Un tandem qui déraille intentionnellement, plongeant tête la première dans les vallons de la musique abstraite, glitch, ou concrète, qui plus est célébré aux côtés de Bjork mais adulé en duo, bref, voici Matmos, groupe américain visionnaire à qui on est allé demander ce qu'ils pensaient du futur, ainsi que leur pronostics sur ce qui va nous arriver musicalement.

Avec leur dernier disque « The Marriage of True Minds » récemment sorti chez Thrill Jockey, Matmos confirme qu’il est composé d’un duo perfectionniste déminant le terrain expérimental, et aussi capable du plus cérébral mais sans se prendre la tête. Ni perdre de vue que l’humour est une composante majeur de l’art. Pour ce ping pong futuriste, c’est Drew Daniel qui a accepté de nous raconter ses rêves prophétiques.

Que nous réserve l’avenir en termes de composition ?

Puisqu’il y aura de plus en plus de créations nées de crowdsourcing [NDA : ici, tous les systèmes de conception participative], étant donné que les panels de test et la wiki-composition incite les gens à sous-traiter l’écriture de leurs paroles et à béta-tester en ligne l’adhésion de minuscules marchés de niches à leurs beats et refrains. Rapide, la boucle sera bouclée et il n’y aura plus d’ « artiste » du tout, seulement des flux de « demande » hallucinés par des consultants ou des base de données de réseaux sociaux, et une « offre » auto-générée par des algorithmes qui détermineront ce que les gens pensent qu’ils veulent. Ce sera l’équivalent du projet de Komar et Melamid [NDA : binôme d’artistes russes ayant monté ce genre de création par sondage] mais cette fois automatisé par des logiciels de précognition.

matmos-500

Et pour les arrangements, la production ?

Rapidement les gens vont en avoir marre de cette réverb omniprésente et toute la musique des cinq dernières années sonnera soudain comme un truc délavé et pendouillant. L’avenir est au son sec et tendu. Pour ce qui est du son, il y a deux possibilités, un rêve et un cauchemar : mon fantasme utopique, c’est que quelqu’un va finir par gagner cette guerre du format multi-canal et que le quad ou le 5.1 se rapprochera de ce sentiment d’ubiquité sonore. Alors, tous les disques utiliseront ces variations de mixes multi-canaux, qui spatialiseront encore plus les albums de demain. La contre-utopie, celle qui me démoralise : les gens seront tellement habitués à entendre des mp3 sur-compressés sur des mini enceintes pourraves de laptop qu’on abandonnera les questions de fréquence. Toute la musique sortira entre 200 et 500 kilobits par secondes.

Que va devenir le matériel ?

Conséquence de la recrudescence des crises pétrolières mais aussi des taxes d’excédent de bagages des compagnies d’aviation, notre matériel va rapetisser. On verra naître des « smartphone bands » de tous types, majoritairement ennuyeux à regarder comme à écouter, mais c’est ainsi, ils arrivent. Il est probable qu’ils existent déjà. En réaction à cela, peut être que des gens se mettront à vénérer des instruments pesants et malcommodes. Je pense aux orgues d’église, aux sirènes de bateau, etc.

« Les karaokés de stade se répandront par contre, devenant très populaires aux U.S.A. et en Europe  »

Quel avenir pour l’économie musicale ?

Étant donnée que la principale façon de vivre de la musique est la synchro et la cession de droits, on va concentrer nos efforts sur la pub. Les gens verront des pubs en boucle de leur plein gré comme si c’était des clips, et les agences de pubs de demain gagneront la sympathie autrefois acquise aux labels indépendants cools. Pour ce qui est du live, les musiciens deviendront des « livreurs à domicile » qui viennent jouer chez vous sur simple coup de téléphone, comme des livreurs de pizza ou des prostituées. Cela se fera en face à face, sur des sonos à mini-amplis. Des enregistrements pourris faits sur portables circuleront, ce qui flinguera la surprise, rabaissant encore l’intérêt. Les karaokés de stade se répandront par contre, devenant très populaires aux U.S.A. et en Europe tandis que le radical modèle chinois de nivellement par le bas pour limiter toute célébrité s’imposera lentement.

Comment voyez vous le futur du point de vue Sociétal ?

Les gens seront bientôt équipés d’implants qui seront des sortes d’accordeurs ; ils harmoniseront les bruits de la vie de tous les jours et les mixeront en popsongs infinie. Là où cela devient bizarre, c’est quand ces implants placeront des bruits en mémoire tampon pour les faire jaillir uniquement quand ils seront en rythme. La vie sera bien plus rythmée ainsi, plus harmonieuse mais moins inattendue. Ceux qui refuseront ces implants seront vu de tous comme des Luddistes extrémistes d’aujourd’hui et rejetés.

Et enfin, du point de vue du look ?

La régression va devenir vraiment mainstream. Les « bébés-adultes » ne vont plus se limiter aux fétichistes, et on pourra on voir partout. Des cadres sup’ en couche et tétine ; des gens qui passent leur journée en pyjama. Pas esprit de contradiction, les jeunes vont se looker comme des vieux : cheveux blanchis ou teints en gris, déambulateur gadget et des tas de faux trucs médicaux (bouteilles d’oxygène, perfusion). En fait tout le concept de fossé de génération va malicieusement s’inverser…

Matmos // The Marriage of True Minds // Thrill Jockey
http://vague-terrain.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.