Inquiet pour la santé mentale du chanteur des Hoorsees, on a passé un petit coup de fil au leader. Et si les nouvelles sont plutôt rassurantes, on garde quelques doutes quant à son état psychologique : le mec passerait quand même une bonne partie de son temps à mater une chaine consacrée aux chevaux. Plutôt logique, quand on lit l’interview de Hoorsees.

Après avoir sorti le pire clip de l’histoire l’an dernier et plus récemment le clip le plus déprimant, les Hoorsees sont de retour avec leur premier gros EP. Un recueil de chansons assez tristes, au mieux totalement glauques. Si le premier morceau évoque avec nostalgie la jeunesse et l’adolescence qui s’envolent, les chansons suivantes parlent de crasse et d’infection, vous voyez le tableau. Ajoutez à cela le titre de l’album, “Major League Of Pain”, la pochette avec la bassiste Zoé en train de bader devant la salle de répétition et vous obtenez une œuvre d’art qui ne respire pas vraiment la joie de vivre; ce qui ravira à coup sûr les amateurs de noirceur et de mélancolie.

Plutôt convaincu par la qualité du disque, on restait en revanche plutôt inquiet quant à l’état psychologique de son leader, Alexin, que l’on pensait embourbé dans une terrible dépression. On lui a donc passé un petit coup de fil’, et c’est avec une heureuse surprise que l’on a appris que ben, en réalité, tout n’allait pas si mal. Loin de la dépression, et (presque) heureux dans sa vie, le mec se la coulerait douce dans sa petite chambre parisienne où il passerait ses journées pépère à glander entre son plumard, sa guitare et sa TV, que le chanteur des Hoorsees allumerait de façon compulsive pour mater une chaîne d’équitation, sisi. Histoire de mettre un peu de nutella sur la brioche, il donnerait aussi des cours de guitare de temps à autre, pour compléter cet emploi du temps de ministre. Tout va bien dans le meilleur des mondes donc, enfin presque. Car je vous avoue qu’il faut quand même être un poil’ déprimé pour passer des heures devant Equidia, et une autre partie de son temps à réciter des accords tristes à la guitare, mais bon c’est toujours mieux que de se couper les veines. Ah oui aussi, contrairement à ce que vous pensiez, il n’en a rien à foutre des groupes des années 90 et ne jure que par Blink 182. L’interview vérité commence maintenant.

Yo mec, la forme ?

Ça c’est une question ou pas ? Oui oui ça va , ben comme un jeudi quoi..

Bon ça va tu m’en veux pas trop pour mon article sur le pire clip de l’histoire ?

Absolument pas ! Mais personne ne l’a compris.. On était à Dijon la semaine dernière, et il y a encore quelqu’un qui nous a dit « ah oui j’ai lu un article très négatif sur vous dans Gonzaï », mais ils ont rien compris c’est terrible, je suis obligé de leur dire que, ben, en vrai, tu nous adores quoi !

Du coup t’as trouvé un tourneur grâce à l’article c’est ça ?

En quelque sorte, mais ça s’est jamais finalisé vraiment. Par contre ça nous a permis d’avoir plus de 1000 vues sur Youtube ce qu’est vraiment énorme pour un groupe comme le nôtre.

Sérieusement, pourquoi avoir choisi ce nom de groupe ?! Je suis sur que tu détestes l’équitation en plus..

Absolument, ahah. Pourquoi, et bien c’est très simple, c’est un anagramme d’une phrase qui a donné le titre d’une chanson, Horror Sees, qui est dans le disque d’ailleurs. Et oui en effet je n’aime pas du tout les chevaux ils me font très peur.

Bon alors maintenant on va se mettre en mode « rendez-vous psy », mets toi à l’aise sur ton divan.

Ok, mais j’ai que un lit, ça va ? Faut pas que ça tourne trop érotique…

Parfait, allonge-toi bien. Qu’est-ce qui te rend si déprimé ? Ton taf’ de merde, la nouvelle coiffure ratée de Zoé ?

Ah tu la trouves raté ? Elle est plutôt réussie je trouve. Et sinon il n’y a rien du tout qui me déprime, parce que je suis plutôt content dans ma vie.

