Tel un Bernard Pivot des lupanars ou un Guy Georges sous camisole chimique, Maadiar débute l'année par une chronique du dernier-né de Madet. Ça s'appelle "Le sale petit con", et notre gonzo writer mouille le maillot - enfin, façon de parler... - pour défendre cette BD qui ne colle pas entre les pages.

  •  
  •  
  •  
  •  

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.