Disjonction, fusion et regards : telles sont les trois modalités perspectives du dialogue que se propose d'explorer cette série d'ouvrages intitulée « The great master of art history with pictures of Jacques Chirac » et dont le premier volume est consacré à « Jacques Chirac – Haim Steinbach ». Deux noms, une vie d'un côté, une œuvre de l'autre avec au milieu une conversation, un combat, une conversion. Le livre d'art est paru chez Fluctuat Press, Macao.

chirac_003Jacques Chirac – Haim Steinbach : un homme politique français côtoyant un grand maître de l’art historique ? L’incarnation de l’élégance à la française avec un artiste spécialisé dans l’installation d’étagères ? L’idée peut sembler déroutante. Voire non logique, car en dehors du schéma de pensée articulé autour du « ET » ou du « OU », nous sommes ici dans le domaine de l’  « AVEC », le « WITH », comme un lien extralogique, presque un signe de soustraction : Jacques Chirac – Haim Steinbach. The great master of art history with pictures of Jacques Chirac permet donc d’entrechoquer les deux noms comme deux objets métalliques d’un très vieil instrument de musique, pour en étudier les résonances et comprendre indirectement ce qu’il en est d’eux, en leur être. Voilà ce que nous propose Chi yu-Lan et Mia Ya-Tang, mystérieuses artistes de l’université des Arts de Taipei ayant sélectionné quelques clichés de Chirac parmi des centaines, dans le but d’offrir un livre idéal « pour les enfants, à lire comme une introduction à l’art, au style français et à l’histoire politique ».
Avant d’entrer plus en avant dans l’ouvrage, il ne me semble pas inutile de préciser ce que représente Jacques Chirac pour le peuple français, et l’incomparable dépression dans lequel celui-ci est plongé depuis son retrait de la vie politique ; et ceci afin de comprendre les circonstances psycho-historiques de cette parution. Car Jacques Chirac constitue dans l’imaginaire français le top du Président de la république. Tous les Présidents précédents ne semblent avoir été, rétrospectivement, que des proto-Jacques Chirac. De Gaulle avait la grandeur, Pompidou la prestance, Giscard le cool et Mitterrand le socialisme : Chirac était tout cela à la fois. Jacques incarnait le progrès, il était la preuve que le futur valait mieux que le passé, et Jacques était ce futur. Evidemment il en fut autrement avec l’élection de son successeur, qui ne sembla être qu’un avorton de Jacques Chirac : l’heure était déjà au déclin. Sans parler du successeur de son successeur. Ces quelques explications pour bien faire comprendre que l’évocation même du nom de Chirac, ou la présentation d’une simple image de lui, suscite dans le cœur du peuple français la nostalgie de l’âge d’or. Une France qui va vite grâce au TGV, haut grâce au Concorde, et peut quand même se parler grâce au Minitel. L’audace et l’amour de l’avenir : Jacques Chirac.

GMoAHWPoJC-3

Dès le premier panneau, on entre pleinement dans ce qui fait concept chez l’un comme chez l’autre, à savoir Jacques Chirac en tant qu’homme de terrain et Haim Steinbach comme artisan menuisier, créateur d’étagères. A chaque page, un double cadre, avec l’un phagocytant l’autre. D’un côté Chirac dans la foule, comme « mangé » et de l’autre une œuvre issue de la série Caution avec des étagères en contreplaqué, des paillassons, des jouets pour chien. Le tout de dimension imposante, plus imposante même que Jacques Chirac : 219*381*66 cm. A quoi bon poser un paillasson sur une étagère ? Pour le ranger. Fusion des sens : aucune terre ne peut salir ses chaussures, aucun sol n’est un danger pour Jacques Chirac. On le contemple hilare, dans la foule, proche de son peuple.

GMoAHWPoJC-4

Les leçons de ces télescopages peuvent tout aussi bien être politiques. Deuxième panneau : à gauche « Untilted (hulk), 2009, mixed media », à droite Jacques Chirac, détendu comme à son habitude. Est-ce une métaphore filée de notre Chi’ transfiguré en super héros tout vert ? Non. Ce « Sans titre » – il n’a jamais remporté la moindre élection – ce « hulk » c’est-à-dire cette colère, toute en tension, en contracture, c’est l’homme qui se tient derrière. Même regard, même attitude : c’est Balladur. Chirac lui n’est pas dur, il n’est pas tendu : il est décontracté. Panneau suivant, un canapé dont le dossier se prolonge en étagère. Sur celle-ci, Spiderman. A quoi répond la souplesse de Jacques, ses longs membres épanouis sur le suscité canapé, la main ouverte pour projeter sa toile.

GMoAHWPoJC-5

Chirac les pieds sur la table. Face à lui, le « charm of tradition » avec une étagère, deux paires de baskets et une lampe, Chirac en conversation avec Kermit’terand, Chirac en fureur du samedi soir, face à la glace, peigne à la main, Chirac en danseuse degassienne sautant par dessus le portillon d’un métro ou encore Chirac et ses démêlés avec la justice (deux mains en bois posées sur une étagère) : au fur et à mesure que les pages se tournent, c’est tout le travail de Haim Steinbach qui prend sens : direction, mouvement, absolue plasticité d’une œuvre faite d’objets du quotidien et présentés dans une ambiance décoration murale, ouverte à toute contamination, réceptacle d’exégèses dont on ne sait si elles sont directement induites par le dispositif ou si elles jaillissent spontanément de l’esprit. Le spectateur-lecteur, promeneur déambulant au sein de cette leçon d’élégance, saisit une manière d’être, un parler image, une esthétique du vrai, l’art d’une affiche électorale.
Lire le travail d’Haim Steinbach à la lumière de la vie de Jacques Chirac, ou raconter la vie de Jacques Chirac avec des étagères, voilà ce qu’offre The great master of art history with pictures of Jacques Chirac. Chi yu-Lan et Mia Ya-Tang prennent bien soin de nous laisser libre d’interpréter l’ouvrage comme bon nous semble. Art de la responsabilité, art de l’autonomie, art du regard, art de la liberté, tels étaient aussi les valeurs de Jacques Chirac.

Chi yu-Lan et Mia Ya-Tang // The great master of art history with pictures of Jacques Chirac // Fluctuat Press, Macao (Edition limitée à 150 exemplaires, 15 euros avec un marque-page)

En attendant le deuxième volume ‘Tony Smith – Jacques Chirac’, ‘The collection great masters of art history with pictures of Jacques Chirac Volume 1 : Jacques Chirac – Haim Steinbach’  sera présenté aux rencontres photographiques d’Arles 2013, du 1er juillet au 22 septembre 2013, et disponible à partir du 10 juillet à Paris à la librairie du Bal ou dans les meetings du RPR.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares