Avec toutes ces listes de fin d’année, on frôle l’indigestion. Histoire de vous éviter une nouvelle crise de foie à base de journalisme prémâché ressorti du four comme un dindon sans farce, tous les membres de l’équipe ont planché sur LA chose marquante à retenir de l’an 2014. Une sorte de calendrier d'avant l'après à découvrir avant de rater encore plein de choses en 2015. Un livre, un album ou un détail (car comme chacun sait…), voici le manqué immanquable de l’an 2014 selon Sophie Rosemont : le photographe Robert Mapplethorpe.

Robert Mapplethorpe

Certes, grâce à la biographie Just Kids de Patti Smith, il était définitivement sorti du placard de photographe gay new-yorkais des années 80. Mais cette année, ça a été sa fête à lui tout seul, via deux expositions parisiennes. La première, au Grand Palais, était une rétrospective à visée grand public. Sous prétexte d’une poignée de zizis en érection, une petite salle était interdite aux moins de 18 ans : les bobos à poussettes étaient donc attendus en masse.
Auront-il mesuré, lors de cette manifestation trop linéaire, la beauté suprême (et le Love Supreme aussi, d’ailleurs), de Mapplethorpe ? Au delà de ses portraits de people arty type William Burroughs ou Susan Sontag, il faut s’attarder sur ses fleurs, bouleversantes ou vicieuses, parfois les deux à la fois. Ses nus nous touchent littéralement, s’échappant de tout désir sexuel pour renouer avec un classicisme à la Michel-Ange. La seconde exposition, également sténographiée sous la houlette de Judith Benhamou-Huet, biographe officielle de Mapplethorpe, se déroulait au Musée Rodin et s’est révélée nettement plus… excitante. Le but était de rapprocher tout en délicatesse (ou pas) le travail respectif d’Auguste Rodin et du photographe américain. Détails, drapés, contrastes et, évidemment, sexualité : leurs similitudes se sont imposées, prouvant que Mapplethorpe était bien plus qu’un photographe de la hype new-yorkais qui fut trop vite dévorée par le SIDA. C’était un faiseur d’images majeur, et sans éviter un traitement scolaire, les expos parisiennes de 2014 l’ont prouvé une fois pour toutes. Mapplethorpe for ever.

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.