THIS IS 40
Corde autour du couple

Pete et Mary (mariés, deux enfants) vont vivre une semaine décisive. Ils fêtent tous les deux leurs quarante printemps et Pete (propriétaire d’un label de musique indépendant) sort le nouveau disque de Graham Parker avec lequel il espère se refaire une santé. Crise du couple et crise financière sous fond de crise du disque.
Lire l'Article
Lire l'Article

4:44 LAST DAY ON EARTH
Il faut sauver le lieutenant Ferrara

Est-ce bien un film d’Abel Ferrara que l’on vient de voir ? Peu de rock, plus de drogues, pas une goutte d’alcool alors que dans quelques heures, à 4 heures 44 minutes exactement, ce sera la fin du monde. Même Audrey Pulvar aurait au moins lancer un de ces désormais légendaire « Let’s Rock ! » Et là non, le bad lieutenant s’est rangé et passe les dernières minutes de sa vie enfermé dans un loft new-yorkais avec une jeune altermondialiste. Mais à y regarder de plus de près et en tendant l’oreille, on peut entendre Ferrara appeler à l’aide. Et surtout se foutre de notre gueule, saloperie de menteur. Rédemption mon cul.
Lire l'Article

URI ZOHAR
Du cinéma à la synagogue

Il y a à peine un mois, Israël nous a envoyé une petite bombe cinématographique. On a pu découvrir à la cinémathèque un réalisateur israélien jusqu’ici inconnu au bataillon : Uri Zohar. Des films libres et choc entre les comédies italiennes et Cassavetes, mais qui permetent surtout de découvrir l’itinéraire d’un cinéaste qui après avoir été une icône de la contre culture est devenu un rabbin ultra orthodoxe. Le fameux humour juif ? Non même pas. Un peu comme si en France Joël Séria ou Bertrand Blier devenaient subitement prêtres. Un peu comme si Olivier Dahan se mettait à faire des films. Un choc, un vrai.
Lire l'Article

SUR LA ROUTE
On the road to nowhere

À grands coups de plans com’ et de théories vaseuses pour nous dire ô combien le roman de Kerouac était inadaptable sur grand écran, on nous a détourné du principal : le film. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il n’y a pas grand chose à en dire. Revenons donc sur quelques théories qui font loi et puis — comme tout le monde — très légèrement sur cette adaptation.
Lire l'Article
La playmate du mois

JÉRÔME REIJASSE
Balle tragique au PSG

L’amour rend con. L’amour rend fou. Et Jérôme Reijasse est tombé amoureux d’une des plus belles garces qui soient : le PSG. Le genre de salope qui vous rend maboule et qui occupe toutes vos pensées. Un jour vous décidez de la quitter, et puis le lendemain vous la suivez comme un caniche, la bave aux lèvres. Jean Malback est allé rencontrer un amoureux maladif.
Lire l'Article

WALK AWAY RENÉE
Les dents de la mère

Jonathan Caouette revient avec un documentaire sur sa mère, plutôt bien branlé et moins énervant que la longue jérémiade qu’était « Tarnation ». Avec « Walk away Renée », il nous livre un portrait intimiste de sa famille. Il nous y parle de la folie, de la place qu’on accorde à nos vieux, sans oublier ce magnifique corps de métier essentiellement constitué d’horribles petits fils de putes que sont les médecins.
Lire l'Article

HPG
Il n’y a pas de rapport sexuel

HPG, hardeur, stronger, metteur en scène, a toujours laissé une caméra fixe sur ses tournages pour capter une sorte de making-of. Il a donné ces heures de rushs au plasticien Raphaël Siboni pour qu’il en tire un documentaire. Le plasticien a écarté tout les rushs vidéo pour ne garder que la HD. Il a monté par blocs, chaque bloc correspondant à une séquence d’un film ou à une scène de gonzo. Siboni n’utilise aucune voix off. Il n’est pas non plus allé nous faire des interviews par derrière. Il nous montre les coulisses du porno. Du cul, du cul, juste du cul, pas d’histoire. Point.
Lire l'Article

JOEL SERIA
Les galettes du cul(te)

Le génial journaliste 3.0 que je suis, pris entre une bière et un des ses cinéastes cultes, n’a pas réussi à faire fonctionner l’un des enregistreurs les plus simple du marché. Voici donc ce dont je me souviens des deux heures de conversations avec Joël Séria. Que l’on connaît surtout pour « Les Galettes de Pont Aven » mais qui a battit une filmographie loin du périph’ en égratignant le mâle dominant, le clergé et la connerie en général pour nous parler de sa seule et véritable religion : les femmes.
Lire l'Article
Facebook Page