Un an après sa mort, Nicolas Ker ressuscité

Le 17 mai 2021, le corps de Nicolas Ker, âme d’une grande partie du rock destructeur des années 2010 et symbole à lui tout seul de la flamboyance d’une fusée s’auto-détruisant dans le ciel, s’éteignait. Un an après cette mort subite, et histoire de rappeler à l’industrie qu’on ne fera plus jamais deux chanteurs comme ça dans le même moule, le label Pan European exhume un inédit des sessions de l’album « Les faubourgs de l’exil ». Ca s’appelle La mémoire perdue à nouveau, et c’est beau comme du Jim Morrison en Bretagne.
Lire l'Article
Lire l'Article

Le punk selon Plastic Bertrand

Plus de quarante ans après la naissance du mouvement, tout le monde a son avis sur le punk. Même Plastic Bertrand. Sauf que lui, contrairement à vous, était déjà là à l’époque avec son groupe Hubble Bubble, et qui lui permettra de croiser plus tard Malcolm McLaren, Jacno et même les Ramones. Ils sont tous morts depuis mais à 68 ans, ça plane toujours pour le Belge. Plutôt que de revenir encore une fois sur la genèse de son tube (a-t-il vraiment chanté sur la première version écrite par le producteur Lou Deprijck ? On s’en fout, non?), le sosie d’Isabelle Balkany revient sur ses années cloutées, une fois.
Lire l'Article
Lire l'Article

MNNQNS en session électrique sur « Massive Clouds Ahead »

Avec la crise en Russie, on savait déjà que la France allait manquer d’essence, mais personne n’avait prévu que le compteur électrique souffrirait lui aussi avec le deuxième album des Rouennais de MNNQNS, aussi électrique que le premier, mais plus que jamais à placer dans la mince liste des albums français à caler entre ceux de The Horrors et NIN. Des guitares, évidemment, mais aussi des tripatouilages l’électronique et une toque sur la tête : c’est parti pour une session en studio avec l’un des meilleurs titres de « The Second Principle » : Massive Clouds Ahead.
Lire l'Article
Lire l'Article

Les fifous de Working Men’s Club font renaître l’Hacienda

Avec son nouveau morceau baptisé Circumference, le trio du Yorkshire prouve trois choses. Primo : les années 80 sont de retour en 2022. Deuxio, le rock est définitivement plus intéressant sans guitare. Et tertio, le Yorkshire est la meilleure région de l’Angleterre pour la musique. On pourrait continuer à écrire plein de choses sympas sur ce groupe ou ce nouveau single à mi-chemin entre John Maus et New Order, mais le mieux c’est de le jouer en mode repeat et de danser comme si vous étiez à Manchester en 1985.
Lire l'Article
Lire l'Article

Interview : les confessions du Reverend Beat-Man

Juste avant son concert au Sonic Protest à Montreuil, le Reverend Beat-Man s’est posé avec Gonzaï pour une interview aussi intense qu’une chanson rock de deux minutes. Le Suisse s’est installé dans une machine à remonter le temps pour raconter ses premières leçons de guitare (chaotiques) ses années en tant que Lightning Beat-Man (chaotiques), son dernier concert (chaotique), sa place dans un pays qui ne veut pas de lui, l’importance du wok’n’woll dans le monde et de son label, Voodoo Rhythm Records. Attention, vous risquez aussi de rire.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

Dombrance nous a tous compris : voici « De Gaulle », 1er single de sa république électronique

La sixième République sera-t-elle électronique ? C’est en tout cas le programme de Dombrance avec un nouvel album prévu pour le 27 mai, et où chaque titre est un hommage à l’un des 9 présidents depuis 1958. Pour ouvrir le bal, à Colombey, c’est logiquement le single De Gaulle qui a été choisi, et le clip à regarder dès maintenant permet de replonger avec nostalgie dans la France des années 60, quand le Général faisait entrer le pays dans le futur en noir et blanc.
Lire l'Article
Lire l'Article

Une discussion pas répétitive avec Gavin Bryars

Il faut croire que certains genres musicaux se prêtent mieux à la postérité que d’autres : Alors que la date de péremption sur les disques « rock » affiche la trentaine maximum, au risque d’une indigestion, les compositeurs de l’école dite minimaliste, qui englobe finalement trop d’artistes et de sous-genres pour qu’on en délimite clairement les contours, semblent rajeunir avec l’âge. C’est le cas de Gavin Bryars, 79 ans, et dont la musique résonne encore comme les cordes de sa contrebasse. Rencontre avec l’Anglais au sourire fuyant, à l’occasion de son passage à Paris en mars dernier, pour un long entretien en français dans le texte.
Lire l'Article
Lire l'Article

En écoute : un remix techno-brutaliste de Veik par Vanishing Twin

A notre gauche, un groupe de Caen qui aurait mieux fait de naitre à Dusseldorf ou Manchester. A droite, l’un des rares groupes londoniens capables de parler d’avant-garde-pop sans faire rire la salle. Ensemble, ils semblent avoir fusionné dans une fusion Pokémon sponsorisée par Tchernobyl sur le remix d’Honesty (I Don’t Wanna Know), issu  du premier album des Français sorti l’an dernier, « Surrounding Structures ». Ca s’écoute juste en dessous, avant le passage des garçons à la Maroquinerie le 7 mai prochain.
Lire l'Article
Lire l'Article

