Des bières, un bus, un hangar et des mineures édentées, notre

Des bières, un bus, un hangar et des mineures édentées, notre dernière venue en terres rennaises ne garantissait pas un deuxième voyage aux Transmusicales 2009. Fiers d’une réputation qui n’est plus à faire (« Chez Gonzaï, ils critiquent tout, bande de vieux frustrés à foulards qui votent à droite en lisant Céline »), cette année on a envoyé Sarankune sur place, pour éviter les tessons de bouteille. Bref post-report en image, comme on dit, au pays des lendemains sans eau.

Jeudi soir.

Début des festivités. Les Mojo Machine commencent à jouer au bar de La bonne Nouvelle. Les musiciens lancent la machine, la batterie, la basse, les deux guitares et l’harmonica balancent un blues rock qui envahit les lieux en quelques secondes, les gens s’arrêtent de parler et se bousculent aux deux entrées du bar. Quelques minutes de musique avant qu’arrive le chanteur Brice 29 ans et la voix rauque d’un chanteur qui aurait derrière lui une vie d’alcool et de cigarettes sans filtre. Du pur bonheur.
Je file ensuite au Liberté, la salle du bas où joue Abraham Inc. Pas vraiment mon genre de musique, ceci dit la salle est blindée. Je grimpe à l’étage, i n’y a pas grand monde, « DJ Sandra », une jeune russe, danse toute seule derrière ses platines. Je pense que cette jeune femme devrait plutôt jouer dans une discothèque et le jeune couple devant moi qui se lèche la gueule ne fait que me conforter dans mon sentiment. Mais ne soyons pas médisant, pas le genre de la maison hein. Ah ah.

Le groupe Hook and the Twin arrive sur scène, mes oreilles commencent à saigner, je retourne en bas voir la fin du show d’Abraham Inc. 01h00, « Oof » le DJ qui mixe les images et le son entre en scène pour un set d’une heure, la salle est vide. Il mélange Santana, Free et Gossip, ça passe le temps, je scotche sur les clips des Beastie Boys, Fatboys Slim ou encore du A-Ha. Il fait froid, je rentrerais bien. J’attends 02h00 pour voir ce que donne Vrelo, ils viennent de Serbie, ça peut être original, sur le programme des Trans’, on compare plus ou moins ça à Denez Prigent, Dead Can Dance ou encore This Mortail Coil… Dès les premières notes je sens le truc foireux, six nanas se mettent à chanter (peut-être un truc qui ressemble à Dead Can Dance… de loin) tout en dansant comme dans un cours d’Aérobic, je ne tiens même pas 2 morceaux, y’a pas à dire, les serbes sont bien meilleurs pour faire la guerre ! A ceux qui seraient tentés de battre le record de commentaires d’insulte sur cet article, je rappelle que le record est actuellement fixé à 82. Aux derniers instant du jeudi, jee remonte une énième fois à l’étage pour voir An experiment on a bird in the air. D’après le programme des Trans toujours : « nowave bruitiste ». C’est tout à fait ça, je rentre me coucher.

Vendredi soir.

Ma soirée commence avec les français de Chocolate donut’s, jean slim et grosses baskets années 80, le chanteur pas encore tout à fait adulte bouge son petit corps pour exciter le petit groupe de fans agglutiné devant la scène. Le groupe joue bien, mais leur musique est sans grand intérêt. Je passe vite fait voir les islandais de FM Belfast et leur look décalé, nœuds pap’, lunettes et coupes de cheveux ringardes. Ils jouent une musique électro branchée, le public est présent et semble apprécier.

Le Hall 9, où je me rends pour voir les Gaggles est pour ainsi dire vide. Ca ne décourage pas pour autant les 17 filles du groupes qui chantent a cappella sur une musique électronique épurée à la Aphex Twin. Le résultat est surprenant et agréable à écouter (faut dire que j’ai entendu tellement de trucs nazes pour le moment !)… 22h30, The Phantom Band entre sur scène Hall 3, la salle est pleine à craquer, le groupe joue un rock parfois folk expérimental efficace et pointu, enfin du bon rock. Mon meilleur concert du vendredi soir, sans discussion.  00h30, Hall 9, J’attends Fever Ray, je ne sais pas trop à quoi m’attendre, je n’ai pas pas écouté et le programme des Trans compare encore ça à ..Dead Can Dance! Une fumée jaillit de scène, les lasers sont de sortie, les premières notes de musique me glacent le sang, l’ambiance est étrange, je ne sais pas trop quoi penser de ce que j’entends et vois. Des lustres de grand-mères s’allument et s’éteignent sur scène, on devine sur scène les silhouettes des musiciens déguisés en que sais-je encore… La musique reste sombre et froide, je m’ennuie au bout de 3 morceaux.

Bon, c’est pas tout ça, mais voila le bilan : 2 très bons groupes : Mojo Machine et The Phantom Band, un Gaggle pas mal et le reste sans grand intérêt, à la limite du mauvais. On se dit à l’année prochaine ou on s’inscrit aux musiciens anonymes?

http://www.lestrans.com/

22 commentaires

  1. Apres Gonzai aux Transmusicales (match aller – Match Retour) et Gonzai à la route du Rock et Gonzai à Art Rock ..je me demande tout simplement le climat Breton ne vous était pas adapté ….

    Merci à l’auteur de nous avoir épargné les habituelles lignes sur les festivaliers à plus de 3 grammes… qui sont (je pense) propres à tous les festivales de Métropoles ou d’ailleurs (ex au hasard …en Serbie)….

    Do vidjenja et Hvala !!!

  2. D’accord sur The Phantom Band, c’était très bon (et très imbibé), par contre, je ne suis pas d’accord avec votre avis sur Fever Ray. Oui, la musique est glaciale et l’ambiance un brin glauque, mais elle a une sacrée voix d’abord et ensuite, j’ai trouvé ça assez prenant. C’est juste qu’il faut accepter d’entrer dans ce genre d’ambiance.
    Bon, après, je connaissais déjà le groupe et j’aimais bien ce que faisait Karin Dreijer Andersson avec The Knife aussi, ça doit aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.