Avec sa 16ième édition, le festival BBmix poursuit sa radicalisation douce

A l’approche de sa majorité (16 ans), le festival des Hauts-de-Seine, à Boulbi continue d’être l’exact opposé de son grand frère Rock en Seine. A l’envers et contre tout, l’édition 2021 sera encore l’occasion de vérifier qu’il existe un monde où la contre-programmation n’est pas une insulte à l’intelligence. Rendez-vous les 27 et 28 novembre au Carré Belle-Feuille.
Lire l'Article
Lire l'Article

Avec « Qui », Musique Post Bourgeoise arrose en punchline et enc*** le rap sévère

Où sont les limites, et surtout : comment les défoncer ? C’est un peu la question posée depuis le début de Musique Post Bourgeoise quelque part en 2014. Sept ans plus tard, Olivier Urman et Vincent Robischung ne semblent pas avoir trouvé la réponse et continuent de gueuler dans le mégaphone pour ce qui ressemble de plus en plus à du post-rap énervé, avec plus de colère que n’importe quel groupe de rock (pas compliqué) ou tout autre groupe faussement subversif. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Une journée avec le distributeur de disques Bigwax

Dans la chaine alimentaire de l’industrie musicale, ils sont juste au milieu et ils n’ont pas le job le plus facile. Eux, ce sont les distributeurs, ceux qui font en sorte que vos futurs albums préférés arrivent chez les disquaires ou sur les plateformes. A quoi ressemble ce métier de l’ombre ? Bigwax Distribution nous répond dans cette fiche pratique en couleur vinyle.
Lire l'Article
Lire l'Article

Le fils du rock critic Michka Assayas se lance dans le pop jeu, et c’est pas mal du tout

Il y a un nouveau venu dans la série « fils et fille de ». Antoine Assayas, descendant du journaliste Michka du même nom, brave l’interdit et refuse comme tant d’autres avant lui d’embrasser un autre corps de métier que celui de son paternel. Et alors que le pire aurait pu être à craindre (on se souvient de l’atrocité du groupe Minuit, composé des enfants des Rita Mitsouko), c’est avec étonnement qu’on entend The Return, premier single d’un EP à paraitre début 2022, et dans la veine Moodoid filmé par Alejandro Jodorowsky. Dans un autre genre, une autre salle plutôt, Lulu Gainsbourg s’apprête quant à lui à refaire crier la musique avec un album de talkover électronique. Pas vraiment la même sauce comme disent les cuisinologues. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Animoscillator, freak du graphique

A quoi reconnait-on un vrai freak ? Au fait que sa normalité semble complètement folle pour le reste de l’Humanité. Et à ce petit jeu là, Dan Haywood, aka Animoscillator, pourrait bien pour se faire enfermer dans un hôpital psychiatrique s’il n’avait pas eu le chance de transformer sa cave en laboratoire DIY : à la fois musicien et artiste multimédia, gros nostalgique de l’esthétique 8 bits des Sega Megadrive et génial tripoteur de machines dès lors qu’il y a plus de 1000 boutons, l’Américain reclus au fin fond du Montana passe 12 heures par jour à créer des musiques, des vidéos, des boites en carton, et toujours avec la même envie : oublier qu’il existe un autre monde, où les gens portent des costumes et répondent à des emails. Portrait vidéo du garçon à l’occasion de sa dernière collaboration avec la marque Volcom. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Malgré la Covid, les siestes Teriaki refusent encore de dormir

Au mans, en France, le festival Teriaki revient avec une nouvelle édition du 28 au 29 août pour vous raccompagner doucement vers la sortie des vacances, sans manu militari. Secret bien gardé des Mansois, l’excellent festival des « siestes » Teriaki n’a pas l’intention de vous endormir avec ses 2 jours de concerts. Et si vous avez flambé votre budget vacances, ça tombe bien, car le festival Teriaki, c’est gratuit.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Contre vents et marées, le micro festival résiste à Liège

Le saviez-tu ? Un virus de type chinois a terrassé une grande partie de l’industrie musicale depuis un an et demi, suivi par un dérèglement climatique ayant inondé une large partie de la ville de Liège, en Belgique, surnommée « la capitale du speed » et surtout, chef-lieu des meilleurs fêtards du pays. En croisant ces deux informations, on aboutit à la seule bonne nouvelle de cette introduction : le Micro-festival confirme son retour en 2021, et c’est un événement à ne pas rater. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Binic et Visions s’annoncent comme les meilleurs festivals d’une saison sans festival

Partout en France, des organisateurs tentent de justifier les subventions accordées en proposant des ersatz de festivités post Covid-19, souvent pour le pire, avec des tentes en paille et des programmations ressemblant à un jeu de cartes où Pomme, Yseult et Grand Corps Malade seraient mal mélangés et tirés à chaque fois. Deux festivals tentent pourtant d’aller contre le sens du vent en profitant des contraintes sanitaires pour asseoir encore un peu plus leurs choix radicaux. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Playlist : voici le top 30 des tubes ignobles les plus fantastiques de tous les temps

Un hit gagne-t-il en puissance grâce à une production de mauvais goût, façon Phil Collins, Toto, Yes ou Rod Stewart ? C’est la question posée par Benoît Sabatier dans la playlist à écouter ci-dessous, et où la majorité des titres caillassés pendant des décennies redeviendraient presque cool en 2021. A l’occasion de la sortie de notre numéro consacré à la cancel culture, voici donc 30 plaisirs abominables qu’on a voulu tuer trop vite, de Cambodia de Kim Wilde à Everybody’s Got to Learn Sometime de The Korgis.
Lire l'Article
Lire l'Article

