Jeudi 22 octobre 2009. L'aiguille de la montre que je ne porte pas vient de passer la trentième minute après vingt heures, quelque part dans les sous-sols fastueux du 104, à qu

Jeudi 22 octobre 2009. L’aiguille de la montre que je ne porte pas vient de passer la trentième minute après vingt heures, quelque part dans les sous-sols fastueux du 104, à quelques centaines de mètres des bureaux un poil moins clinquant de Gonzai. On est au cœur du XIXe arrondissement. On est surtout en plein cœur de l’art week parisienne.

Au milieu d’un paquet de toiles et installations plus ou moins surcotées, entre deux sentences dithyrambiques et sans second degré dont les amateurs d’art ont le secret, une foule attentive et légèrement désorientée attend l’événement qui donnera le top de départ de la Slick, une des foires d’art contemporain off de la FIAC. Les deux combattants, sereins et souriants, bien loin des mimiques exagérées des boxeurs classiques, pénètrent tour à tour au centre d’un simili-ring délimité par des tabourets. Le speaker déblatère quelques informations factuelles pour familiariser le public avec le sport qu’il s’apprête à découvrir. Les deux boxeurs, en short et en peignoir, se toisent à coup de sourires, et s’installent au centre du ring, l’un face à l’autre devant un échiquier. Ceci n’est pas un match de boxe. Non, ceci est un match de Chess-Boxing.


Initialement, le Chess-Boxing n’était qu’une folie parmi d’autres, tout droit sortie de l’esprit torturé du dessinateur Enki Bilal. Le principe se veut d’une simplicité à la hauteur du génie de l’idée. Deux combattants s’affrontent pour la victoire, alternant un round d’échecs et un round de boxe. Sort vainqueur de l’affrontement, le premier à infliger « Echec et Mat » ou « Knock Out » à l’autre avant la limite des onze rounds. En alliant défi physique et intellectuel, tout la subtilité de cet art singulier tient autant à la capacité du combattant à gérer cet oxygène qui fuit irrémédiablement le cerveau pour se répartir dans le muscle, qu’à la faculté de rester lucide et être capable de reprendre une partie d’échecs qu’on a laissé trois minutes plus tôt – les coups de poing dans la gueule n’aidant pas spécialement en la matière. Le combat se fait sur le ring, les guerres sont menées sur l’échiquier*.

 

Concrètement, le concept aurait pu resté enfoui dans la bande dessinée « Froid Equateur » sortie en 1992, si Iepe Rubingh, artiste hollandais exilé à Berlin, n’avait pas eu l’ambition un jour de 2003 de transposer ce sport bicéphale à la réalité. En à peine six années, il aura réussi le tour de force de constituer une véritable fédération mondiale qui compte à ce jour environ trois cents combattants répartis au sein d’un axe allant principalement de Moscou à Berlin en passant rapidement par Paris et Los Angeles. Discipline encore très jeune, le chess-boxing semble cela dit suivre une dynamique solide, à en croire la multiplication des clubs et des groupes Facebook -marqueur de l’époque s’il en est. Comme tout organisateur sportif avec des velléités de développement mondial, Iepe Rubingh a déjà monté plusieurs championnats du monde, rêve de conquérir l’Amérique en organisant un match pharaonique à Los Angeles et envisage dans un futur un peu lointain de soumettre son sport hybride à ce monstre de corruption qu’est le CIO. Dans l’espoir d’en faire une discipline olympique à part entière.

Dans ce 104 timoré et fidèle à son image, Iepe «The Joker » Rubingh, lui-même, affronte Carl « Le Manouche » Strugnell, l’un des tout premiers chess-boxeurs français, qui dispute ce soir son troisième match.

Le premier totalise quasiment dix ans de boxe dans les poings et dans les pattes, quand le second compte dix fois de moins de pratique mais peut se targuer d’un bagage de vingt-deux années de concubinage avec les pions. Au cours des rounds d’échecs qui durent quatre minutes, les fighters endossent des casques pour se couper du flot de paroles incessant des speakers qui commentent l’évolution du combat qui a lieu sur la table à roulette. Puis alternent avec trois minutes de boxe. Echecs. Boxe. Echecs. Boxe. Echecs. Boxe.

Et voilà que démarre le septième round. Le Manouche commence à clairement accuser la fatigue sous les coups de boutoirs du Joker. Qu’à cela ne tienne, sa longue pratique des échecs lui permet, selon ses propres mots, de bénéficier de réflexes qui vont au delà même du concept d’automatisme. Le manque d’oxygène dont pâtît son cerveau n’est même pas problématique tant la matrice noire et blanche est imprimée au fond de son âme. Cet avantage décisif lui permet de coucher son adversaire in extremis, lui évitant par la même occasion d’enfiler de nouveau les gants, dans un round qui aurait bien pu l’amener à goûter la froideur du sol grisâtre du 104. Les deux boxeurs, bien droits dans leurs bottes, se congratulent sincèrement. La partie du public qui est restée jusqu’au bout semble avoir apprécié la performance. Enki Bilal, présent pour l’occasion, félicite cordialement le vainqueur, bien qu’il ait globalement semblé se faire chier. Fin de l’exhibition, chacun peut désormais reprendre le cours de son existence et recommencer à commenter maladroitement le poids du monde condensé dans quelques produits artistiques. En sirotant du champagne.

* « Fighting is done in the ring – Wars are waged on the board » est la devise officielle de la World Chess-Boxing Organisation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.