Avec Blood Machines, Seth Ickerman livre une science-fiction sous hallucinogène

C’est rare dans le ciné français, alors autant en profiter : le duo Seth Ickerman vient de sortir Blood Machines, un film de SF sacrément ambitieux. Basée sur des visuels psyché et une vision originale autour de l’intelligence artificielle, proche de l’esprit cyberpunk de Ghost in the Shell ou Blade Runner, l’œuvre a été créée avec un budget de production indé. De quoi faire passer un paquet de blockbusters pour des nanars bâclés.
Lire l'Article
Lire l'Article

The Irishman : once upon a time in Scorsesia

Avec son casting et son ambition, annoncée et maintes fois repoussée au point de perdre espoir, l’arlésienne ultime du cinéaste légendaire se présente comme un des évènements ciné marquants de cette fin de décennie. Alors que les débiles du MCU s’étripent pour savoir si Avengers est un vrai film, on a jeté un œil dans le rétro pour mesurer le cadeau de cette odyssée où les plombs se perdent telles des larmes entre les rides et la place culturelle de son expert fabriquant. 
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

« Iris » de Justice, un impressionnant huis clos au salon luminaire de chez IKEA

Musique live et cinéma font mauvais ménage, les bons exemples se comptent sur les doigts d’une main de Django ; le Live à Pompéi de Pink Floyd étant dans le genre le mètre étalon ayant inspiré des dizaines de copies ratées sur quatre décennies. C’est pourquoi l’annonce de la sortie du space opera de Justice avait sur le papier toutes les raisons d’exciter les fans – en vrac – des Daft Punk, de Kubrick et du duo Xavier/Gaspard. Hélas, après visionnage, Iris fait surtout très mal aux yeux.
Lire l'Article
Lire l'Article

La double vie de Med Hondo

Du Flic de Beverly Hills à l’âne de Shrek, difficile de passer à côté de Med Hondo, voix française d’Eddie Murphy, à qui on doit l’accent délirant désormais culte de ce côté de l’Atlantique. À la fois doubleur, réalisateur, comédien et plus encore, voici l’histoire cabossée d’un cinéphile touché par la “négritude”, dont la carrière chaotique s’est déroulée dans l’ombre des superstars noires américaines. Jusqu’à son décès le 2 mars 2019.
Lire l'Article
Facebook Page
La playmate du mois