Lire l'Article

CHARLES PORTIS
Chien de voyage!

La littérature américaine regorge de road books. C’est même LE genre que tout ignare pour qui « Sur la Route » est un film destiné aux adolescentes prépubères sera capable de citer pendant une partie de Trivial Pursuit. La route 66, ces hippies, ces motards, ces voyous et l’appel des grandes étendues de l’Ouest américain, ah ça fait rêver.
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

LEANDRO AVALOS BLACHA
Don’t Die for me Argentina

Pour beaucoup, Argentine = football. Même moi, je sais à quoi ressemble le maillot rayé bleu ciel et blanc, c’est dire s’il est connu. En marge du Mondial, j’ai aussi découvert avec une certaine surprise un jeune écrivain surdoué et très barré du nom de Leandro àvalos Blacha. Un type souriant, posé et tranquille qui a le don d’écrire des romans où horreur, ultra-violence et humour se mélangent à des degrés plus ou moins explosifs.
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

KAROO
Losers do it better

C’est marrant comme, parfois, on n’aime pas se voir dans un miroir. En général, c’est quand ? A des moments bien précis comme le matin au réveil. Le soir après une journée de merde. Le week-end après une cuite tellement mémorable qu’elle nous fait – une fois de plus – jurer de ne plus jamais boire. La nuit après la douzième trace d’euphorisant coupé au produit pour dentiste. J’en passe, et des meilleurs. Avec Karoo, c’est pareil. On pourrait éviter de se retrouver en face de soi-même à tous les instants cités, il suffirait de ne pas lever le nez en se lavant les mains et d’éviter son propre regard dans l’entrée. Avec Karoo, il suffirait de ne pas ouvrir ce livre.
Lire l'Article
Partager
La playmate du mois
Lire l'Article

MUST READ #2
Frederick Exley

Oui, il faut lire. Et c’est encore mieux de savoir qui lire, comment, pourquoi et quoi. Comme vous êtes tous un peu paresseux, on vous mâche le travail dans une subjectivité parfaitement assumée. Peut-être même que, si vous êtes vraiment flemmard, vous trouverez souvent ici de quoi frimer sans avoir besoin de lire quoi que ce soit. Mais ça c’est mal. Lisez donc!
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

KEN KESEY
Vol au-dessus d’un nid de bûcherons

Finir la dernière page de ce pavé de 800 pages, c’est comme voir une personne aimée te tourner le dos. Tu as passé des heures en sa compagnie, du bon temps, tu t’es attaché à elle. Quelque part, elle fait partie de toi. Et puis, après tous ces moments complices, elle s’échappe. Ce roman, c’est pareil. Quand on le commence, on ne sait pas trop où on va et on le laisse partir à regrets. Pourtant, une histoire de bûcherons en grève au fin fond de l’Oregon, ça ne vend pas du rêve, au premier abord.
Lire l'Article
Partager