En mission à St Malo, Sylvain Fesson et Bester s'embarquent pour une traversée du désert, trois jours sur la Route du Rock. Raout du rock même, l'édition du bruit et des vagues. Enqu

En mission à St Malo, Sylvain Fesson et Bester s’embarquent pour une traversée du désert, trois jours sur la Route du Rock. Raout du rock même, l’édition du bruit et des vagues. Enquête sur l’un des meilleurs festivals de France, un laptop sur les genoux avec le soleil en visière. Route du Rock, day One, c’est en dessous avec 4 mains qui transpirent.

14 août. Direction Saint Malo by train donc pour bouffer du gatal pur beurre et du rock indé. Il se décline as usual, se tartine même de long en large de la programmation de ce festival rock très pointu. Et je suis curieux de voir ce que tous ces groupes ont dans le ventre, ceux buzzé dernièrement par les magazines, les faiseurs de bruit pop, psyché, intelligent, les Crystal Stilts, Deerhunter, A Place To Bury Strangers, The Horrors, St Vincent, Grizzly Bear... Que dit encore cette musique britone en 2009 ? Sur l’époque ? Gros point d’interrogation en ce qui me concerne. Ne nous embarrassons pas des habituelles descriptions de carte postale et autre pignolages Pagnolesque dont font généralement l’objet les comptes rendus de festivals, sachez juste que par flemmardise et souci d’efficacité nous nous bornerons à la grande scène en plein air du Fort de Saint-Père. “On ne peut pas toutes les baiser” comme dirait mon acolyte.

15H00. Arrivée à St Malo. Soleil, sueur. Rien.16H05. « My Bloody Valentine ne fera pas de conférences de presse ». A quoi bon finalement hein, qu’est-ce qu’on aurait bien pu leur poser comme questions, Kevin Shields ressemble de plus en plus à Bill Murray dans Lost in Translation, anyway. Translation. Certains groupes préfèrent faire des dédicaces que des conférences de presse. 17H05. Moins de sueur, moins de soleil, toujours pas de conférence de presse, c’est fou ce que j’aime critiquer parfois. NB : Penser à voir un psy, le ciel bleu me fout des angoisses compulsives.

Malgré le forfait de dernière minute de The Horrors remplacé par les méconnus Snowman, et exception faite de Magnetic Friend dont on loupera le set (partie remise : ils jouent tous les jours à 18h) cette première journée s’annonçait très bad : quasi que des groupes noyant leur soupçon mélodique dans un mur du son sale, noir, toxique. Une rythmique métronomique, tribale. En un mot des enfants de Joy Div et de My Bloody Valentine. Ça tombe bien : à la place du Moz tant désiré chaque année, c’est la mythique formation de Kevin Shields qui sera la tête d’affiche du jour, et du festival. Crystal Stilts ouvre la marche (funèbre) sous un soleil de plomb. Et avant toute déflagration on se dit qu’un truc cloche : une musique si noire sous un ciel si bleu ? Se passe ce qui doit se passer : leur esthétique psyché-goth-surf fait plouf. Le chanteur n’a aucun présence / charisme / attitude (une endive / un pantin à la Stéphane Bern vêtu de noir et de sunglasses, aussi lost sur scène que Gilbert Montagné dans un supermarché), on ne comprend rien de ce qu’il psalmodie (parodie de la voix de Ian Curtis à couper au couteau) et le groupe enchaîne des magmas qui ne vont nulle part, se ressemblent tous, tombent à plat. Et puis franchement ça sert à quoi de faire cette musique si entre les morceaux le guitariste dit des trucs au public en se marrant genre copain-copain ? Daube.

