Dans l’Espagne transgenre de Nazario

Les éditions Misma sortent ces jours-ci Fabulosas, anthologie de bandes-dessinées dans laquelle le dessinateur Nazario revisite contes célèbres, mythes grecs ou textes religieux à la sauce X, trans et queer. L’occasion de revenir sur la carrière du fougueux Espagnol, pionnier de la BD underground et devenu une figure de la movida barcelonaise du début des années 80 avec sa faune multicolore où cohabitent gorgones menaçantes, robots sexuels, détective trans, natures mortes et des bites. Beaucoup de bites.
Lire l'Article
Lire l'Article

Avec Feminicid, Christophe Siebert trifouille les entrailles de son pays maudit

Ça fait un moment qu’on le suit. On est là, on observe, on attend. C’est qu’avec Christophe Siebert, romancier de son état, on n’est jamais à l’abri: il y a quatre ans, il sortait Métaphysique de la Viande, ballade dans une France en mal de vivre partagée entre plongée scabreuse dans la tête d’un tueur en série et transe psychotique. Il y a deux ans, avec Images de la fin du monde, il mettait la première pierre à l’édifice d’un cycle de Dark SF. Sortie en septembre dernier, toujours aux éditions Au Diable Vauvert, le deuxième volume de ce qu’il nomme désormais Les Chroniques de Mertvecgorod, nous remets le nez dans les effluves noires de son pays de timbrés.
Lire l'Article
Lire l'Article

Éva Ionesco : Proust en manteau panthère

Ce sera très difficile de publier un autre livre sur les années 70 après celui d’Éva Ionesco. Parce qu’il est l’un des rares qui peut se lire même si l’on se fout de cette période. Car Les Enfants de la Nuit possède bien des choses qui manquent terriblement aux «  témoignages » et autres « reconstitutions d’époque ». C’est une langue, une vision, que l’écrivaine et réalisatrice dépeint ici, sans artifices.
Lire l'Article
Lire l'Article

Elzo Durt, l’homme à tête de chou de Bruxelles

Bruxelles : ses frites, son Atomium et son dessinateur complètement freak, Elzo Durt. A 41 ans, le graphiste-artiste le plus cinglé de la Grand-Place bénéficie enfin d’une expo plus grosse que le zizi du Manneken-Pis, et c’est l’occasion pour les novices de rentrer dans cet univers siphonné peuplé de monstres SF, d’anges divinement trépanés et de collages baroques. Et si l’héritier de Magritte sous acides, c’était lui ? 
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Rencontre avec Fabrice Epstein, l’avocat qui fait lever tous les accusés du rock

L’audience démarre comme dans un rêve, dans la salle voûtée de feu la buvette du Palais de justice de Paris. Au milieu des fantômes et de leurs vieux dossiers cachés, l’avocat Epstein (pas Brian, Fabrice) déroule son « histoire judiciaire du rock » compilée dans le livre Rock’n’Roll Justice. En un peu moins de 60 textes, il met à peu près tout le monde à poil.
Lire l'Article
Lire l'Article

John Kennedy Toole : 40 ans de conjuration des imbéciles

C’est en 1981 que la Conjuration des Imbéciles est parvenue au public francophone, au moment où le livre remportait le prix Pulitzer aux Etats-Unis. Ecrit longtemps avant sa publication par un auteur suicidé en 1969, le livre narre les mésaventures d’un obèse de Louisiane crade et prétentieux, l’égocentrique Ignatius J. Reilly. Cette créature diablement sudiste a fasciné quelques générations de lecteurs, jusqu’à transformer le roman en ce que la presse et le marketing savent produire de plus imbécile : un classique. Voire pire : une œuvre culte.
Lire l'Article
Lire l'Article

Les Olympiades de Jacques Audiard : bien plus qu’un film d’appartement parisien

Après sa Palme d’Or (Dheepan) et son escapade américaine (Les Frères Sisters), Jacques Audiard plante de nouveau sa caméra en France dans Les Olympiades, chronique du 13ème arrondissement et ses locataires. Avec ce décor parisien, le cinéaste semble revenir en terrain conquis, voire safe. Mais à travers ce récit choral de paumés en quête de sens, Audiard signe d’une main son plus grand film depuis De battre mon coeur s’est arrêté et de l’autre, une renaissance artistique miraculeuse. A presque soixante-dix ans, comment l’un des réalisateurs contemporains les plus étudiés (et donc prévisible) a-t-il réussi cet exploit ?
Lire l'Article
Lire l'Article

Guy Maddin : des collages imminents

Comment faire carrière dans le cinéma expérimental, gagner un Emmy Award puis, à 65 ans, débuter une carrière dans le collage ? Reconversion absurde, mode d’emploi avec Guy Maddin, actuellement à l’honneur à la Film Gallery avec la première exposition consacrée à ses « découpés-collés » qui prouvent qu’il n’y a pas d’âge pour retomber dans les pots à crayons de l’école des couleurs primaires.
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

Nicolas Rey : « À chaque fois que tu termines un livre, tu te dis : plus jamais ! ”.

Nicolas Rey publie un nouveau roman, forcément magistral, La marge d’erreur, aux éditions du Diable Vauvert. Pendant une heure, au détour de quelques piques dont une que vous pouvez lire plus haut, l’écrivain à succès, enfant chéri du germanopratisme des années 90 suscitant fascination et répulsion, a répondu de façon touchante, brillante, comme lui finalement, à mes questions de l’écrivain raté que je suis.
Lire l'Article
Lire l'Article

« Le Souffle au coeur » de Louis Malle est le premier film punk français (et personne ne le sait)

C’est l’histoire d’un coming of age malpoli qui fête ses 50 ans et qui nécessiterait bien des cartons de contextualisation sur HBO Max – « le film est le reflet de son époque », « il n’engage que son auteur », « il est réservé à un public averti » – merci à la brillante réunion de brainstorming qui aboutit un jour à d’aussi stupéfiantes conclusions… Et si, en fin portraitiste de notre jeunesse « beurre de baratte », Louis Malle était une déclinaison VF d’Alan Clarke ?
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Pourquoi le livre d’Angela Davis sur le blues féminin est plus que jamais d’actualité

Paru en 1998, l’ouvrage d’Angela Davis Blues et féminisme noir magistralement traduit en 2017 est ressorti la semaine dernière en poche, toujours aux éditions Libertalia, alors que les notions de « race », de « classe » et de « genre » qui sont au cœur du livre suscitent chaque jour en France un peu plus d’émoi. Et tout cela après #MeToo et #BlackLivesMatter.
Lire l'Article