Lire l'Article

METRONOMY
Trois gars, une fille

Metronomy est un groupe que tout le monde aime bien, exception faite des mecs qui cultivent leur singularité en écoutant des trucs de niche casse-bonbons – du post-drone néo-zélandais – pour faire les malins au Pitchfork festival. Ces types écoutaient probablement les Manic Street Preachers et les Black Crowes il y a quinze ans, un argument suffisant pour exiger d’eux qu’ils ferment leur gueule à jamais. Il faut être de mauvaise foi pour ne pas trouver ce groupe bourré de talent et ce, même si votre grand-mère écoute aussi les chansons de ces Michel Sardou de l’indie rock.
Lire l'Article
Lire l'Article

NEIL YOUNG
“Everybody’s rockin”, 30 ans plus tard

Trente ans avant son “Psychedelic Pill” qui mettra la presse et les lecteurs d’accord, Neil Young sortait un album d’un anachronisme aussi éhonté qu’effronté: “Everybody’s rockin”. Dans quel but? La raison relève d’un autre âge, d’une époque qu’on aime fantasmer à tort ou à raison. Retour vers le futur de 1983, une époque de l’avant internet, d’avant le cd, vers un temps où l’on parlait déjà d’avant…
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

NEIL YOUNG
Après moi le déluge

Pierre tombale brinqueballée sous la pluie battante, torrent de larsen grisonnant sur un océan de K-Way en toile cirée, grand chef indien crevant le ciel avec ses rouflaquettes trempées dans la potion magique ; tous les qualificatifs sont de rigueur pour décrire ce qui restera certainement l’un des derniers concerts épiques du Loner, de passage au Paleo Festival en Suisse. Planté là au milieu de nulle part, Neil Young est revenu donner des signes de vie après un premier passage en 1993. Vingt ans plus tard et comme un ouragan, il a tout emporté.
Lire l'Article

BERT JANSCH
1943-2011: so long, Bert

« Je déteste le Fa. Il me faut 30 secondes pour placer mes doigts comme il faut », râle un vieux pote qui en est à ce stade d’apprentissage de la guitare où il en chie à mort avec les barrés. Deux minutes plus tard, nouveau SMS. Un cousin installé à Londres. « Bert Jansch s’en est allé ». Stupeur. Tristesse. Le légendaire guitariste écossais d’ascendance hollandaise a succombé ce 5 octobre 2011 à un cancer de la gorge diagnostiqué en 2009. Il y a à peine plus d’un an, il partait en tournée en première partie de Neil Young. Le canadien le présentait comme « un vieil ami, que je n’ai rencontré que tout récemment ». Et pour cause.
Lire l'Article