Jean Felzine descend de sa Mustang et signe un petit chef d’oeuvre en solo

Il y a des retours qu’on n’espérait pas, ou plus. Le premier EP solo de Jean Felzine, bien connu des anciens jeunes rockeurs pour ses albums avec Mustang, en est un. De taille. Seul avec ses boites à rythmes et un clavier, il entre enfin dans le grand panthéon de la chanson française racée en 5 titres, dont une reprise de Jean-Luc Le Ténia et Etat stable, à découvrir dès maintenant. Les esthètes reconnaîtront certainement le clin d’oeil (inconscient ?) au Jealous Guy de Lennon; les autres salueront cette obstination, pour le coup payante, et marquée par une épure qui fait l’effet d’une bouteille de Destop dans le gosier.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

MUSTANG
(Dé)boire ou conduire, il faut choisir

13 février. Poussé par son label à sortir un peu du cadre habituel, le trio de Mustang joue en avant-première son nouvel album « Ecran Total » à une grappe de journalistes entassés dans le studio du groupe. Certains crient au miracle faux derche sans avoir rien entendu, d’autres semblent là par hasard ; c’est le théâtre balzacien en miniature. Au premier rang, un type qui se croit plus malin que les autres glisse à l’oreille de son voisin : « dis donc, je les trouve un peu molles leurs nouvelles chansons. On est d’accord que c’est plus vraiment du rock ? ». On invite vraiment n’importe qui aux séances d’écoute. La preuve : le type en question, c’est moi.
Lire l'Article
Lire l'Article

MUSTANG [INTERVIEW]
“Ecran Total”, un disque split screen

Selon Clint Eastwood, le public de Mustang se diviserait en deux catégories. D’un côté, des simili branchés qui souhaitent que le groupe se dirige vers des compositions plus barrées, plus hypnotiques, des trucs du genre Suicide sous acide en mode rockabilly. De l’autre, des petites gens adeptes d’une chanson française de qualité, qui regrettent les aspérités et les embardées du trio sur l’autoroute de la mélodie du bonheur. La réalité est évidemment un peu plus complexe, Clint. “Ecran total”, le troisième LP du groupe va-t-il enfin mettre tout le monde d’accord?
Lire l'Article
Facebook Page

LES VISIONNAIRES #2
Mustang regarde dans le rétro(futur)

Parce qu’ils sont allés faire pousser leur musique là où les autres n’allaient plus, parce qu’ils savent reconnaître la modernité, qu’elle soit enfouie ou volatile ; nous avons voulu connaître leur vision sur ce qu’il va advenir de la musique, de la musicalité et de ses musiciens. Profitant de leur nouveau maxi de reprises mettant dos à dos Bashung et Patrick Coutin, on a demandé à Jean Felzine (moteur de Mustang) et Johann Gentile (boite de vitesse 5 rapports) de nous expliquer qui de l’œuf ou de la poule, qui du passé ou de l’avenir…
Lire l'Article

GONZAÏ CLUB #3
Niki Demiller

Il faut bien changer de temps en temps. Après les confessions (passionnantes ne nous trompons pas) de Larry d’Exodisc ayant vécu les 60′s en vrai, voici que le Gonzai Club invite, totalement à l’arrache comme à nos habitudes (lire : rien préparé, choix des morceaux en direct, platines qui devraient en toute vraisemblance sauter mais qui ne le font pas – on appelle ça un miracle), un jeune homme. Si ! Son nom : Niki Demiller.
Lire l'Article

MUSTANG REPREND
Des reprises pour éviter la méprise

Échaudés par le succès tout confidentiel de leur « Tabou » sorti l’année dernière, les rois mages gominés redonnent des signes de vie avec un EP de reprises de chansons françaises qui s’il ne tordra pas le cou aux mauvaises langues (sic), permettra au moins de prouver que nulle besoin de regarder vers l’Amérique pour trouver la bonne étoile du Berger, comme dirait Sheila.
Lire l'Article

LESCOP [INTERVIEW]
Poésie glaciale pour aventure égoïste

Un brin craintif et blanc comme un épileptique pendu au son de Joy Division, Lescop n’est pas le sosie de voix d’Etienne Daho, il ne fait pas dans la new wave réchauffée ni dans la musique française de couvent. Lescop n’est pas celui que l’on fantasme à tous les coins de rue, Mathieu n’est pas celui qu’on croit. Il est juste lui, saltimbanque d’une génération froide à qui Marlene Dietrich, les nuits blanches et la boîte à rythme inspirent autre chose que la vie normale.
Lire l'Article

CRACBOOMS, JC SATAN
Le rock au purgatoire

Cracbooms, JC Satan, quoi de commun si ce n’est qu’ils sortent un EP et un album à peu près en même temps ? Si ce n’est encore que, chacun à leur façon, ils représentent une fuite en avant quelque peu salvatrice au milieu de l’apathie générale qui semble geler les valseuses et les cordes de guitare du moment. Peut-être ai-je enchaîné mauvais choix, coups de lose et twat move, mais j’ai tout de même l’impression qu’on s’emmerde violemment ces temps-ci. N’en jetez plus, le Calice va déborder. Convoquons plutôt la cellule de crise des plus hauts décideurs.

Lire l'Article

MUSTANG
« Tabou », disque de mâles entendus

En 2009, leur premier disque avait été flashé en plein excès de vitesse sur les nationales d’un pays jusque là habitué aux poids lourds. Deux ans après « A71 », les rois mages reviennent pour coller une autre image, à la fois plus précise mais toujours aussi fuyante, de ce que devrait être le rock français dans les cols escarpés. Attendus au tournant par les uns et méprisés par les autres, Mustang change de braquet. Tabula rasa ? «Tabou» l’est. Alors plutôt que de pédaler dans la semoule, Mustang défonce les préjugés. Même les miens.
Lire l'Article
La playmate du mois