A l’heure du zapping et d’internet, on a déjà largement assez d’infos sur les bouquins avant-même de les acheter. Alors à Gonzaï on a décidé de prendre en compte d’autres critères…

Au moment de caler une table pour pouvoir bouffer, un dilemme émerge : de quel bouquin ai-je le moins besoin ? Si je ne peux plus me baser uniquement sur la couverture, il va me falloir un nouveau critère. L’épaisseur devient alors l’argument majeur. Et puis, entre un revival un peu mou de 1984 (Les Assoiffées de Bernard Quiriny) et une très réussie galerie de personnages gravitant autour d’un immense chantier (La Naissance d’un pont de Maylis de Kerangal), le choix semble vite fait…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.