Sorti la même semaine que le film de Cédric Klapisch et avec le même titre français, "Casse-Tête chinois" de Steven Seagal a suscité la polémique. Des rumeurs d'espionnage ont notamment entouré la sortie du film. Pourtant, après un visionnage en compagnie de Steven Seagal, Cédric Klapisch aurait retiré sa plainte et confié que le film était bien supérieur au sien et qu'il envisageait d'abandonner le cinéma pour se consacrer à la méditation.

Viktar et Daya n’en reviennent pas de la polémique qui a entouré la sortie du film de Steven Seagal. Les deux scénaristes indiens n’ont en effet jamais entendu parlé de Cedric Klapisch avant de se pencher sur l’écriture du scénario. Ce serait donc une coïncidence heureuse qui fait coïncider les deux scénarios où un homme voit sa vie personnelle bouleversée et se trouve obligé de quitter Paris pour New York, où il lui arrive des aventures. Viktar avoue d’ailleurs avoir principalement tiré son inspiration de l’affaire DSK.

Des mauvaises langues ont raconté que nous aurions plagié le scénario de Cédric Klapisch (sourire), on est même allé dire que je l’avais obtenu en piratant son ordinateur grâce à mes contacts à la NSA. Mais sérieusement, c’était plus simple de l’écrire directement “, confie Steven Seagal au magazine Variety. “Le plus étonnant, admet-il, c’est le titre du film. Au départ, l’action devait se dérouler en Suisse et s’intituler donc Le syndrome de Stockholm. Mais nous l’avons finalement intitulé Mad in Japan. C’est notre distributeur français qui a choisi le titre Casse-Tête chinois, mais je ne sais pas s’il s’agit d’une coïncidence ou d’un geste malicieux “.

1IMG_4904
Si le film n’est donc pas directement inspiré du cinéma de Cédric Klapisch, il reste un hommage subtil à la France et à toute une tradition cinématographique qui va de Claude Lelouche à Dany Boon. Pour Mad in Japan, Steven Seagal a d’ailleurs fait appel à plusieurs acteurs français. Le rôle de Xavier est tenu par Roman Duriss, un acteur de film pour adultes connu pour sa ressemblance avec Romain Duris et pour ses rôles dans La Verge espagnole et Les Poupées russes, deux hommages pour adultes au cinéma de Cédric Klapisch.

Romain a travaillé son premier rôle parlant avec abnégation. “Le plus dur, confie-t-il au magazine Variety, a été de reproduire le rire bête de Romain Duris. Il m’a fallu plusieurs mois de travail avec un coach de The Voice pour arriver à trouver le subtil équilibre entre bêtise et arrogance, c’est assez complexe, mais je pense que j’ai réussi car le jour de l’audition, Steven m’a dit que si je rigolais encore une fois comme ça, il m’en collait une “. A noter également que le second rôle féminin est tenu par Ayako Seagal, la propre fille du réalisateur.

Dans cette comédie romantique, Roman Duriss incarne Xavier, un trentenaire de 43 ans qui s’installe à New York pour retrouver ses enfants enlevés par sa femme après qu’il ait découvert qu’elle appartenait à un cartel colombien. Son chemin est semé de quiproquos, de chassés-croisés amoureux et de scènes de violence gratuite. Là où Steven Seagal surprend son spectateur, c’est dans son choix d’une fin tragique. En effet, au moment où il va embrasser Sun-Yu (interprétée par Ayako Seagal), le personnage de Xavier est violemment défenestré par le père de la jeune fille (Steven Seagal). Interrogé sur ce choix de faire basculer (sic) la comédie romantique dans la tragédie, le réalisateur a sobrement commenté: “Personne ne touche à ma fille “.

Voir le Teaser :

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.