La Maison Rouge n’est ni le dernier bordel opérationnel ni la première salle de shoot parisienne. C’est la fondation d’art contemporain qui sans jouer les poseurs se pose les bonnes questions. Ici : l’art est il un psychotrope ou le résultat de gentils junkies ? Reportage psyché d’Alice, wunderbar.

C’est un cliché plus vieux que le rock. Les artistes qui oeuvrent mieux en sniffant, fumant, piquant et avalant toute la pharmacie que vous imaginez. Une fois sorti de son lavage d’estomac, l’artiste nous gratifie parfois d’un chef d’œuvre de dés-inhibition ; le plus souvent un sombre machin imbitable pour le premier psy venu. Et puis il promet qu’on ne l’y prendra plus, jusqu’à la prochaine, et retourne s’enfumer dans son atelier. Mais au final, qui s’est déjà penché pour rassembler toutes ces œuvres dans un même lieu. L’occasion de voir si un lien unie ces rebuts magnifiques. Si un fil rouge traverse les esprits malades (oui mais soignés hein, et par de « bons produits ») ou si le chaos règne sur le tintouin.

Seule façon de constater le résultat par un représentant de la gente plasticienne, on a dépêché notre reporter à crayon et aux yeux rongés par l’écran 30 pouces et l’intestin détruit par l’abus de café et de riz. Nous sommes à l’instant où j’écris ces lignes sans nouvelles de Matt Dunhill depuis son texto « Han ça dit même pas quels produits ont été utilisés pour chaque œuvre ». Par contre, on a reçu cet étrange récit de vacances de la part d’une certaine Brigitte inconnue de nos services… Fabulé ou fabuleux ? Ineffable en tous cas.

Exposition « Sous Influence » du mercredi au dimanche, jusqu’au 19 Mai
www.lamaisonrouge.org BRIGITTE1BRIGITTE2BRIGITTE3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.