Pourquoi tes chansons sont-elles si tristes alors ?

La joie de vivre, c’est pas ce qui transparaît dans mes musiques c’est clair. Mais non non il n’y a pas de problème, d’ailleurs j’ai un travail très sympa (musicien, NDR) et je suis par ailleurs très content de la nouvelle coiffure de Zoé. […] Quand on est adolescent, c’est là qu’on a les émotions les plus intenses, notamment en terme de musique, donc c’est difficile de pas être obnubilé par cet âge d’insouciance. Mais c’est pas du tout super déprimant ou quoi, c’est juste un clin d’œil. Parce qu’il y a une pose des groupes en ce moment de vouloir être le plus déprimant possible, et je suis pas sûr qu’on soit dans ce créneau là..

Ah ouais je pensais justement, après je dirais pas que c’est une pose, venant de toi ça m’a l’air plutôt honnête à vrai dire.

Ah oui oui c’est très honnête dans ce que je dis, après c’est pas pour autant que c’est la catastrophe tous les jours, sinon on resterait au lit et tout, ça serait pas possible, on pourrait même pas faire de concerts… 

Je parie que tu détestes les gens heureux.

Ah non au contraire, je les admire beaucoup. Je trouve ça plutôt disruptif de nos jours. Comme le titre de l’album d’Idles, “Joy as an Act of Resistance,” je trouve ça assez inspirant, et c’est une posture plutôt a contre-courant en ce moment… Hier je regardais un documentaire sur Kurt Cobain parce que j’adore Nirvana, j’essaie d’apprécier le personnage, mais à chaque fois que je vois un truc sur lui je me dis « mais quel con ce mec », j’arrive pas du tout à m’identifier à ce genre de discours intérieur.. A chaque fois il me déprime, parce que ça va pas du tout quoi ! Pourtant j’adore sa musique.

« On est inspirés par Green Day et Blink 182. »

T’adores sa musique mais finalement t’es pas du tout comme lui : tu dirais que t’es pas aussi déprimé que Kurt ?

Ben disons que je suis pas héroïnomane, donc à mon avis ça aide. Je pense qu’il faut essayer de tenir 80 ans pour savoir si le bonheur existe. Le titre de notre album, “Major League of Pain”, c’est juste un hommage à une chanson de Pavement qui s’appelle Major League, et y’aura une chanson dans notre prochain album qui s’appellera précisément Major League of Pain, j’aime bien faire des ego-trips à la PNL.

La musique c’est un peu une catharsis pour toi quand même non ?

Disons que j’ai beaucoup de temps libre, et on peut se sentir assez vite mal en passant ses journées à scroller Netflix, donc c’est quand même une chance de pouvoir faire ça de chez soi, et d’avoir l’impression de faire quelque chose de sa vie, quoi. Je sais pas si c’est une catharsis mais forcément t’y mets beaucoup de ton quotidien donc d’un côté, oui. Catharsis ça sonne un peu ambitieux donc je sais pas si j’aurais la prétention de dire ça, mais en tout cas oui, mes chansons reflètent des choses personnelles.

C’est vrai que Fernando des Bad Pelicans s’est barré du groupe parce qu’il trouvait ça trop triste ?

Je ne sais pas exactement, peut-être, il faudra lui demander. En tout cas c’est lui qui m’a encouragé à faire ce groupe et sans lui ça n’existerait même pas. Et c’est même lui qui a mixé le disque donc on est toujours en très bons termes.

On dit que la mélancolie accouche des plus belles chansons, t’es d’accord avec ça j’imagine ?

Ça dépend par qui. Quand c’est super premier degré et hyper intense, ça peut donner Evanescence.. Ça peut donner aussi du metalcore ou des choses qui sont dégueulasses, donc faut faire attention. Ça dépend de la personne si elle a un minimum de recul et d’ironie sur la question. C’est pour ça que Stephan Malkmus est si bon, il n’écrira jamais des trucs évidents même si les chansons sont assez tragiques, au fond.

Quelles sont tes grosses refs en musique triste ? 

