"Un court chapeau pour présenter le papier et l'objet du papier" qu’il dit Bester… Voici donc une lettre ouverte à KMS, alias Kill Me Sarah, bloggeur fidèle et passionné et récemment auteur d'un livre auquel je réponds ici par un courrier. Un courrier oui. C’est un peu bête, mais j’avais pas ton adresse.

Cher KMS,

C’est un peu étrange de tenir ton bouquin entre les mains. Je suis si souvent passé sur ton blog. Le papier, c’est quand même autre chose. Je me permets de te tutoyer ; tu m’apparais comme un proche un peu perdu de vue. Des fois, je parlais de toi. Aux copains. De ce que t’avais pu dire. Souvent, je ressentais un peu les mêmes choses. Lisais tes histoires en écho aux miennes. Quand je découvrais un album, j’essayais de retrouver les ambiances que tu avais décrites. Un oncle qu’on ne verrait pas assez souvent. À qui j’aurais envie d’écrire des lettres.

Je pensais que tu signerais le livre de ton vrai nom. Pour te dévoiler un peu. Pour connaître autre chose que « sexe : M/âge : 51 ». Mais Kill Me Sarah, c’est bien. Ça reste un mystère. Comme cette Sarah…

J’ai commencé par lire des choses sur les artistes que j’aimais. Serge Gainsbourg, Lou Reed, Neil Young… Puis ceux que je n’aimais pas. Ceux qu’il est de bon ton de ne pas aimer. Puis en fait, toi aussi tu les dénigrais. Mais on s’en fout. Ce qui importe ce sont les histoires. J’ai lu en dernier ce que je ne connaissais pas. Comme sur ton blog, en fait. C’est un peu bête, on se sent toujours mieux en terrain connu. Mais au final ça n’est presque pas important. Ce qui fait ton livre, c’est les morceaux de vie, comme ils diraient à la télé. Quoiqu’on entende plus souvent « tranches de vie »… C’est tout aussi con. Puis « morceau » c’est rigolo, ça fait yaourt.

J’ai donc découvert, redécouvert de la musique. Lu de jolies choses. Ce qui est dommage tout de même, c’est l’absence d’accompagnement audio. Je sais qu’un CD ça coûte cher, mais quelques indications auraient été bienvenues. Quoique chercher soi-même soit peut-être mieux, au final. Des images aussi, ça aurait été chouette. Celles dont tu parles. Mais de la même manière, l’absence crée un mystère, et puis ça oblige à aller voir quand celui-ci devient intenable. Et de découvrir alors cette fille aux yeux tristes. Un peu déçu, parce qu’on la pensait autrement, mais rassuré, parce que tout y est quand même. La blancheur de la peau, les yeux qu’on cherche un peu, mais qui regardent définitivement par terre.

Dès que le besoin s’en faisait sentir, j’allais sur le blog. Et c’est marrant, je retrouvais dans la chanson qui démarrait la saveur qui imprégnait déjà les premières lignes de ton texte. Des trucs de teintes, de sonorités. Tu racontes bien la musique quand même. Puis des fois, la chanson se finissait avant tes mots. D’autre fois c’était l’inverse, et alors j’attendais. Je continuais à savourer la musique, tes images. Ainsi je m’allumai une cigarette sur Song for Martine, de Stan Getz. La pluie, ouais. La moiteur. Et alors je me demandais qui tu étais. KMS. Kill Me Sarah. 

Il y a quelque temps, un ami me disait que ce qu’il y a de chouette avec les graffeurs, c’est qu’on ne sait pas qui ils sont (enfin, sauf ceux qui fanfaronnent dans les salons). L’exact inverse des rock stars. C’est un peu pareil pour les bloggers. Enfin je ne connais pas trop le monde des blogs. Mais peu importe. Alors tu pourrais être ce type, qui marche devant moi dans la rue. Ou ce gars, au fond de la salle de concert. Quelqu’un qui ne parle pas trop, et qui écoute. Qui pourrait me raconter de belles histoires, si je n’étais pas en train de regarder cette fille qui danse. C’est toujours à propos de filles ; tu le sais bien.

Affectueusement 2.0, et tout ça.
Benjamin

PS : J’aimerais bien savoir, quand même, comment tu fais pour avoir un tumblr aussi sexy et classe à la fois. Merci.

KMS // Chronique des temps perdus & bande-son pour orgasme // Editions of you

 

  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  

6 commentaires

  1. Quand j’ai commencé à m’intéresser aux sites/blogs de musique, je lisais deux choses : KMS et Gonzai. Et là, de voir l’un commenté chez l’autre, c’est comme si la boucle était bouclée. (sinon, en vrai KMS est d’une culture musicale encyclopédique et fort sympathique)

  2. C’est assez difficile de parler d’angle, étant donné que c’est un recueil de texte épars publiés sur son blog. Disons qu’il évoque de la musique avec sa vie, ses souvenirs (à moins que ce ne soit l’inverse), donc ça donne un côté plus vivant, plus “profond” à pas mal de trucs (on pourrait lui appliquer la maxime “seul le détail compte), et on voit pas mal de femmes passer, mais sans pour autant pouvoir parler de retour de la libido perdue!

  3. Je tombe aujourd’hui sur cet article, et cela me fait sourire car j’ai tellement lu les blogs de KMS… Son écriture me manque d’ailleurs ! J’aimais énormément sa sensibilité à fleur de peau, et il m’a fait découvrir certaines chansons et artistes qui sont devenus essentiels pour moi, comme Leonard Cohen.
    J’ignorais qu’un livre avait été publié, je vais essayer de le trouver…
    Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.