L’une des plus belles plumes du rock français (Jean Felzine), un poète disparu (Jean-Luc Le Ténia) et un producteur techno qui monte (Apollo Noir), c’est ce qu’on appelle une belle partouze. Ca tombe bien, car c’est précisément ce dont il est question sur la reprise de L’amour libre, forcément à poil.

Un jour, Jean Felzine a découvert le Daniel Johnston du Mans, le désormais célèbre-encore-qu’il-faille-pas-trop-déconner Jean-Luc le Ténia. C’était en lisant ce papier sur Gonzaï, et depuis, comme dirait l’autre, ça lui était resté dans le ventre. Sept ans après son décès, et sans que cette reprise ne serve aucun propos personnel ni disque à annoncer, le leader de Mustang a décidé de payer son tribut à l’un des plus beaux poètes du précaire que la France des ZEP n’ait jamais vu.

Les thésards en Ténia noteront que L’amour libre avait déjà été repris par Gontard sur un volume de La Souterraine. Pour écouter l’originale, c’est juste en dessous, sans dessus.

Jean Felzine sera en concert le mercredi 31 octobre au Blackstar (bon il se trouve que c’est le soir d’Halloween mais rien à voir, hein)

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.