MAX RICHTER
Le bruit des glaçons

Max Richter a tout du snobinard sur-diplômé en musicologie : le CV saturé de noms compte-triple (Martin Scorsese, Philip Glass, Deutsche Grammophon…), le regard intransigeant, les tâches de rousseur. Pareille à une conférence trop pointue, sa post-minimale agit donc en somnifère sur beaucoup ; sur d’autres, elle a l’effet d’un anxiolytique, voire d’une séance d’hypnose réussie. Etant de cette seconde catégorie, mon ami Gilles Chancel et moi partîmes à la rencontre du professeur Richter à l’occasion de son concert au Collège des Bernardins. Et si les bons élèves avaient aussi quelque chose à dire ?
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

CHA CHA GUITRI
FRENCH SYNTH WAVE St Etienne – 1981

En 1980 l’album « Tout va sauter » d’Elli et Jacno dynamitait la France. Un an plus tard sortait une cassette à tirage limité du groupe stéphanois Cha Cha Guitri. Si ce dernier est passé sous les fourches caudines de la postérité, il a pourtant tout avoir avec les deux susnommés. Une redécouverte servie sur un plateau vinyle par Born Bad, le label spécialiste des exhumations obscures.
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

BRIAN ENO
Dr Cortex & Mister Hyde

Les crânes d’œuf du monde entier ont de quoi se réjouir : leurs idoles Karl Hyde et Brian Eno viennent de pondre deux albums coup sur coup. Le chanteur guitariste d’Underworld et la tête pensante la plus influente de la musique contemporaine ont mis les bouchées doubles dans des styles radicalement différents : un album de pop funk et un autre plus expérimental. Ne vous attendez pas à lire trop de ragots dans l’article qui va suivre, les deux hommes sont secrets, on est ici pour parler de musique. On sait juste qu’Eno préférait la chatte à la défonce quand il avait encore l’âge de se livrer à ces saines occupations.
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

LEISURE BIRDS
Quand l’astronomie domine

Interviewer un groupe de rock contemporain, qui plus est psychédélique, est souvent une perte de temps. Le leader n’a souvent pas plus à raconter sur la difficile vie en communauté que sur les ‘’interstellar overdose’’ du guitariste perché à trois mille depuis qu’un cacheton de la taille d’un calcul rénal lui est resté coincé en travers du gosier. Ce qui fonctionne pour les groupes de leur génération l’est aussi pour Leisure Birds. Sauf qu’avec leur nouveau disque « Tetrahedron », les Américains invoquent le Pink Floyd première période, le voyage intersidérale et le krautrock de 2067. « Entre ici Syd Barrett, toi et ton cortège de drogues du cosmos ! »
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

MORRISSEY
Bigmouth strikes again?

Depuis 15 ans, Morrissey sort des albums dont tout le monde se fout. A part les Mexicains. Mireille Mathieu est une star au Japon. Momo à Mexico. Arrive aujourd’hui “World peace is none of your business”, nouvel LP d’un Moz sortant d’un quinquennat de silence discographique. Précédé d’échos élogieux, d’un single médiocre et d’un titre canon (Istanbul), je me mettais en quête de ce disque aussi difficile à dénicher qu’une Playstation le jour de sa sortie. Alors, ce nouvel album solo du vieux crooner? Filature. Audition. Et procès-verbal.
Lire l'Article
Partager
La playmate du mois
Lire l'Article

CHILLY GONZALES [INTERVIEW]
Les mélodies de la rédemption

S’il fallait assigner une forme à la carrière de Gonzales, ce serait celle du cube de Necker, cet objet impossible aux poutres solides et inconciliables. Sur des accords tchaikovskiens (Solo Piano I et II), Gonzo débite des punchlines (The Untertainist) ; entertainer auto-saboté et génie auto-proclamé, il collabore avec Daft Punk ou Drake, arrange Peaches ou Katerine, s’invente scénariste (Ivory Tower) et va jusqu’à tenir le premier rôle d’une obscure web-série (Super Producer). Jusqu’ici, l’hétéroclisme du génie suant se drapait toutefois d’une unité de ton : Gonzo, c’était l’arrogance libérale, l’impudence individualiste, la « Supervillain Music ». Puis arriva « Re-Introduction études ».
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

DANNY LYON
“Bikeriders”, mieux motard que jamais

En 1968, le photographe Danny Lyon publie “The Bikeriders”, résultat d’une immersion de plusieurs années dans le club des Chicago Outlaw. A plusieurs titres, The Bikeriders est l’envers du Hell’s Angels de Thompson, pas seulement parce qu’il s’agit là de photographies, mais parce qu’il est un autre objet, très semblable et pourtant fort différent.
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

GONZAI CLUB
Revivals 2014 : nos pronostics

C’était au début de l’année 2014. Le Gonzaï Club mettait les boules sur la table. Les boules de cristal. Quel allait être le revival de 2014 ? Qu’allait-on glisser sur les platines ? Y-aurait-t-il une tendance ? La conjoncture se tendrait-t-elle encore ce qui, avec la fin de l’intermittence, constitue toujours une bonne nouvelle pour la chose rock ?
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

SUN RA
Palmiers et pyramides

Après une biographie sur le viking virtuose Moondog, les éditions Le Mot et Le Reste publient « Sun Ra, Palmiers et Pyramides ». Passion et acharnement, c’est ce qu’il fallait pour s’attaquer à ce monstre cosmique du jazz protéiforme. Joseph Ghosn, déjà auteur d’un ouvrage sur La Monte Young, n’a pas reculé devant l’ampleur de l’œuvre de Sun Ra et signe un livre accessible sur l’un des artistes les plus complexes et plus prolifiques du 20ème siècle.
Lire l'Article
Partager