A 24 ans, mon adolescence n’est toujours pas achevée. J’ai encore besoin de références, de modèles forts qui se substitueront à mon moi hésitant. Contrairement aux sinistres parigos

A 24 ans, mon adolescence n’est toujours pas achevée. J’ai encore besoin de références, de modèles forts qui se substitueront à mon moi hésitant. Contrairement aux sinistres parigos pseudo-branchés, pas besoin de santiags, de lunettes noires en pleine nuit ou de grosse écharpe bobo apparente, pour contribuer à construire ma personnalité. Non, moi, il me faut un slip de catcheur.

Dans tout sport populaire digne de ce nom, les équipementiers et les distributeurs vendent des panoplies visant à s’identifier aux grands champions, étendards de leur discipline. Des maillots de foot floqués « Zidane » ou « Messi », des maillots de basket frappés des numéros et des patronymes de Kobe Bryant ou Tony Parker… Dans cette veine, et comme tout bon fan de catch, je cherche à ressembler à mes héros des rings en me procurant le costume qui me fera rentrer dans la peau de ceux qui animent mes vendredis et samedis soirs télévisuels.…

Quel est le vêtement permettant d’identifier le catcheur ? Le slip.

Les esprits chagrins me diront : il existe des catcheurs en bermuda comme John Cena, en pantalon comme Rey Mysterio ou Shawn Michaels, en tenue old school comme l’Undertaker, voire même en combinaison de plongée comme cette andouille de MVP. Pour les femmes, la tenue basique reste le pantalon + haut décolleté « open bar », afin de dévoiler les superbes avantages des divas de la World Wrestling Entertainment (WWE). Pas de problème de ce point de vue-là, bien au contraire…

Mais moi, je suis un gars et je veux mon slip. Merde. Pourquoi ? Celui-ci comporte nombre d’avantages : tout d’abord, il est connu de tous qu’il est plus aisé de se battre en slip. La nudité des jambes accroit la souplesse des jambes, et améliore la dextérité, notamment lors des coups de pieds. Quoi de mieux qu’un slip pour asséner un bon gros big foot dans la face de l’adversaire ? Demandez à Triple H, Batista, Randy Orton et son gang du Legacy, JBL, CM Punk, adeptes de ce type de sous-vêtements… Je précise ici que le terme de « sous-vêtement » n’est qu’une dénomination pratique puisque leurs porteurs n’ont rien au-dessus ! Fin de la parenthèse : le fait de ne pas avoir de contrainte textile qui vous colle au genou reste donc un avantage considérable. Testé et approuvé, voici l’une des premières raisons d’un succès.

Mais ce n’est pas tout, on oublie souvent la plus-value du slip : sa puissance au quotidien face aux autres prédateurs sociaux. Le slip, un sous-vêtement idéal pour vivre « catch ». Bien dissimulé sous vos apparats quotidiens, il peut à tout instant être mis en évidence afin d’impressionner l’adversaire, qui se tapit dans tous les recoins de notre belle petite existence. « Tous les rapports humains sont des rapports de force », disait mon prof de socio. Alors, aux armes, citoyens ! Soyez prêts à tout moment à dévoiler le catcheur qui sommeille en vous ! N’hésitez pas à déballer le slip ! Pensez-y si vous réclamez une augmentation au patron pour faire tourner la négociation en votre faveur ! Ou pour une demande en mariage ! Ou que sais-je encore !

Pouvez-vous me citer un autre vêtement pouvant être porté discrètement comme une panoplie de super-héros, prête à l’emploi à tout moment ? Le pantalon ? Vous ne pouvez pas en mettre deux l’un par-dessus l’autre, à moins d’être sacrément tordu «vestimentairement» parlant. Et personne ne se bat en caleçon ou en robe de chambre pour des raisons de pudeur que le public comprendra sans nul doute : le catch est filmé sous toutes les coutures. Toutes. C’est pourquoi dans ce sport-divertissement, il n’y a pas d’équivalent au slip..

Et puis il y a les tenues « à l’ancienne », comme celles de l’Undertaker ou du Big Show. Ces dernières pourraient être portées à même la peau pour, par exemple, se rendre sur son lieu de travail et constituer un sous-vêtement. Ce serait un peu jouer sur les mots : il s’agit là d’un sous-vêtement intermédiaire. Le synthétique au contact de la peau laisse une impression assez désagréable, notamment si on s’approche de la ceinture. Hmmm ? Les deux colosses ont d’ailleurs bien compris ce désagrément qui pourrait leur être nocif en pleine baston, et je sais de source sûre qu’ils ont un slip en-dessous de sa tenue de combat : cette piste est donc à abandonner définitivement et confirme le présent plaidoyer.

A la lumière de l’ensemble de ces arguments, j’ai donc décidé de naviguer sur mes sites mercantiles préférés, Ebay, Priceminister et consorts afin d’acquérir l’un des précieux bouts de textile. Résultat des courses : des t-shirts, des casquettes, des manchettes, des figurines, des masques, et autres ceintures plaqué or. Mais force est de constater que l’objet slip de catch est absent des enseignes. Même sur le site de la WWE. Diable. Echec. Personnalité chancelante. Détresse. Le puritanisme est de mise. Pas une raison pour se laisser faire ! Le slip de catcheur ne doit pas appartenir à une élite, même respectée !

A ce stade, il n’appartient qu’à nous, camarades, de réagir… Réclamons notre part de rêve : donnez-nous des slips de catch !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.