Les discussions de cinéphiles - et les critiques encore plus - contournent soigneusement les comédies populaires françaises des années 70 et 80. C'est compréhensible, après tout. D'une part, les mauvais films étaient livrés par wagons, d'autre part pourquoi se fatiguer à débusquer des « petits maîtres » quand de grands cinéastes comme Pialat ou Truffaut étaient en activité, quand les chefs-d'œuvre de Jean-Pierre Melville étaient encore nets dans les mémoires des spectateurs ?

Trente ans plus tard, les films du box-office gaulois de la décennie 1975-85 (pour faire court) n’ont pas connu de grande réévaluation nostalgique. Si les fanatiques des Bronzés ou du Père Noël est une ordure n’ont pas manqué de proliférer, si les soirées étudiantes se terminent régulièrement autour des dialogues des Tontons flingueurs, si le cap mis sur le second degré avec les crétineries de Max Pécas a tenu quelques années,  il est en revanche impossible de citer Le sucre de Jacques Rouffio sans provoquer un long silence ou d’expliquer la magie du Cavaleur de Philippe De Broca sans ramer à contre-courant. « Comédie bourgeoise et franchouillarde », le couperet tombe vite et ne fait généralement pas dans le détail. C’est pourtant là, l’important : faire dans le détail, ne pas tout jeter parce que l’air du temps réclame de la comédie gentiment névrosée et de la série TV dépressive.

Dans les années 70 et 80, le cinéma populaire français a donné plusieurs films vraiment étonnants, qui tiennent toujours la route. Des produits commerciaux certes – aucune révolution cinématographique à l’horizon, ne confondons pas tout – mais une écriture sûre, stylée, un sens comique qui s’est perdu dans les limbes et une sorte d’indépendance d’esprit qui laisse aujourd’hui rêveur. En se passionnant démesurément pour la culture, en apprenant tous les dogmes critiques par cœur pour s’éviter la question des goûts personnels, les 30-40 ans d’aujourd’hui ont laissé cet héritage s’éventer. Il n’est pourtant pas interdit de voir la bouteille à moitié pleine parfois (ne serait-ce que pour la vider, n’est-ce-pas ?). Non, le cinéma commercial seventies ne se limite pas au sempiternel Sautet (« un film de bande à la Sautet») qui a donné, bien malgré lui, naissance à une tripotée de comédie molles ou franchement chiantes (Bacri-Jaoui).

Un film comme Le sucre de Jacques Rouffio, par exemple, est une réussite totale. Bâtie pour le box-office français de l’époque -Depardieu, Hanin, Carmet et Piccoli à l’affiche- cette histoire de petit porteur qui veut décrocher le pactole à la Bourse trouve un ton unique. Satirique mais pas seulement, sans garde-fous moraux ou politiques, sans refrain sociaux sur les « gros » méchants et les « petits » floués, Le sucre arrache tout sur son passage. La preuve avec cet extrait dans lequel le conseiller Grézillo (Michel Piccoli) fait la leçon à une brochette de financiers : « Nul. Nullité. Nullissime. (…) Grézillot se marre.»

Casting (ces têtes d’énarques), dialogue, rythme… c’est tout de même ahurissant, non ? Inutile de faire le parallèle avec le marasme financier des années 2000, chaque image le hurle. Rouffio et Georges Conchon (à l’écriture) trouvent un dosage parfait entre la comédie de mœurs française et un « abattage », un culot, une façon américaine de pousser la scène jusqu’à sa limite. Aujourd’hui, les deux semblent inconciliables. On reconnaître du Mocky dans l’histoire et le traitement mais Rouffio évite toujours le « gros trait » de Mocky et c’est l’une des raisons de la longévité du film.

Je pensais à cette diatribe de Grézillo en voyant, ce week-end, les Beaux Gosses de Riad Sattouf. Ce succès « critique et public », comme le veut la formule rassurante, est un film amusant avec quelques gags bien vus mais le virus de la « comédie moderne » est bel et bien là, tapi dans le scénario et les plans.

Même si l’on se marre, ça ne prend pas. Après quelques scènes drôles par exemple, Sattouf glisse plusieurs moments embarrassants avec la mère du héros et charge encore plus ce personnage en le maquant au final avec un « queutard », répugnant car présenté comme tel. Et je ne me m’attarde pas sur la scène chez les « bourges », presque incompréhensible (qui sont ces gens ?) et hautement irréaliste (la mère de famille qui se trémousse avec le jeune arabe). En sortant de la salle, on a du mal à avoir plus d’une ou deux scènes en tête. Chaque séquence semble respecter une sorte de cahier des charges du drôle, aucune ne perd les pédales -quitte à déséquilibrer le film – comme cet extrait du Sucre.  Si quelques répliques des Beaux gosses reviennent ensuite dans le métro, c’est bien le bout du monde. Pourtant, pas de meilleur test pour une comédie : si vous pouffez comme un imbécile dans le métro dix stations plus tard, c’est que le job était correct. Prenez Stepbrothers (avec Will Ferrel) : séance sur les Champs-Elysées, rires étouffés au niveau de Courcelles, fou rire inquiétant Place de Clichy. Avec Le sucre, je pourrais rigoler comme une otarie tout au long de la ligne 2. Fadasse, vulgaire, bourgeoise, la comédie populaire des années 70 ? « Grézillo se marre ! »