18H55 : Appel du service presse. « Hello, t’oublie pas que tu fais l’interview de A Place to Bury Strangers à 19H00 ? ». 18H59. J’écoute le nouvel album de A Place to Bury Strangers, 19H07, les questions sont prêtes. C’est vraiment n’importe quoi ce travail. 19H25 : Les rockeurs noirs de Brooklyn me parlent du nouvel album, de la façon d’être un groupe en 2009…. blah blah blah blah blah… Album enregistré en home studio dans un sous-sol de New-York… Chansons dépressives qui racontent le mal de vivre… Dernière piste du nouvel album Exploding Head (à sortir en octobre, n’oubliez pas de l’acheter, car pirater c’est mal), I lived my life standing in the shadow… Non non, on a beau être bronzés et cool, non c’est pas toujours comme ca… Le manager écoute toute l’interview (Mais à quoi sert un manager bordel, dans cette situation précise ?) 19H45. Poignée de mains, hello, goodbye, fin de l’interview, j’entends les riffs rageurs de Crystal Stilts, au loin, fin du soleil.

Après une conférence de presse pathétique où le chanteur, lunette sur le pif genre je suis une star, débite des débilités à un maigre public qui gobe ça sans poser aucune question (et là me reviennent cruellement en mémoire les propos de Cheval Blanc comme quoi on accorde trop d’importance aux popeux et à leur parole), c’est Deerhunter qui s’y colle. Quelques améliorations par rapport à Cristal Stilts : le chanteur a une certaine aura (il est anorexique et ses lunettes lui donnent effectivement une morgue certaine), la musique est moins cliché Velvet-Joy Div’, plus pop, joyeuse, jouant de la nuance, et conformément à leur facette « ambient » si les mecs jouent toutes guitares dehors, ils prennent soin d’enchaîner les morceaux sans un pet de temps mort. Bon, c’est pas bandant non plus (xxx) mais ça fait qu’on reste quand même devant en se disant que petit à petit… mais non.  Je m’emmerde quand même à mort. Regarde autour de moi : le public s’emmerde quand même poliment. Aurais-je perdu toute foi pop ? Cette musique ne serait-elle plus pour moi ? Non, non, non. Ce groupe ne fait juste pas avancer le schmilblick. Encore une fois ni de vraie écriture, d’attitude et de vraies chansons. Ça ne dit rien, ne fait rien, ne provoque aucune expérience (réelle, digne de ce nom), ne procure encore émotion. Next !

21H30 : début de Tortoise, set incroyable. D’autres écriront des bouquins sur le concert, la seule chose à dire que ces mecs de Chicago résistent bien au temps, j’ai le vomi qui remonte sur l’infra-basse, ils ont toujours ce look improbable de pompistes abonnés à Texaco magazine. Je suis en tongue-gazing. Stand-presse : toujours pas de conférence. Mais t’aime bien Jesus and the Mary Chain ? Non mais ouais j’aimais bien à l’époque.

Avec ou sans ? C’est un peu la question qu’on se pose avant le concert de My Bloody Valentine. Avec ou sans boules Quiès tant ils sont réputés pousser le volume à fond (ce qui leur vaut de réguliers bras de fer avec les ingé-son des lieux qu’ils investissent – rebelote ici). Les irlandais exhument s’apprête donc à exhumer une nouvelle fois le son mammouth noisy pop shoegaze de leurs deux albums cultes, Isn’t Anything et Loveless. Et…so what ? Cachet excepté, l’intérêt pour eux comme pour nous est nul. Grosse bouillie infâme d’où le chant ne sort pas. Morceaux répétitifs lancinants d’où n’émergent que des tacs de tom. Potards à fond. Et finish « terroriste » réglementaire, aussi imprévisible que l’éjac faciale du porno ou le trip interstellaire hallu de 2001 odyssée de l’espace : après nos tympans le groupe ruine notre cerveau en se transformant en moteur d’avion. Absurde. Et Renaud du Cargo, le vétéran qui les avait vu à leurs « débuts », aura beau tempêter après coup, aux anges, sur le fait qu'”ils ont enfin eu le son qu’ils ont toujours voulu avoir et que c’était donc génial” (je me suis fait violer par les deux trous par My Bloody, génial !), My Bloody Valentine version 2009, c’est un peu trop d’hemorragie pour mon coeur.