Pavement. Strange Ranger qui est aussi un très bon groupe. En France on a de très bons groupes en la matière, avec Th da Freak, Marble Arch, Bryan’s Magic Tears, on ne se connaît pas du tout contrairement à ce que les gens disent mais ils ont l’air très gentils. Et PNL c’est très bien aussi. Mais je suis pas si obsédé que ça par la musique déprimante..

Et du coup le shoegaze des années 90 pas du tout ?

 Je suis pas un énorme digger de son, je suis un peu flemmard, du coup je connais pas trop, mais oui oui Slowdive j’aime beaucoup. Après c’est pas notre grosse influence, on est plus inspirés par Green Day et Blink 182 en vrai, et c’est pas du tout une blague. Mais je suis peut-être le seul à voir la ressemblance.Et de toute façon on a pas assez de pédales pour être un vrai groupe de shoegaze.

« Je mate beaucoup la TV, des émissions sportives plus ou moins intéressantes, genre je regarde Equidia, des tournois de pétanque..»

C’est quoi justement votre recette, un mélange de reverb et de Chorus ?

On peut pas révéler nos secrets… On utilise rien de particulier, des amplis, des guitares bon marché et un peu de distorsion pour le côté rock.

Une approche assez « Lo-Fi ».

Euh oui, c’est un peu faute de mieux, quand on fait ça sans moyens, dans sa chambre, et que personne n’en à rien à foutre, c’est difficile d’avoir un orchestre à disposition pour enregistrer, comme les Beatles.

En parlant de ressemblance que personne n’a remarqué, tu sais que ta voix ressemble à un mélange entre Kurt Vile et Alex Turner ?

Ouais ouais, ben figures-toi que si, on me l’a déjà dit. J’aime pas Kurt Vile mais j’aime bien Alex Turner, il a l’air d’être complètement en dépression et de partir dans tous les sens, il a l’air assez drôle comme personnage.

T’es pas mal obsédé par le début des années 2000 quoi, les Strokes et tout ça ?

Ouais c’est ma génération.. En ce moment il y a une espèce d’obsession pour les années 90 mais les années 90, j’étais à peine né donc c’est compliqué.. J’ai pas écouté de musique avant le début des années 2000, donc les trucs qui m’ont vraiment marqué c’est les trucs que j’ai écouté étant ado, comme les Strokes. C’est pas cool de citer ces groupes mais ils vont redevenir cools dans quelques années. Les années 90 c’est plus une époque fantasmée qu’autre chose, personnellement j’y ai rien vécu musicalement.

C’est quoi cette histoire de “tv et mauvais sports” ? Tu ne vas pas me faire croire que tu fais du sport ?

Non, d’abord y’a un jeu de mots avec ce groupe punk qui s’appelle Bad Sports, et puis surtout je mate beaucoup la télévision, entre autres des émissions sportives plus ou moins intéressantes, genre je regarde Equidia, des tournois de pétanque. Tu peux même dire dans ton interview : « il rigole devant Equidia toute la journée ».

Parfait ça sera le titre. Tu m’expliques comment tu fais pour sortir sur trois labels en même temps ?

C’est très simple, il faut envoyer un message à un label pour lui dire « est-ce que vous êtes d’accords pour faire des Cds », ils disent « non on a pas de thune », alors on contacte un autre label pour lui poser la même question, ils disent « non on a pas de thune », et après tu contactes un autre label pour lui poser encore et toujours la même question, ils disent eux-aussi « non on a pas de thune », et du coup tu leur dis à tous « mais vous aurez peut-être assez d’argent pour coproduire le disque ensemble ». Et donc voilà. Une coproduction, comme un kisskissbankbank mais sans faire chier le monde.

Tu penses vraiment que tu vas faire fortune avec ta musique ?

Je suis convaincu du contraire. Si par miracle on devient un jour intermittent on aura peut-être un SMIC par mois. Désolé si je casse les rêves de certains.

Hoorsees // Major League of Pain // Sorti le 18 octobre chez Crème Brûlée Records + In Silico + B&FF

 

 

 

2 commentaires

  1. hi faux culs de deadJ’s arrrêter de piller l’Afrique/asie/brazil/fleas markets….. & de ramener des soldes au rabais & de frimer sur vos resOOOOs avec D ‘Pieces’ c BOURRIN/Malsain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares