Boule Noire, concert privé de Gossip, Lundi 18 mai.

Ca commence mal. La gonze qui gère les listes est intransigeante:  "ce n'est pas

Boule Noire, concert privé de Gossip, Lundi 18 mai.

Ca commence mal. La gonze qui gère les listes est intransigeante:  “ce n’est pas exactement le nom inscrit sur ma liste je ne peux pas vous laisser rentrer”.

Mon nez commence a picoter, les larmes montent, ma voix chevrote, je crois que je ne verrais jamais la silouhette de la douce Beth Ditto, la dame est ferme, le pouvoir est entre ses mains. S’il n’était pas seulement conditionné par le hall d’entrée des salles de concerts, peut être que les choses se passeraient plus facilement, elle me laissserait rentrer tranquillement on se toperait dans la pogne en rigolant un coup ; malheureusement non… Tous les soirs cette femme rentre chez elle avec une nouvelle liste dans la main, une liste en plus qu’elle affichera au mur de sa chambre le regard vide en pensant à toutes ces personnes qu’elle a pu faire chier ce soir là à refuser l’entrée en secouant de gauche à droite sa petite tête de canard mal baisé.

Helas pour elle, les choses se passent bien pour moi. Un coup de fil, un mot du label, je rentre, lui lance un soupir, je ferme les yeux, je sens son coeur se nouer, ce n’est pas ma faute, j’aurais bien voulu moi aussi ne pas rentrer, j’peux pas l’encadrer ce groupe mais que veux tu cher canard, y a des choses qui sont au-dessus de notre volonté.

Je pénètre dans et y’a ce gars chelou, un photographe de concert, je le soupçonne de bosser pour Rock and Folk.

Il use d’une rare ingéniosité, peu pratiquée chez ce genre d’homme (ceux à la calvitie déviante), il profite de la creusée interne des deux pôles pour trancher direct sur le côté et laissé visible la dernière partie capillaire en se parant d’une paire de lunette à mi-chemin entre celle de Neo dans Matrix et de Léon dans… Léon. Un look passe-partout quoi, exactement le genre de mec qui pourrait avoir une fascination étrange pour les petites grosse à jabots. Bon après une demi-heure de concert d’un charmant groupe “punk rock” dont la chanteuse est un savant mélange de Be your own pet, de Yeah Yeah Yeah’s et de la petite shagasse de la classe de 1ere sur laquelle tu lorgnais toute l’année, Beth Ditto entre en scène, elle a des allure de la chenille dans Mille et une pattes au moment où elle se transforme en papillon. Ce bout de femme donc. On m’interpelle:

– “Plutôt bonne no ?”

– “Non”

– “Moi je la trouve tres jolie”

– “Quelle partie ??

– “Je sais pas moi je la trouve hyper cul “

– “Pardon..?”

Mis à part ça, le concert bah c’est cool la meuf possède une putain de coffre, elle défouraille bien sur scène même si ca reste du disco gay festif. Bon, la batterie ressembe a ça, la guitare c’est du genre à peu près le même genre et le bassiste ressemble à ca. Les fans, à quoi ils ressemblent? Réponse en dessous.

On se mordille le bout des lèvres en secouant de gauche à droite sa tête, en espérant peut-être qu’un gars en culotte short vienne poser sa main sur l’une de nos fesses fraîches (perso j’attendandais que ça…), les gouines exultent de plaisir tellement le chant de Beth est fort, la batterie puissante et la guitare excitante. L’ambiance est multi-sexuelle, c’est super gay je me laisse prendre au jeu et roule une pelle au grand black qui a reussi a distiller un peu de poppers dans mes narines dans un moment d’inattention. En sortant, j’apprends par la guichetière que Gossip sort un nouvel album: Music for men. Ca pouvait pas mieux tomber.

http://www.myspace.com/gossipband

  •  
  •  
  •  
  •  

21 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.