Lire l'Article

LE REGARD MODERNE
Une librairie sans fard

Sans rien dire, le grand Jacques s’en est allé ce samedi 1er octobre. Si les raisons de son décès sont encore inconnues, trois choses sont sûres : il était à la fois l’un des plus vieux libraires de Paris, indéniablement l’un des plus underground, et il manquera à ce qui reste du Paris des cartes postales. Au moment où l’une longue page se tourne, nous avions envie de lui rendre hommage avec une interview réalisée en avril 2012.
Lire l'Article
Lire l'Article

Le « Présence Humaine » de Michel Houellebecq, 20 ans après

Sorti au début de l’an 2000, le premier – et unique – disque de Michel Houellebecq suscite dix ans plus tard peu d’émotions chez les historiens. Pas un seul pour citer Présence Humaine dans ses disques de décennies ou de chevet, la poussière ayant recouvert de son drap ce qui reste pourtant le plus beau disque de l’histoire française contemporaine.
Lire l'Article
Lire l'Article

EDITIONS LE MOT ET LE RESTE
Interview d’Yves Jolivet

Le Mot et Le Reste désigne ces bouquins qui permettent de pénétrer l’univers de Sun Ra, de comprendre l’errance magique de Moondog ou bien de découvrir le témoignage de Peter Hook. Une maison d’édition qui s’inscrit dans le sillage d’Allia, tant dans la ligne que dans la qualité. Moins connue que la susnommée, ça méritait bien un petit question-réponse avec le fondateur et directeur de l’établissement, qui fournit tous les kids en came littéraire-rock depuis des années.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

CHARLEMAGNE PALESTINE
Tout savoir en 27.000 signes

Héros oublié du mouvement minimaliste, Charlemagne Palestine n’en reste pas moins l’un des principaux artisans. Moins « commercial » que Steve Reich ou Philipp Glass, l’Américain a lentement préféré s’effacer pour que de se répéter (sic). Parce que le rôle d’Internet reste d’éclairer les contre-allées de la pop culture, Rubin Steiner signe ici une longue introduction à l’introduction de ce sacré Charlemagne. Un homme remis en selle à la fin des années 90 par Sonic Youth, et visiblement toujours aussi obsédé par sa quête du Graal absolu : le « golden sound ».
Lire l'Article
Lire l'Article

LES OUTSIDERS DE GUY DAROL
80 francs-tireurs du rock et de ses environs

Sky Saxon leader des Seeds disait « Dieu envoie toujours ses plus valeureux guerriers à la fin ». Dans le livre de Guy Darol, il n’est question que de ça : des outsiders, des Poulidor du rock, des perdants qui gagnent après la course, des poissards que l’histoire a oublié derrière le strass d’histoires à paillettes et de plumes dans le cul(te). Alors que la littérature rock se complaît de plus en plus à nous rabâcher les mérites des groupes les plus populaires, l’ex plume de Libération ose enfin jeter un pavé dans la marre pour y nager à contre courant, direction la marge.
Lire l'Article
Lire l'Article

ABLATIONS
Circulez, y’a rein à voir

Avec sa belle brochette de gueules à l’affiche, son idée de départ plus que prometteuse et son titre anxiogène, “Ablations” avait tout pour être au moins une œuvre palpitante, au mieux un nouveau poumon tout beau tout neuf au sein d’un cinéma français à bout de souffle depuis bientôt un siècle. Malheureusement, après coup, il s’avérera n’être qu’un long métrage décevant qui rate tout ce qu’il entreprend et qui restera, sans doute, condamné à l’abysse (touri). Autopsie de ma déception.
Lire l'Article
Lire l'Article

THE SAINTS, T.I.T.S. ET COUSINS
Le 19 septembre à la Maroquinerie

“Le rock dans les années 70 a été changé par trois groupes : les Sex Pistols, les Ramones et The Saints” dixit Bob Geldof. Les premiers sont liquidés depuis perpète, les seconds sont maintenant tous morts, quant aux troisièmes… ils seront le 19 septembre à la Maroquinerie pour fêter leur 40 ans de carrière sur notre soirée Gonzaï de rentrée.
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

DONNY HATHAWAY
Black Block Note par Eric Sintès

Les génies se reconnaissent au fait qu’ils ont préempté vos rétines. Ainsi, les Beatles ont entièrement gobé le marché de la pomme verte. Indépassable dans votre tête. Reste à définir si le mot « Fenêtre » vous évoque Bill Gates ou Mike Brant ? Pour Eric Sintès, aucun doute n’est permis : dans chaque vitre se reflète l’éclat de Donny Hathaway.
Lire l'Article
Lire l'Article

SYNCKOP
Expert en dégoulinures

Synckop c’est le genre de mec qui crèche dans un appart plein de CD. Une tanière à skeud. Dans son salon, ses étagères qui renferment des merveilles croule sous le poids de ses disques tellement nombreux qu’elles EN gondolent. A quelques mètres à peine de ces étagères Ali Babesque trône un bureau. A son bord un ordi, un énorme ordi, une imprimante, un scanner et tout un tas d’ustensiles, qui à toi néophyte, ne disent pas grand-chose, si ce n’est que dalle.
Lire l'Article
Lire l'Article

LUCIO BATTISTI
Rock’ n’ Roll Anima

On associe souvent la musique italienne à la variété napolitaine et Zucchero, ce qui est bien dommage car elle vaut bien mieux que cela, même si le Bassin méditerranéen et le rock, ça fait deux a priori. Par exemple, je serais infoutu de vous citer trois bons disques espagnols – l’évocation de compilations « Café del Mar » ternirait ma réputation –, turcs ou portugais. Mais sachez que ça vaut pourtant le coup de franchir le Grand-Saint-Bernard et d’aller farfouiller dans les discothèques de nos cousins gominés à chemises en soie.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

JOHN FRUSCIANTE
The Red Hot Chili Poppers

Quel membre d’un groupe de rock éprouverait le besoin de sortir cinq albums solo la même année ? Un homme déjà revenu de l’enfer à 34 ans, un dentier en guise de sourire et un combo séances de méditation/yoga pour pallier une vie bouffée par l’héroïne, prise, que c’est original, pour soigner une dépression post succès fulgurant… Il y a dix ans, John Frusciante mettait ses couilles sur la table d’enregistrement, payant ainsi le tribut à celle qui avait failli le tuer avant de lui sauver la vie : la musique.
Lire l'Article
Lire l'Article

SAINT DES SYNTHS (1/5)
Patrick Cowley

Souvent méprisé pour son obsession d’un futur digital réinventé sur trois octaves, le synthéman est cet homme courageux qui a escaladé les 70’s par son versant le plus abrupt : exit la facilité des vieilles guitares rock, bonjour à la révolution des claviers. Durant tout l’été, la série ‘’Saint des synths’’ vous propose de (re)découvrir le parcours étrange de ces Clayderman discoïdes capables de faire danser le tétraplégique branché sur 220V. Aujourd’hui, hommage à Patrick Crowley, producteur méconnu de Sylvester qui talonne Moroder… jusqu’en 82.
Lire l'Article