Avec toutes ces listes de fin d’année, on frôle l’indigestion. Histoire de vous éviter une nouvelle crise de foie à base de journalisme prémâché ressorti du four comme un dindon sans farce, tous les membres de l’équipe ont planché sur LA chose marquante à retenir de l’an 2014. Une sorte de calendrier d'avant l'après à découvrir avant de rater encore plein de choses en 2015. Un livre, un album ou un détail (car comme chacun sait…), voici le manqué immanquable de l’an 2014 selon Sinem Bargo : une comédie de rap japonais.

Si quelqu’un m’avait dit que le meilleur film de 2014 serait une comédie musicale de rap japonais librement adaptée d’un manga, j’aurais dit à cette personne qu’elle avait beaucoup d’imagination puis je lui aurais poliment conseillé de suivre une thérapie lourde ou d’aller se rendre à la police.

Mais, si cette même personne m’avait précisé que le film en question était réalisé par Sono Sion, j’aurais de suite été plus enclin à la croire. Parce que non content d’avoir un blaze monstrueusement classe, Sono Sion est également le cinéaste japonais le plus enthousiasmant du moment. Notamment parce qu’il est, à l’instar d’un Takashi Miike (dont il a cent fois le talent), capable de varier les registres comme personne et de passer d’une scène d’un érotisme trouble à de la barbarie pure tout en saupoudrant l’ensemble de gags honteux. Aussi parce qu’il a fait Cold Fish (une comédie rigolote et gore sur les agissements d’un couple de serial killer) et Guilty of Romance (un film avec du sexe, des meurtres, de l’urine et Le Château de Kafka), deux chefs-d’œuvre certains. Et c’est peu dire que le sir Sion ne m’a une nouvelle fois pas déçu avec son Tokyo Tribe, commande faite pour les fans du manga d’origine qu’il a su transformer en un objet délicieusement baroque, absurde et palpitant. En un divertissement pur, feu d’artifices sur grand écran, colosse d’adrénaline et d’humour au rabais. Porté par sa bande-son énorme et sa lumière démentielle, Tokyo Tribe est un film à voir, à vivre, à étreindre vivement.

P-S : Et puis le rap japonais, bordel, c’est vachement bien ! Et puis y’a plein de bastons !

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.