Crise oblige, le génialissime collectif des Requins Marteaux risque de se faire harponner, faute de ventes suffisantes pour redonner le sourire à ses banquiers. Autrement dit : à deux doigts du dépôt de bilan, quand bien même les productions des Requins restent bien au-dessus du niveau de la mer, niveau qualité. Ont-ils les dents de l’amer ? Oui. Et pour éviter le naufrage, les freaks bordelais ont récemment incité leurs fans à consommer du requin sous toute ses formes, qu’il s’agisse de livres, d’originaux, de produits dérivés et bien d’autres choses encore en cliquant ici pour en savoir plus.

En attendant la sortie du tunnel et une potentielle survie, Maadiar donne sa version des faits en retraçant le parcours de ces irréductibles Gaulois. Et tant qu’à parler d’un présent complexe, autant faire des prophéties sur le monde de la BD en 2020…

Plus d’infos ici: http://www.lesrequinsmarteaux.org/

8 commentaires

  1. Man tu confonds Guerse avec Pichelin, mais ça ton ophtamlo te l’expliquera mieux que moi.
    Plus grave par contre et là Optic2000 ne pourra rien pour toi : LOVNI est un bijou. Une rareté précieuse. Ce que je t’accorde par contre c’est que ce n’est pas de la bédé.

    Now, retournons manger du poisson.

  2. C’est de l’humour mec. C’est pour ça le “ou l’inverse” c’est pour signaler finement que c’est mec signe toujours ensemble, sans qu’on sache plus qui est qui, qui fait quoi.

    Ah ah, LOVNI. C’est ça le problème, c’est une BD qui n’est pas une BD. Et que je trouve franchement bof. Un beau pied-de-nez aux productions actuelles, soit. Mais voilà quoi. Pas à relire tous les 6 mois.

    Comme certains Bouzard!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.