«Aix en Provence : temple de vacuité et de baise en ville pour étudiants en droit. » Bester

«Aix en Provence : temple de vacuité et de baise en ville pour étudiants en droit. » Bester

Elle avance lentement avec son air satisfait. Deux trois regards hautains savamment distillés à la foule. Un demi-sourire d’exaspération de starlette. Elle sait que tout le monde parlera d’elle demain. Je la regarde passer devant la foule incrédule qui  fait le pied de grue pour rentrer dans le QG de l’orgie du soir.

Ses douze centimètres de talons vernis rouge sang donnant le rythme de la soirée, ses cuisses fermes et juvéniles galbées dans des bas résilles, ses hanches menues sanglées dans un porte-jarretelles de dentelle noire, son adorable petit cul habillé de satin rouge, un corset laissant découvrir la naissance de ses seins et une veste de fourrure venant parfaire son look de bonne petite prostituée… Une péripatéticienne au visage de poupée trop maquillée : elle ressemblait tellement à ce vieux cliché de Marianne Faithfull.

Costume de rigueur pour une Skins Party, produit dérivé de la série anglaise du même nom. Ou fluokids et BB rockeur se mêlent pour une orgie païenne célébrant les mamelles de la culture festive adolescente: Biture, Défonce, Baise.

Ce soir, Aix en Provence se prend pour Londres.

Mes 25 printemps ont sonné, il est peut être temps d’éviter ce genre de soirée… A renier mon âge, vais-je finir comme toute ces actrices botoxées ou pire comme Manœuvre à courir derrière une jeunesse perdue ?

La quantité impressionnante d’herbe consommée cet après-midi commence son travail de sape : je travaille dur du ciboulot et plonge doucement vers la paranoïa. J’ai un mal de chien à distinguer les visages dans la foule tant ils se ressemblent tous : même coupe de cheveux, même Ray Ban, même air suffisant. Scoop : le fluo à disparu. Je cherche à compter le nombre de fille déguisées en léopard, ma concentration centrée sur les taches animalières dispersées avec une telle régularité dans l’amas humains. Décompte parasité quand j’ai pris conscience que les trois quart des garçons étaient vêtus de chemises à carreaux. J’en arrivais à rêver d’un être hybride mi-carreaux mi-léopard, une créature ultra fashion, le super héros aixois tant attendu, nouveau concept American Apparel… J’en étais arrivée à chercher quels super-pouvoirs pouvant endosser ce genre de comic’s boy dans cette ville : la super-vision de Anna Wintour ? des super-réductions chez Prada ? Un dressing relié à un monde parallèle ?

Une des raisons de ma présence dans ce lieu : l’ Open Bar. Je socialise à grandes rasades de champagne, me rencarde sur les conditions optimales du live de ce soir, j’observe la foule bigarrée qui envahit peu à peu le lieu, j’arrive encore à (un peu) donner le change. Dix minutes plus tard je suis en extase sur la piste de danse, les oreilles noyées sous le cri de Beth Dito et visiblement plus Standing-in-a-way-of-control du tout, surtout pas les décibels sortant de mon gosier. Fâcheuse manie de beugler du yaourt.

Les choses sérieuses pouvaient enfin commencer. «Smack my bitch up », hymne misogyne scandé par la populace gavée de vodka. Les beats électro de plus en plus violents frappaient chaque cellule nerveuse, la réduisant à néant. Au sein du carré VIP, je me retrouvais cernée entre un cheval, un lapin et un clown… putain de sensation de Las Vegas Parano sous MDMA. Et pourquoi ce lapin se met-il à me parler?
« Fuuuunnnnnn !! Skinnnnnnsssss ! Mooooorrreee fuuuunnnn ! ».
Putain je comprends rien à son bordel.

Je lui demande s’il veut une carotte, il me demande si j’ai des prods… Les mœurs de bugs bunny ont bien changé.

