Entre Hoorsees et Gonzaï, c’est un peu je t’aime, moi non plus. A l’occasion de la sortie du nouvel album éponyme, il fallait donc tenter un rapprochement sous forme de thérapie grâce à un questions-réponses avec Alexin, leader du groupe triste qui vient de sortir un nouveau clip au Buffalo Grill, qu’on vous offre malgré tout en exclu.

C’est l’histoire d’une interview qui n’aurait jamais du avoir lieu, d’abord parce que j’avais trouvé le premier disque des Hoorsees (le bien nommé « Hoorsees ») qui vient de sortir, assez moyen. Une petite déception après leur EP « Major League Of Pain » que j’avais adoré. Et puis aussi parce qu’on avait déjà tapé la discute il y a à peine plus d’un an pour évoquer ses troubles de consommateur compulsif d’émission sportive de merde.

Toutes les planètes étaient donc alignées pour qu’on s’évite en cette année 2021, mais c’était sans compter la fougue de l’attaché de presse revenu à la charge il y a quelques semaines pour nous expliquer comment Alexin avait été touché par notre article contre la mode des clips DIY, qu’il en avait gros sur la patate et qu’il avait besoin de nous en parler. Expert en consultation d’ordre psychologique pour musiciens en détresse, j’ai donc décidé de lui offrir une séance gratos. L’occasion rêvée pour évoquer avec Alex’ toutes sortes de sujets qui fâchent, de sa remise en question sur ses clips à la « célébrité » naissante qui l’entoure en passant par la mode actuelle de la déprime-pop et le jeu catastrophique de son batteur, sans oublier la distribution de bons points, parce qu’il y en a quand même dans ce disque. Mais pas non plus de quoi expliquer le sold out de l’album, accompagné d’un clip pour le coup assez génial, qu’ils nous offrent ci-dessous pour tenter de nous séduire à nouveau, et c’est plutôt très réussi. Une vidéo en qualité ultra HD tournée sur le parking d’un Buffalo Grill, une mise en scène qui cartonne doublée d’une interprétation magique d’Alexin qui irradie la zone commerciale, avec un look d’enfer de dandy moderne déprimé et un punch qui laisse entrevoir de très (très) bons concerts.

Tant de compliments. On en oublierait presque l’entretien de la veille, à la fois drôle, dense et honnête, qui s’est terminé en apothéose. Le voici.

Yo mec, la forme ?

Alexin : (long silence de 10 secondes)…. Aha, ça commence toujours pareil ! Ben écoutes je sais pas, toi d’abord.

Écoutes nickel mec. Bon comme tu le sais, je n’avais pas vraiment l’intention de te ré-interviewer déjà, ni de chroniquer le disque que je trouve cool mais pas dingo quoi… Mais voilà ça sera l’occasion d’en parler quand même, et surtout de t’offrir une séance de psy gratos.

Alexin : Tu as raison. Lions l’utile à l’agréable.

Du coup le style change pas trop par rapport à l’EP. Pourquoi avoir sorti que 9 chansons ? Sachant que l’EP était assez long avec six titres, et que ce LP est très court, y’a pas une énorme différence entre les deux au final..

Alexin : On vit à une époque où les gens se font assez vite chier. On en avait beaucoup plus mais on a gardé un truc assez court, déjà y’a très peu de gens qui vont aller jusqu’au bout, donc tu fais le calcul, si y’en avait douze ça serait encore pire. On a quand même laissé une surprise à la fin.

Peut être une image de 1 personne et intérieur

Ouais j’ai écouté, chic idée, j’ai d’abord cru que l’ingé son était bourré mais en fait non, y’a bien une dixième chanson « cachée ». T’as mis Overdry en ouverture et single, bien joué, c’est de loin la meilleure du skeud.. Globalement il est un peu plus énergique et moins déprimé que l’EP, je me trompe ?

Alexin : Ouais, c’est parce qu’on l’a joué tous ensemble alors que l’EP d’avant c’était juste moi qui enregistrait tout dans ma chambre, en mode ermite solitaire. Là c’est un vrai groupe live, du coup ouais c’est plus rock’n’roll. J’ai d’abord enregistré les démos qui sonnent comme l’EP, après on les a rejoué ensemble, c’est plus fidèle au son qu’on a en concert.

C’est pas aussi ton traitement à base d’huiles essentielles qui fonctionne enfin ?

Alexin : (long silence). On devient adulte, on nuance les choses. C’est moins tout noir ou tout blanc. C’est un peu triste de résumer une œuvre d’art en disant « elle est gaie ou elle est triste », ça peut être beaucoup plus complexe que ça. On a essayé de faire plus ambivalent. Mais les paroles sont pas plus joyeuses qu’avant.

Ouais je suis entièrement d’accord, j’en parlais à ma psy l’autre jour. C’est ce qu’on appelle passer à l’âge adulte.

Alexin : Exactement ! J’approche de la trentaine, c’est normal.. Mais je suis pas le plus vieux du groupe !

Peut être une image de 4 personnes et texte qui dit ’TAXIPHONE LEBARA wze masque LEBAR 10€ LEBARA LEBARA’

Ouais je sais, je connais très bien Zoé, je l’ai rencontré à un concert de Magnetix, en 2014..