 

33 commentaires

  1. On critique toujours les américains avec leur politiquement correct mais qui a osé la comédie sans fil aujourd’hui??
    Les frêres Farelli et Sacha Baron Cohen (Borat, Brïno)??
    Vus allez me dire il y’a la bande de Groland??
    Louise Michel est un bon film mais la qualité et le défaux de Groland c’est ce coté alter mondialiste (putain les mecs on peut être de gauche avec du panache sans suinter le misérabilisme). Une comédie avec un agenda politique alter est tout de suite moins drôle. En fait il est temps de réévaluer le cinoche « anar -au sens Stirner du mot qui tape sur tous et toutes »

    Le Jean-Yanne de « Moi yen a vouloir des sous », « Tout le monde il est beau », des films tel que « comment réussir quand on est con et pleurnichard » ou encore une perle tel que « Comme la lune » (magnifique Duo Daumier/Marielle).

    Aujourd’hui la comédie grand public est trop aseptisée-
    même un film comme Rabbi Jacob ne pourrait sortir aujourd’hui sans rendre fou pas mal de gens. Il manque aussi des acteurs avec un peu d’épaisseur des « bonhommes ».
    bref, on s’ennuie et on croule sous les bons sentiments. Regarder un film comme « Neuilly sa mêre » c’est dégoutant de guimauve et de moraline. La comédie italienne devrait aussi inspirer nos producteurs français.

  2. > Bester : c’est le lectorat d’été. les jeunes sont au soleil et reviendront parler « drone-core » en septembre.

    > JED : Oui Yanne bien sur ! Je ne vais pas traiter son cas qui mériterait un papier à lui tout seul et qui me semblait, aujourd’hui, réévalué par tous. Sinon, j’ai vu la bande-annonce de Neuilly ta mère, ça a l’air d’être une des pires comédies qui soit. Complètement nul, rien à sauver sous l’emballage « impertinent » de pure façade.

  3. j’arrive après les DS mais comme la lune c’est un des plus grands chef d’oeuvre catégorie ultime nanard !!

    sinon dans le genre film social décalé il y a dupont la joie,
    ton rire est franc et il jauni jusqu’à devenir une grosse grimace de dégout
    JP marielle est léon zitrone, hupert est une jeune fille en fleur et carmet … un salaud franchouillard

  4. Pardon de casser l’ambiance, mais j’ai du mal à voir en quoi Dupont-Lajoie est un film « décalé ».
    C’est vrai qu’on rit de plus en plus jaune (donc on rit quand même) mais la petite bourgeoisie franchouillarde du film, c’est la France des années 70, et c’est le miroir de ce que cette dernière connaissait de l’immigration à la sortie du film.

    Décalé peut être par rapport au reste de la production de cette décennie parce que c’est le premier succès populaire à s’articuler autour de l’immigration et du racisme « ordinaire ». Autrement, sachant qu’on refusait d’accueillir l’équipe de tournage parce qu’il y avait trop d’immigrés, je vois pas où se trouve le décalage.

  5. oui oui évidemment bien sur que le film est un miroir de la société française qui cautionnaient / cautionne les ratonnades

    le décalage réside dans le glissement vers l’horreur kakfkaienne

  6. désolée pour le couplé c’était mieux avant mais, quand on parle de grosses productions commerciale on pense au chti. c’est à dire à la demagogie la plus crasse tirant le spectateur vers le bas.
    tout simplement parce que le réalisateur prend la populace pour des cons ,(voir la série des disco et autre camping ).

    quand je pense a dupont lajoie c’est exactement l’inverse c’est un film tout sauf complesant le problème n’est pas qu’il soit décalé mais plutot qu’il mélange production populaire , film intelligent et drole tout le contraire de ce que fait ce cretin de fabrice onteniente le max pecas des années 00

  7. A quand un article fleuve sur la carrière du plus grand génie visionnaire et honteusement sous-estimé de la comédie populaire française, j’ai nommé le grand Patrick Schulmann ?

  8. > Chicro : patrick Schulmann, wow ! Vous y allez fort. Fudrait revoir La tendresse bordel ou Les oreilles entre les dents mais je ne me sens pas d’attaque, j’avoue. Cela dit, Jean-Luc Bideau, c’est la classe, toujours.

    > Secondflore : vous avez déjà pensé à écrire des dialogues de comédie française ?

  9. bideau vous êtes hardcore, là on change de catégorie
    pourquoi pas lapin chasseur ou jackie sardou
    nan là on est loin du sucre

  10. Piccoli, c’est au cinéma ce qu’est Marie Laforêt à la chanson, il est capable de transcender n’importe quelle bouse. Et comme il choisissait rarement de tourner dans des bouses… (« Une étrange affaire », miam miam)

  11. Il faudrait que je revoie ce film qui ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable. Par contre « Violette et François » du même Rouffio est vite rentré dans mon panthéon. Il faut dire que Dutronc…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.