Comme tous les ans, Angoulême devient le hot spot incontournable pour tous les tripoteurs de crayons gris. Comme tous les ans, Maadiar s'exile dans sa cabane montée à la main - véridique - pour regarder les étoiles. A force de scruter le ciel, il a finit par trouver deux ouvrages à lire, plutôt que de patienter dans une énième file de dédicaces sans lendemain.

8 commentaires

  1. Je trouve qu’il y a toujours beaucoup de poésie dans tes dialogues, et ça me fait vraiment beaucoup rire. Et je kiffe particulièrement toute la perplexité du renard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.