23H00 : Droopy Shields entre en scène, le concert n’est pas commencé et le frisson de l’apocalypse résonne déjà. 23H05, tiens, j’crois que j’ai perdu une oreille. Un photographe amateur se fait alpaguer par un cops, bien fait pour ta gueule, putain qu’est-ce que je HAIS les photographes amateurs, ca prend toujours des photos floues, anyway. 23H45. ZWIIIIIIIIMMMM VROUUUUUUUUU WRAAAAAAAAANNNNNGGGGGGG…..My Bloody Valentine fait encore du bruit, 45 minutes que la scène vrombit, on décolle quand ? 23H46. Note aux fans de My Bloody Valentine : merci de réécouter les disques, Shields ne chante pas, My Bloody Valentine, c’est chiant comme une bataille de dauphins en slip AVEC UN SOUS-TITRAGE EN AFGHAN.

Alors qu’on commence vraiment vraiment vraiment à me demander ce qu’on fout là (comme à Paris, même pas de logement ici, au camping, en raison d’un obscur problème d’arceaux de tente, passons) A Place To Bury Strangers prend place. Pas un mot. Obscurité. Juste trois gars. Panache, guérilla, arche de son tranchant, psyché, lacérant. Le chanteur guitariste se démène comme un Johnny Greenwood qui aurait finit de la jouer introverti. Impression fugace d’un mélange de Warlocks et de BRMC. Et…on entend enfin le chant ! Energie de tarés. Spotlights de tarés. La grosse claque du jour ce sera eux. Le groupe culte du jour eux. Chacun en conviendra après coup, rompant le voile de bullshit / hypocrisie / médiocrité que faisait planer les Bloody Valentine, Deerhunter et consorts. Enfin un groupe porté par quelque chose de plus grand que la musique. Nous empêchant d’applaudir, tellement on scotche.

Fin de nuit, outsider total, Snowman fait littéralement oublier l’absence de The Horrors. Ecriture, attitude, enchaînement: tout est là, au poil, original, jaillissant. Le chanteur guitariste a de l’allure, dandy, rugueux (bagoût). Et, sorte de deuxième leader (Snowman serait-il une entité bicéphale ?) à ses côtés le clavieriste-violonniste qui chante aussi (belle voix lyrique) se lâche comme un possédé. Leurs morceaux progressifs, tendus, dramatiques nous emmènent loin.

01.05 : Ma bière vient de me larguer, j’écris un billet d’humeur sur la première journée de la Route du rock, le meilleur festival de l’année. 02.03 : Montée d’angoisse, tentative de sommeil dans la tente, The Horrors a annulé sa prestation, saloperie de cotes de porcs. Remplacé par SnowMan. 03.00. La tente tremble, le son de SnowMan est incroyablement dense, vu depuis ma tente Quechua, ca vibre sous la couette. Fin de la première nuit, j’ai surement raté le meilleur concert de la soirée. Slow-gazing sans bière, penser à acheter des cigarettes pour demain.

Photos: Cyprien Lapalus


  •  
  •  
  •  
  •  

26 commentaires

  1. Le chanteur n’est PAS anorexique, il a le syndrome de Marfan qui atrophie les muscles. Je suis d’accord que leur set n’était pas incroyable, mais dire qu’il n’y a “ni vraie écriture, d’attitude et de vraies chansons”, c’est clairement la phrase la plus débile que j’ai entendu concernant Deerhunter.

    Y a plus de génie dans un couplet d’un de leur morceau que dans toute la discographie de Tortoise, qui font la musique la plus chiante du monde. Même en bouffant ma pizza avec des potes pendant leur set, je m’emmerdais.

    Alors c’est peut être des “super zikos” comme disent les fraggles, mais si c’est pour faire une musique de merde et aussi peu inspirée, merci bien.

    Bradford Cox est un des meilleurs songwriter actuel. Ecoutez “Cryptograms” et “Microcastles” avant de donner des avis merdiques

  2. Et si j’attendais Deerhunter, c’est bien parce que j’ai écouté Microcastle et Cryptograms, jeune nunuchon des îles.
    Et je dis jamais “super zikos”, c’est vulgaire.
    Sinon, moi aussi, j’aime bien la pizza.

