Lire l'Article

CHRISTOPHE
« Paradis Retrouvé », des collages immédiats

Quand on tombe nez à nez avec le « Paradis Retrouvé » de Christophe, on pourrait presque croire à une boucle qui se boucle avec « Les Paradis Perdus », une suite de points de suspension, des « morceaux » au sens littéral, puisqu’il s’agit de bribes laissées en suspens. Mais non, c’est « Paradis Retrouvé » au singulier, comme « Le Temps » Proustien, large programme d’une époque révolue qui ouvre une parenthèse repliée sur elle-même puisqu’il a, ce paradis, un début et une fin : « témoignage sonore des années 70 et 80 » sur les traces de l’ombre de Francis Dreyfus.
Lire l'Article
Partager

ALEX ROSSI, « L’ULTIMA CANZONE »
Italians do it better

« Les Italiens le font mieux. » Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le nom du très chic label de Chromatics, Glass Candy, Symmetry et consorts, des groupes qu’on pourrait rapidement qualifier de post-italo disco. Seul hic : le post ici serait de trop ; d’une part parce que l’italo disco est indémodable, et d’autre part parce que leur catalogue de chansons ne sonne résolument pas plus moderne que celui de leurs modèles – les bruits de craquements façon vinyle chez Chromatics ou l’obsession Carpenter en général.
Lire l'Article
Partager
La playmate du mois

ADRIEN VIOT
AV (Maria)

7 février 2012. 22h30. Pop In, bar rock du 11e arrondissement de Paris. Dans la salle format garage bas du front du lieu, au sous-sol. Une attente sexy. Curieuse. Ressentie. Pour rigoler, on se lance des « Ouais, ouais, ouais, ouais » potaches inspirés de l’addictif « Venus Bar » d’Adrien Viot. « Ouais, ouais, ouais, ouais » qui foutent un peu le zboub. On dirait qu’on conjure quelque chose (la sensation qu’il va se passer quelque chose ?). Qu’on joue avec des capotes. AV va apparaître.
Lire l'Article
Partager

HOMMAGE AU BEAU DE CHRISTOPHE
Dans les coulisses du bizarre

Il y a des soirées qui portent fichtrement bien leur nom. Tiens, prenez celle là. C’était le 11 février à la Maroquinerie. Marqué en gros sur l’affiche : « Hommage au beau bizarre ». Une soirée hommage au dernier des Bevilacqua où l’on s’était mis en tête de réunir Christophe et la clique des jeunes parisiens inspirés par le dernier géant de la chanson française. Question pari, la barre était placée haute. Et pour le reste, on ne savait pas trop à quoi s’attendre. On n’a pas été déçu du voyage.

Lire l'Article
Partager

DOMINIQUE A
King Dom’

1er septembre 2009. 15h15. Brasserie Le Terminus Nord, en face de la Gare du Nord. Il fait un temps de chiotte mais il ne pleut pas dans mon cœur comme il pleut sur Paris, parce que je m’en vais interviewer Dominique A. Et il est comment « D.A. » ? Il est : « Cool ! » Oui, comme Fonzy.
Lire l'Article
Partager

HOMMAGE AU BEAU BIZARRE
Gonzaï II à la Maroquinerie le 11.02.2012

Y a des soirs comme ça où même la terre penche, des soirs où les héros déchirés de la capitale se donnent rendez-vous sur la même scène pour rendre hommage au Parrain. Le samedi 11 février, Gonzaï propose à Alister, Guillaume Fedou, Phantom & the Ravendove et quelques guests de donner leur version du beau bizarre. En clôture, un set en piano solo de Christophe. Comme dit la chanson, « il faut oser le faire ».
Lire l'Article
Partager