Une bouteille d’Eristoff plus tard, je retrouve mon lapin en train de copuler avec une jolie blonde, devant les yeux extasiés de mon bassiste. « Ils baisent? – Non, regarde elle porte un short… ». Aucun intérêt. La jolie blonde nous jouera le tour à de nombreuses reprises, simulant l’acte sexuel avec toute la population couillonnée du carré et même une fellation allégorique auprès du  cameraman de la soirée… Faire semblant de tout, tout le temps, semblant de baise, semblant de fête, semblant d’ivresse…
Bref, le cameraman avait la gaule, alors il a essayé de se prendre pour Fred Coppula et consorts : « Eh, toi là ! Embrasse ta pote ! Sensuellement ! »… Notre menace commune de lui lacérer les couilles à coup de cutter s’il arrêtait pas ses conneries lui aura au moins calmé le feu inter-slibard. Il se rabattra sur une Catwoman à peine pubère toute de cuir dévêtue : strip-tease sous les néons rouges, un bas qui tombe, un soutien gorge qui se détache, déhanché suggestif sous le regard pervers d’un public avide de sensation charnelle, le show se concluant sur une bouteille de champagne renversée sur son corps à demi nu, les bulles éclatent sur sa peau diaphane… Fin de l’acte.

Je détourne les yeux, aucune envie de connaître la suite de l’histoire, j’ai signé pour un open bar gratos et me voilà avec un peep show à l’œil. De toute façon je ne supporte plus aucune vision, je suis en plein trip, mes yeux sont des arcs-en-ciel qui explosent sous la décadence électrique. J’explique mon cas à un ami : « Je te comprends, tu sais que j’ai perdu mon thorax ? » Putain de merde ce connard était vraiment raide, son thorax était de toute évidence toujours en place emmitouflé dans un tapis imitation poil de Lama de chez Ikéa, nu comme un ver en-dessous, certes… En fait je ne sais pas par quel miracle mes potes ont perdu la moitié de leurs fringues. Suis-je anormale à garder haut et fort mon intégrité vestimentaire ?

« Eh, meuf ! Y’a des tas de gens qui baisent sur la piste de danse… » Ah! Ils ont fini de faire semblant ? La jeunesse de France commençait à m’inquiéter, si les générations futures simulent, la copulation la démographie va en prendre un sacré coup. Bref coup d’œil… Oh la vache, mais c’est quoi ce plan ? Les déguisements me paraissent trop réalistes et j’ai en face de moi une poupée manga en pleine extase coïtale avec Bob l’Eponge… J’ai la nausée. Il me faut une clope, et que personne ne me parle d’interdiction de fumer dans les lieux publics, d’après ce que je viens de voir ce soir, on a le droit de tout.

Mon sauveur venait d’arriver, un magnum de vodka qualité supérieure à la main, je lui fais part de mes inquiétudes sur l’avenir : la jeunesse se fourvoie trop facilement. Mes enfants vont-ils se gaver de coke dès 13 ans ? « T’inquiètes miss… demain tout ira mieux, t’es juste déchirée… » Trou du cul… Tu vois pas l’orgie démentielle autour de nous ? « C’est la Skins, les gens jouent le jeu. T’es trop pure et entière pour tout ce bordel. ».
Alors c’est ça le truc ? Tout ça n’est qu’un jeu ? Croire que la minette qui vient de se foutre à poil devant 15 libidineux va se lever demain, aller au lycée comme si de rien était ? Ce qui se passe à la Skins appartient à la Skins. Une parenthèse onirique d’orgie kafkaïenne. Et demain fini pour chacun. Dans la ville où chaque point est compté. Alors c’est encore plus merdique que ça en a l’air…

Je reprends ma veste, et me dirige vers la sortie. Au hasard je croise le regard hagard et le rire démoniaque de ma Dita Von Teese de pacotille du début de soirée, elle est allongée sur un mec qui lui fouette les fesses au rythme de Hummer de Foals. C’est officiel, j’ai 25 balais et je suis trop vieille pour ce genre de conneries.

http://skinsparty.fr

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  

24 commentaires

  1. “Désespérantes démonstrations de l’état culturel de la province” ?
    Je pense ne pas comprendre… Aurait on affaire à cette caricature de parisien qui croit que les provinciaux roulent en charettes, mattent TF1 et sont étrangers à toute culture ?

  2. Les skins sont tout simplement des soirees pour s’eclater.
    Certes il y a de la drogue mais personne ne force personne les gens viennet pour passer une soirée memorable.
    Les filles ne s’habillent pas en pute ms se deguisent…
    pk vous vous prenez la tete les gen s’eclatent et si vous etes trop coincer pr apprécier alors rester chez vous ms ouvrez les yx vos petites soeurs vont y participer o skins party et alors si elles s’eclatent?
    vs etes deja vieux ds vos tetes.
    Je suis dsl pr vous =)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.