Good Times de Chic : les choses à savoir sur les « dix choses à savoir » selon Les Inrocks

Selon « lesinrocks.com », il y a « dix choses à savoir » sur le Good Times de Chic. Ça fait bien, ça sonne comme les dix commandements. Dix choses, pas une de plus, pas une de moins. Si t’en sais que neuf, t’es qu’un œuf, et si t’en sais onze, ta tête explose. Ces espèces de listes à la Prévert qui fleurissent dans la jungle foisonnante et sauvage du Oueb me hérissent au plus haut point. Culture Kleenex : tu lis vite fait (c’est rarement passionnant), tu te mouches dedans ou tu te torches avec, puis tu jettes à la poubelle ou dans les gogues cette maigre nourriture pour l’esprit. T’as pas mal au crâne après, et même du sacré « temps de cerveau humain disponible », et tu cours donc fissa t’acheter un Coca.
Lire l'Article
Lire l'Article

WINNER
Le magazine des gagneurs

On a vu les affiches fleurir sur les kiosques parisiens et on s’est demandés si c’était du lard ou du cochon. « Winner, le magazine des gagneurs / the magazine of success », tout bilingue français anglais, avec ses rubriques luxe, bagnoles, grands restos, et immanquablement, la Rolex et les implants capillaires bien en évidence, son mâle quinqua fringant en couverture, s’est lancé en fanfare il y a plus d’un an. Et ça a duré : tous les deux mois, une nouvelle campagne d’affichage venait matraquer la belle gueule bronzée de Bill Gates, d’Olivier Dassault, de Jacques Séguéla ou de Sébastien Loeb. Si ça dure, ça doit être que ça marche. Pourquoi pas, après tout.
Lire l'Article
Lire l'Article

HARTZINE
La vraie contre-culture, tout contre

On en a vu passer des sites qui annonçaient monts et merveilles et promesses d’un web ‘décalé’ et qui pensaient, manifeste sur le cœur, terrasser la logique mercantile des médias de masse avec trois gif animés. Mais qui se souvient de BeHype, FluoKids et de tous ces sites qui ont vu leurs fondateurs émigrer vers les agences de com’ au premier coup de mou ? Avec bientôt six ans au compteur, la bande du site Hartzine reste avec quelques rares téméraires l’antithèse du LOL journalisme qui semble avoir phagocyté les rédactions du web. Une interview avec l’un des principaux activistes permet de mesurer la distance entre faux clic et vraie claque.
Lire l'Article
La playmate du mois

JACQUES PRÉVERT
Grasse matinée d’un chroniqueur énervé

C’est bientôt Noël et j’ai horreur qu’on m’offre de la musique en cette période où le pire dégueule des bacs des vendeurs de disque. Ce que je voudrais plutôt faire c’est profiter de cet instant pour passer mes nerfs sur tous ces mecs qui nous revendent de la merde à longueur d’années. Pour cela j’ai choisi la « Grasse Matinée » de Jacques Prévert pour m’en aller couper les deux oreilles d’un patron de Fnac. Une manière d’exorciser ma haine du système tout en rendant hommage au grand Jacques.
Lire l'Article

THE SMITHS
There is a light that never goes out

Alors que je comatais tranquillement sur mon lit, voilà qu’un son m’extirpe de ma rêverie et vient se loger dans ma tête pour ne plus en sortir. D’ailleurs, il y a de fortes chances pour que j’écrive ce papier afin d’exorciser cela, car je n’écoute plus que le groupe à l’origine de cette situation depuis deux semaines. Et même si je les adore – au grand désespoir du rédac’ chef – j’aimerais bien pouvoir écouter autre chose que les Smiths.

Lire l'Article

JEAN-LOUIS MURAT
“Grand lièvre”

20 septembre 2011. 19h45. Hôtel Les Jardins du Marais, dans le 11e arrondissement de Paris. “ Il est beau quand même ” me lance l’attachée de presse alors qu’elle scotche tête la première dans le numéro des Inrocks de septembre/octobre 1991. “ Il est beau ” dit-elle, attendant l’écho d’un “ J’avoue ” alors qu’elle scrute la mine de triste sire tout en sourcils froncés style Ken le Survivant d’Auvergne de ce lover qu’est Jean-Louis Murat
Lire l'Article