Quinze ans après « Crève-cœur », Fred Lo a toujours le palpitant

Homme de l’ombre depuis plus de 20 ans, Fredéric Lo a finalement pris un coup de soleil. C’était en 2004, après avoir fait un massage cardiaque à ce Darc qui, lui non plus, n’avait pas trop vu la lumière depuis Cherchez le garçon. Ensemble, ils allaient avec « Crève-Cœur » construire l’une des plus belles success story des années 2000, permettre à Darc de remporter une Victoire de la musique et à Fred Lo de bâtir une solide carrière de réalisateur pour d’autres. Pour lui, il y ce troisième album solo qui vient de paraitre, « Hallelujah ! », très bon prétexte à une rencontre avec l’un des meilleurs charpentiers de la musique française.
Lire l'Article
Lire l'Article

DES JEUNES GENS MÖDERNES
34 après, toujours actuels

En 1980, la revue Actuel publiait un article de Patrick Zerbib intitulé « Les jeunes gens modernes aiment leurs mamans ». Un titre moqueur pour parler d’une nouvelle scène française dont l’existence sera fulgurante (1978 – 1983). En 2008, la galerie Agnès b. consacrait une exposition à ces groupes de punk et de cold wave français, figures de la contre-culture et disparus de la mémoire collective : les « Jeunes Gens Mödernes ». Le commissaire de l’exposition Jean-François Sanz, décide alors d’utiliser les entretiens réalisés en cette occasion pour en faire un documentaire qui sortira le 3 juillet prochain. Mais qui étaient-ils, ces jeunes gens ?
Lire l'Article
Lire l'Article

CLARISSE MERIGEOT
Presque célèbre

Clarisse Mérigeot est almost famous. Premier ouvrage : “Dave Grohl est l’homme de ma vie” (ed. Les Cahiers du Rock) ou le parcours d’une groupie cherchant à devenir l’ombre de son idole. Deuxième épisode : “Presse People, récit d’une collaboration toxique” (ed. Anabet) ou la confession d’une toxicowoman des stars et des (po)potins, ex-rédactrice chez Entrevue. Troisième étape : son activité actuelle de « collaboratrice » où son nom apparaît forcément en plus petit que celui du people (prochainement Bernard Minet) qui raconte son histoire qu’elle est chargée d’écrire. Sans oublier son dernier livre : “La Littérature (in)utile à se faire aimer” (LC Éditions, Christophe Lucquin Éditeur) ; à traduire aussi bien par inutile « à rendre une personne amoureuse » que par justement inutile «à être célébrée ».
Lire l'Article
Lire l'Article

DANIEL DARC
Darc was the night, cold was the ground…

J’ai rencontré Daniel en 1988. L’un de mes meilleurs amis, plus âgé que moi, Olivier, vénérait Taxi Girl, et connaissait son chanteur, qui était d’ailleurs facilement approchable. Je faisais mes premières piges pour un journal de l’époque, Guitare & Claviers, et je leur avais dit, comme si c’était de l’or en barre, que je pouvais « décrocher une interview avec Daniel Darc ». Lequel n’avait aucune actualité, puisque son disque avec Bill Pritchard était déjà sorti quelques mois plus tôt, et n’avait pas fait grand bruit. Mais la rédaction, généreuse, avait accepté.
Lire l'Article

ALICE BOTTÉ
Le gaucher silencieux

J’avais de nombreuses informations sur Alice Botté, mais son palmarès impressionnant avait de quoi me perdre un peu : guitariste d’Alain Bashung, Christophe, Charlélie Couture, Daniel Darc, Jad Wio, Adrienne Pauly, Jacques Higelin, Hubert-Felix Thiefaine, Jacno, Berry, Buzy, Elli Medeiros, Balbino, Berline… Pour un type comme moi, né en 1985, pas facile de remettre ce brillant palmarès dans l’ordre chronologique.
Lire l'Article
La playmate du mois