Fin de couvre-feu pour Aquaserge

Trois ans après un dernier essai chez Crammed Discs, les Toulousains progressifs ressortent enfin du bois avec l’annonce d’un nouvel album, toujours sur le label de Marc Hollander. Et comment revenir fort, quand on s’appelle Aquaserge ? Avec une cover d’un titre d’Edgar Varèse datant de 1906, et nommé Un grand sommeil noir.
Lire l'Article
Lire l'Article

Yuksek : l’interview boule à facettes

Si l’on vous dit Pierre-Alexandre Busson, vous pensez à votre voisin de palier. Mais si l’on vous dit que la nuit, cet homme devient Yuksek, qu’il est à la fois musicien électronique, producteur techno, organisateur de festival et remixeur pour à peu près tout le monde (Gossip, Chassol, Burgalat, Lana Del Rey, etc), on comprend que le Rémois ne dort pas beaucoup depuis 15 ans. Alors que sort son nouveau projet et qu’il est l’auteur de la BO de la série ARTE En thérapie, Yuksek tourne sur lui-même pour cette interview à regarder comme un CV en accéléré. 
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

Marc Melià annonce son album chez Pan European avec un nouveau titre : « DX7 »

C’était l’une des plus belles surprises de l’an 2017 : « Music for Prophet » de Marc Melià. Quatre ans après, le musicien espagnol exilé à Bruxelles ne semble toujours pas redescendu sur Terre, mais le Thomas Pesquet des claviers profite de son orbite pour annoncer « Veus », deuxième album prévu chez Pan European le 15 octobre, et introduit par un titre en hommage au synthé phare des années 80, mais aussi un peu au Sébastien Tellier de « Sexuality ». 
Lire l'Article
Lire l'Article

Avec son Algérie du futur, Bab dé-raï complètement

Le saviez-vous ? En 2013, le startupper Joakim sonnait disruptif avant l’heure avec la création de sa pépinière d’entreprise nommée Crowdspacer, où l’on trouve depuis tous les bras les plus cassés de l’électronique tonique. Dernière signature en date : Bab, membre du collectif 404 et auteur de l’excellent EP « Aïdour », du nom d’une petite montagne de 430 mètres d’altitude où plane des musiques pas très vivement conseillée à Eric Zemmour. 
Lire l'Article
Lire l'Article

De Rambo à Hitler, les petits secrets de Giorgio Moroder

His name is Giovanni Giorgio… et il n’a pas fait que raconter sa vie sur un titre des Daft Punk. A quoi ressemblait sa vie après la B.O. de Midnight Express et les tubes pour Donna Summer, Blondie ou encore des Sparks ? A peu près à ça : une drôle de retraite où se croiseront, tout au long des années 90, la réalisatrice attitrée d’Adolf Hitler et Sylvester Stallone. La suite est racontée dans cette vieille interview de 2016, et ressortie des cartons comme une grosse boule à facettes. 
Lire l'Article
Lire l'Article

Perturbator revient avec un nouveau single pas vraiment « synthwave »

Depuis presque 10 ans, James Kant brûle les terres européennes tel un Attila sorti d’un magasin de synthé pour enterrer tous les vieux blousons noirs du rock. A l’approche de son (déjà !) cinquième album « Lustful Sacraments » (tout un programme dès le nom), son alias Perturbator vient de dévoiler un nouveau titre « à la DAF ou Front 242 » dixit le principal intéressé. Death of the soul est en écoute ci-dessous.
Lire l'Article
Lire l'Article

Nathan Roche du Villejuif revient pour vomir un album sur toi

Et voilà, ça devait bien finir par arriver : après 6 ans d’absence en solo, le leader pas politiquement correct du Villejuif Underground annonce un retour fracassant avec « Drink Up, Rainforest Sinatra », soit un album signé chez Gone with the Weed où des thématiques sociologiques aussi pertinentes que l’alcool, les brocantes et la vie précaire à La Ciotat seront abordées. En clair : pas vraiment un disque d’Eddy de Pretto. 

Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Tiens, quelqu’un a retrouvé un « album perdu » d’Alan Vega

Il semble y avoir une vie après le Suicide : mort le 16 juillet 2016, Alan Vega revient aujourd’hui comme par magie avec l’annonce de « Mutator », un « lost album » enregistré vers 1995, et qu’un employé amnésique qui aurait mérité un bon licenciement avait égaré pendant près de 25 ans. Sortie prévue le 23 avril chez Sacred Bones, si les bandes sont pas re-perdues d’ici là. 
Lire l'Article
Lire l'Article

CAN annonce un nouvel album live capté à Stuttgart en 1975

Exception faite du double album live « CAN – Live Music » sur un boxset de 1999, qui retraçait la période 1971 – 1977 sur différents concerts en différents endroits, il n’existait jusque là aucun album officiel du groupe allemand. Après plusieurs années de bootlegs disponibles, Mute annonce enfin le début d’une série d’enregistrements officiels, et qui débutera le 28 prochain avec un concert totalement dément enregistré en 1975 presque à domicile, à Stuttgart. Un premier extrait nommé logiquement EINS donne le La. Et c’est monstrueux. 
Lire l'Article