a même troqué sa casquette de musicien terrible pour celle d’acteur, à l’affiche de Tout fout le camp de Sébastien Betbeder. Pour Gonzaï, il revient sur ces deux nouveautés devant le superbe fond vert de Gonzai, mais couleur brique.
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

« ForeverAndEverNoMore », ou l’apocalypse selon Brian Eno

Dix ans après la fameuse prophétie apocalyptique de 2012, celle qui devait condamner l’humanité entière à son extinction via un large panel de catastrophes naturelles, Brian Eno revient avec un nouvel album aux thématiques voisines, « ForeverAndEverNoMore « . Et contrairement aux habitudes du pape de l’ambient, ici la voix est au centre de l’œuvre.
Lire l'Article
Lire l'Article

« Nothing Special » de Will Sheff : beaucoup moins chiant qu’un disque indie

Le vrai premier disque solo du leader d’Okkervil River marque un tournant net, mais à sa manière. Loin de la folk souffreteuse qui aura fait les beaux jours du début des années 2010, « Nothing Special » permet de faire le deuil des vieux souvenirs et des mythes un peu trop poussiéreux, mais tout en rappelant avec nostalgie cette époque pas si lointaine où des Américains savaient jouer la corde sensible.
Lire l'Article
Lire l'Article

Les maudits de la folk #5 : Phil Ochs, de la six-cordes à la pendaison

Il a grandi au milieu d’idoles comme Elvis, James Dean ou John Wayne, bercé par un rêve américain qu’adulte, il tentera de restaurer. D’Elvis à Che Guevara, Phil Ochs a vécu sa vie comme un franc-tireur sur un champ de bataille, mitraillant l’establishment de ses textes aussi drôles qu’acerbes, défendant les droits civiques, les luttes antiracistes et faisant de sa voix un hymne contre la guerre du Vietnam. Dépressif, bipolaire et souffrant d’un trouble dissociatif de l’identité, il finira par devenir quelqu’un d’autre… avant de se donner la mort à 35 ans.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Quand Lou Reed se faisait électrocuter pour homosexualité

Près de dix ans après la mort de Lou Reed, le label Light In The Attic publie « Words & Music, May 1965 », un album de démos de ce qui deviendra le premier album du Velvet Underground. Derrière la découverte de ces premières émulations entre Lou Reed et John Cale, c’est aussi l’occasion de revenir sur la jeunesse chaotique du New-Yorkais et le traitement par électrochocs qu’il reçut à l’âge de dix-sept ans.
Lire l'Article