  3. Hey l’anonyme,

    Je pensais qu’on avait réussi à se débarasser des névrosés qui compulsent frénétiquement sur la moindre parole négative du dit groupe qu’ils supportent. La preuve que non, apparemment. Si tu désires nous (toi+moi) faire plaisir, fonce sur Wikipedia pour compléter les fiches des artistes que tu supportes. Ton plus grand droit, c’est encore d’être ailleurs qu’ici. Surtout si tu souhaites du politiquement correct mal écrit.

  4. putain mais vous captez que dalle

    déjà je m’adressais uniquement à l’auteur de cet article qui apparemment ne connaissait rien de ce qu’il allait voir, pas à vous ou à vos goûts musicaux, je m’en tape. c’est bien gentil d’être décalé et de faire du journalisme “sans tabous”, mais quand c’est gratuit et infondé comme cet article, je trouve ça juste hyper pourri. si c’est pour lire “ouais c’est de la daube, j’aime pas la gueule du chanteur” ou “My Bloody Valentine, c’est chiant comme une bataille de dauphins en slip AVEC UN SOUS-TITRAGE EN AFGHAN”, j’ai pas besoin d’un site internet pour lire ça. je demande au premier connard que je croise dans le rue et il dira la même chose. l’article parle de tout sauf de musique en fait.

    je viens jamais ici, je suis tombé là par hasard en essayant de comprendre pourquoi tout le monde descend my bloody valentine. d’ailleurs la France est le seul pays au monde qui crache sur my bloody valentine, et j’ai pas lu un article pertinent à ce sujet. “c’était bruit” ou “c’est pas du rock” remportant la palme de l’analyse la plus minable.

    je vous laisse, vous avez l’air de bien vous marrer.

  5. Je suis pas là pour défendre mon groupe, on est pas chez FanDe, rien à battre de MBV, j’ai trouvé le son à chier comme tout le monde, à se demander pourquoi il y avait des micros sur scène (sauf les h&c fans qui diront que c’est normal car c’est LE son de MBV)
    Bref,

    Ce qui me fait rire un peu dans cette review c’est cette analyse stylistique toute en douceur (gonzo oué oué j’ai compris) de nos z’amis les rock-stars.

    Le chanteur de Deerhunter a le charisme d’une endive et alors ? On lui demande quoi au juste De bien porter le jean ? l’autre d’un vieux-goth et ? On s’en branle pas un peu non ?

    Ca cause chiffons ou musique ici en fait ? Parce que je sais pas trop je débarque, je suis juste un con de fan, j’ai encore des posters dans ma chambre et je masturbe sur ma pochette de disque favorite.

    Et sinon mes amis disent que j’ai beaucoup d’humour.

  6. Dites, les cons de fans sans humour, rappelons que Gonzai publie des chroniques “gonzo” !
    je cite (approximativement) le rédac’chef qui m’avait (logiquement) refusé une chronique :
    “je préfère un truc où le mec exprime son mal de vivre, comment il se prépare à mort pour le groupe dont il est fan depuis toujours, et comment pris d’angoisse ou de drogue il finit par rater son concert”.

    Si vraiment voulez voir des chro, allez sur concertandco !

    Mais attention, faut d’abord être sûr : ne préférez-vous pas quand même un type qui dit du mal de My Bloody Valentine, à un qui dit du bien de Faith no more ?
    cliquer ici seulement si vous avez répondu “non” :
    (sinon en cherchant bien vous trouverez là-bas un type qui a aimé MBV aussi, c’est mon pote Pierre, il est habituellement d’une affreuse mauvaise foi quand il aime un groupe !) :
    http://www.concertandco.com/critique/rock-en-seine-2009-kitty-daisy-tiersen/critique-concert-1-29773.htm

  7. How to find discount coach purses? On the internet, I am sure you can find a lot of discount coach handbags. coach outlet online provide different kinds of coach bags and coach handbags . These discount coach purses are made with perfect workmanship. Just have a look at our website, you can get something different.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.