Alexin : Ouais je sais, tu couchais avec sa coloc’ à l’époque, tu débarquais dans le salon en slip..

Je confirme. Le skeud est un peu plus produit que l’EP d’avant. C’est quoi d’ailleurs ce super son de guitare, un mélange de reverb’ et de chorus ?

Alexin : Sans aller jusqu’à faire comme Rick Rubin, y’a un peu plus de production. Mais c’est juste moi et ma guitare mec.. C’est peut-être une magic touch que j’ai, comme les bluesmen.

Y’a la fameuse chanson Pitfall qui revient aussi, une des premières du groupe, cette fois-ci en mode beaucoup (beaucoup) mieux produite. A l’époque j’avais écrit ce papier putaclic sur « le pire clip de l’histoire ».

Alexin : La chanson est enfin produite oui, c’est comme ça qu’elle aurait toujours du sonner. Du coup t’as vu notre dernier clip ? On a écouté les conseils de Robin Ecoeur..

Le papier t’as fait du mal si j’ai bien compris, tu feras plus jamais de clip pourri du coup ?

Alexin : Non, en fait ça nous a fait vachement rire. Il nous a envoyé toute une série de questions, à laquelle on s’est appliqué comme des écoliers à tous répondre longuement.. Et dans le papier il reprend absolument rien de ce qu’on lui a envoyé, y’a juste une phrase qu’on a jamais dite mise entre guillemets, c’est que du clash en fait.. Du coup on s’est dit « bon il va falloir essayer de les séduire à nouveau ».

La déprime c’est hyper à la mode depuis deux-trois ans, du coup on se pose des questions… Tu me confirmes que tout ce que tu composes est avant tout hyper personnel ?

Alexin : (il hésite longuement) Oui, je vois pas trop ce que ça pourrait être d’autre…

« La scène déprime-pop-lo-fi, ça a pas du tout explosé, c’est pas avec ça qu’on va payer notre loyer ».

Mouais. Tu sais il y a souvent des modes, des revivals, ça peut arriver aussi. Là il y a cette espèce de pose de groupe déprimé depuis plusieurs années. C’est un peu comme le psyché, quand ça a ré-éxploser en 2015, tout un tas de nouveau groupes sont apparus..

Alexin : J’ai jamais rien compris au psyché, c’est trop long. Mais là tu parles de la scène déprime-pop-lo-fi, ça a pas du tout explosé pour le coup, c’est pas avec ça qu’on va payer notre loyer. Du coup je dirais que ça reste une démarche honnête, et artisanale..

D’ailleurs le disque est sold out, t’as raison de surfer sur cette tendance. C’est marrant tu me disais l’an dernier « ouais je vendrai jamais rien » et là BOOM, les cartons dont déjà vides.

Alexin : Ouais, j’ai appelé Tom du label pour qu’il me file une caisse de vinyles, pour en donner à des proches comme d’habitude, et il m’a répondu qu’il en avait plus un seul. On était très étonnés, et du coup on a du tout represser. Les sentiers de la gloire..

Comment tu gères cette nouvelle « célébrité » ?

Alexin : Il y a un peu trop de paparazzis quand je vais acheter mes pâtes à Auchan mais à part ça non, rien n’a changé mec, à part qu’on a encore moins de thune, à cause de la panne de concerts. Les chansons du disque datent pour certaines de plus de deux ans… L’attente était interminable.

T’as touché combien de tune avec Spotify, genre les 15 000 écoutes d’Overdry ça vaut quoi ?

Alexin : Ca fait 25 centimes. J’attends encore avant de me payer un kebab. Et avec le label le but, c’est surtout de pas perdre de thune. Vivement les concerts.

Tu trouves encore le temps de mater Equidia, entre toutes tes nouvelles sollicitations médiatiques et féminines ?

Alexin : J’ai le temps, mais plus l’envie. Je suis dans une période de désamour vis-à-vis de la télévision, à cause des nouvelles pas très réjouissantes. J’ai décidé de me couper du monde. Je regarde bien quelques minutes par jour, mais c’est plus aussi important dans ma vie.

Du coup le monde entier déprime et toi t’es enfin heureux, avec ton disque sold out, c’est cool la vie en 2021 ?

Alexin : (Long Silence). C’est pas catastrophique.

T’es sur la bonne voie. Du coup t’as fait une grosse teuf masquée pour célébrer ton succès discal, ou un apéro Zoom avec tes copains ?

Alexin : Figures-toi que quand le disque est sorti, les membres du groupe et de la production ont effectivement organisé une soirée, mais sans moi… aha !

Du coup si je résume : EP ultra cool, premier LP moyen-bien.

Alexin : On ne voulait pas que notre premier disque soit un chef-d’œuvre de toute façon, sinon on connaît l’histoire hein, après t’es maudit et tout ce que tu fais est mauvais. Nous on garde une marge de progression. Si ça se trouve c’est l’inverse, je me dégrade d’années en années, j’ai l’impression que l’avenir est juste génial alors que ça sera peut-être encore pire. Tu m’appelleras dans un an et il n’y aura juste plus rien à sauver.

Hoorsees // « Hoorsees » LP // Howlin’ Banana + In Silico + Kanine Records (USA) // 2021
https://www.facebook.com/hoorsees/

  • 221
    Partages

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.