Live session : le Reverend Beat-Man chante son sermon électrique

Un frigo vide, un son dégueu et un mec au premier plan déguisé en prêtre qui joue du rock comme si c’était une religion ? Pas de doute, il s’agit bien d’une session calée à l’arrache avec le Reverend Beat-Man, récemment de passage à Paris, au Sonic Protest. Le Suisse gominé en a profité pour nous lâcher une messe improvisée avec un jeune disciple, et c’est exactement comme on pouvait l’imaginer : bordélique. Comme aurait dit Eddy le Quartier : « ça, c’est du rock « ! 
Lire l'Article
Lire l'Article

Avec son super single « Zodiac », Baston veut faire saigner des gencives

Du groupe Baston, on avait gardé comme une légère trace, un cocard à peine effacé par trois ans de silence depuis la sortie de « Primates » en 2019. Trois ans plus tard, les Bretons remettent ça sur un deuxième album, « La Martyre », parfaitement introduit par Zodiac, un titre de new-wave cogne-dur qui semble faire le lien invisible entre XTC et Beak. 
Lire l'Article
Facebook Page
Lire l'Article

Le roman-photo de Ruth, 40 ans après

C’est l’histoire d’un disque vendu à 50 exemplaires à sa sortie et qui, refusant l’époque à laquelle il est né, aura mis 40 ans pour enfin renaitre dignement avec un repressage ces jours-ci chez Born Bad. Fairplay, Thierry Müller, rescapé de sa propre aventure revient pour Gonzaï sur la trajectoire de comète du seul album de Ruth, « Polaroid / Roman / Photo ». 
Lire l'Article
Lire l'Article

La Belgique électronique selon Charlotte Adigéry et Bolis Pupul

Le sachiez-vous ? Dans un monde pas si parallèle que ça, Stromae est devenu disque d’or trois jours seulement après la sortie de « Multitude », un troisième album sans tubes et plaintif où l’auteur fait du raplaplaoutai pour oublier qu’à 37 ans, arrivé au sommet du plat pays, il n’a plus d’histoire à raconter. Au nord de son royaume bruxellois, à 50 kilomètres exactement, deux autres personnes sortent quasi simultanément un autre album qui sonne nettement moins comme une blague belge. Dites bonjour au « Topical Dancer », accouché par Charlotte Adigery et Bolis Pupul, et pas qu’une fois.
Lire l'Article
Lire l'Article

Kid Loco, toujours loco

Il faut être avoir un trou dans le casque pour sortir un album de reprises des années 60 en 2022. Surtout quand l’homme derrière ce projet a fait ses débuts dans le punk plutôt radical avec Bondage Records. Surtout quand le mec en question s’est ensuite spécialisé dans le trip hop et la musique dite « un peu électronique ». Sauf que le type qui nous fait face aujourd’hui semble un peu s’en foutre de tout, des conventions comme des étiquettes musicales. Depuis presque 40 ans, Jean-Yves Prieur conduit sa loco émotive sur différents chemins et ouais, il continue de penser que ce « Born In The 60’s » était une bonne idée. Allons vérifier ça.
Lire l'Article
Lire l'Article

Elzo Durt, l’homme à tête de chou de Bruxelles

Bruxelles : ses frites, son Atomium et son dessinateur complètement freak, Elzo Durt. A 41 ans, le graphiste-artiste le plus cinglé de la Grand-Place bénéficie enfin d’une expo plus grosse que le zizi du Manneken-Pis, et c’est l’occasion pour les novices de rentrer dans cet univers siphonné peuplé de monstres SF, d’anges divinement trépanés et de collages baroques. Et si l’héritier de Magritte sous acides, c’était lui ? 
Lire l'Article
Lire l'Article

Transversales, un label carrément oblique

La légende raconte que le mythique label Shandar, fondé au début des années 70 et à l’origine des premiers albums de Philip Glass, Dashiell Hedayat, Sun Ra ou encore Terry Riley, mit la clef sous la porte après l’inondation d’une cave où était entreposée le stock des disques reliques. Si l’info est en partie fausse (voir pour cela notre papier sur cet Ovni discal), elle aura indirectement donné naissance à la maison Transversales. Quarante ans après la mort de Shandar, Jonathan Fitoussi et Sébastien Rosat prolongent à leur façon l’amour de la musique instrumentale grâce à des rééditions prodigieuses qui, une fois encore, rendent hommage à la parenthèse harmonique que furent les années 70. 
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

De Poutine à la cold wave, les montagnes russes de Molchat Doma

Ils viennent de Biélorussie, ils cartonnent sur TikTok, ils font des concerts à guichet fermé et le nom de leur groupe signifie « Les Maisons Silencieuses ». Molchat Doma, c’est un petit phénomène dans le petit monde du rock. Et pour comprendre comment trois mecs originaires de Minsk et influencés par les années 80 ont conquis la planète entière avec des hymnes dansants tristes à mourir, c’est dans cette interview qui a fait quelques allers-retours de traduction entre Paris et la Biélorussie.
Lire l'Article