Quand j’étais haute comme trois pommes, une tante dont le récit préféré était son évasion des camps, narrée à grand renfort de clopes et de whisky, avait une blague récurrente : « Café interdit aux coiffeurs, aux juifs et aux chiens ». Elle s’esclaffait avant même qu’on ait pu réagir car elle s’était aperçue que tout le monde tiquait sur les chiens, mais peu sur les coiffeurs et jamais personne ne trouvait à y redire sur les juifs. Quand un jour des Allemands s’éblouirent du vocabulaire teuton parfait de tante Nora, elle répliqua : “Treblinka”. Toujours est-il que la femme dont nous allons maintenant dresser le portrait est juive allemande, lesbienne et friande de chiens, du moins quand ils conduisent des rolls ou déteignent sur le corps humain.

Culte en Allemagne, Ulrike Ottinger, reste injustement méconnue en France où ses films n’ont pas été distribués, malgré des rétrospectives dans le monde entier (notamment au MOMA, au Centre Pompidou…). Cela ne l’empêche pas de sévir depuis 1972 en tant que peintre, photographe et surtout cinéaste et d’être toujours en activité à 75 printemps révolus.

Résultat de recherche d'images pour ""Ulrike Ottinger""
Freak Orlando-1981- Ulrike Ottinger. © Ulrike Ottinger

 

Ulrike Ottinger a réalisé 23 films, dont la moitié sont des documentaires narratifs ou des fictions documentant admirablement son époque comme sa mythique trilogie berlinoise : Aller jamais retour (1979), Freak Orlando (1981) et Dorian Gray (1984), sélectionnés aux Festival de Berlin et Cannes ou encore Countdown, sur les derniers jours du mur, invisible à ce jour – il en existerait une unique copie 35mm que la dame ne montre qu’à de trop rares programmateurs…

 

Chez la teutonne qui détonne, ça se pavane, ça déclame façon Werner Schroeter/Rainer Werner Fassbinder/Rosa von Praunheim, ses camarades de jeux circa 70-80 de la Deutsche Neue Welle (en VF : la Nouvelle vague allemande), dont elle partagea certaines égéries (les interprètes fétiches de R.W Fassbinder : Irm Hermann, Kurt Raab). Avec son ami Schroeter, le goût et le talent pour le baroque et la recherche obsessionnelle et passionnée de la beauté incarnée à l’écran par son actrice-phare : Magdalena Montezuma.

Outre, les égéries de Fassbinder et Schroeter, on compte parmi les habitués, de ses films la grande Delphine Seyrig tour à tour, sirène de Freak city, sœur siamoise adepte du kitsch, présentatrice d’un centre commercial spécialisé dans la promotion des mythes, Lady Windermere…

Freak Orlando – 1981- Ulrike Ottinger- Magdalena Montezuma pénètre Freak City dont
la sirène topless, Delphine Seyrig, est la gardienne. © Ulrike Ottinger

On voit aussi l’inénarrable Nina Hagen trinquer avec Tabea Blumenschein, co-réalisatrice des premiers films d’Ottinger, muse des débuts, qui fit partie début 80 du groupe culte berlinois Die tödliche Doris.

L’éblouissement des matelots bleus- 1975- Ulrike Ottinger- La muse Tabea Blumenschein.
© U.Ottinger

Veruschka, l’ex top-model (l’affiche de Blow Up c’est elle) et surtout transformatrice et body-artiste de génie, s’amuse tout comme Ottinger à se jouer des stéréotypes et attentes liés au genre. Avec Ulrike Ottinger, elle explorera plus avant ces détournements de stéréotypes en incarnant deux figures archétypales : Dorian dans Dorian Gray (1984) et Barbarella dans Prater ( 2007).

Plus sa filmographie avance, plus Ottinger s’éloigne : son avant-dernier film a été tourné en 2016 aux confins de l’Alaska et dure …douze heures.

Fassbinder disait être fan. Il devait d’ailleurs jouer un rôle dans Freak Orlando. Plus près de nous, on retrouve clairement l’influence d’Ulrike Ottinger sur Matthew Barney avec son Cremaster. Richard Linklater cite régulièrement Aller Jamais Retour comme un must see, soit l’histoire d’une buveuse mondaine incarnée par Tabea B. Enfin, Bertrand Mandico est un admirateur déclaré de la grande cinéaste impossible à cartographier : non seulement dans la sphère cinématographique (malgré ces accointances évoquées), mais aussi, littéralement. Plus sa filmographie avance, plus Ottinger s’éloigne : son avant-dernier film a été tourné en 2016 aux confins de l’Alaska et dure …douze heures.

Veruschka, aujourd’hui.

Ulrike Ottinger vient de tourner Paris calligrammes, un documentaire sur ses jeunes années dans notre aimable capitale, quand elle suivit le jour, les cours de Lévy-Strauss, Bourdieu, Althusser en auditrice libre à la Sorbonne, courant les galeries, happenings et autres lieux d’avant-garde des sixties, la nuit, copinant avec Godard, William Klein, Delphine Seyrig, Bulle Ogier, Jean-Jacques Lebel and co.

Elle continue d’exposer à travers le monde ses superbes photos, travaux préalables ou annexes à ses films, et Ulrike Ottinger est peut-être une des dernières (voire, l’ultime ?) représentante d’un genre en voie de disparition : le Art Cinéma. Impératrice impitoyable au sein de sa société de production créée début 70, elle régente d’une main de fer son œuvre et sa diffusion dont elle contrôle toutes les étapes.

Paris calligrammes (2018) d’Ulrike Ottinger (photo d’U. O en 1965 devant les Marx brothers) ©U.Ottinger

Depuis ses débuts, elle assure la sublime photographie de tous ses films. Quand elle ne supervisait pas les décors et costumes, c’est sa muse et compagne d’alors, Tabéa Blumenschein qui s’y collait. On remarque chez la Derek Jarman germanique, une prédilection marquée pour la toile cirée colorée qu’elle détourne génialement. Freak Orlando d’U Ottinger(1981)Delphine Seyrig & Magdalena Montezuma -© Ulrike Ottinger

Pourquoi ses films sont-ils si peu visibles ? Plusieurs hypothèses :

a) La dame veille sur son œuvre comme un dragon pyromane ?

b) Frilosité des distributeurs quant à une filmographie totalement inclassable ?

c) La dame dragon crache trop de feu et veut faire  trop cracher les diffuseurs ?

d) La dame dragon garde un château aux trésors qui ne se dévoilent qu’aux initiés ?

On va prendre cette tangente-là pour se perdre un chouïa dans son cinéma. A l’instar de Delphine Seyrig guidant Veruschka littéralement dans l’Underground, les bas fonds berlinois via les égouts dans sa version lesbienne 80s de Dorian Gray.

Résultat de recherche d'images pour ""Ulrike Ottinger" dorian"Donner à pénétrer dans l’antre du secret le mieux gardé de l’underground allemand, c’est suivre la rolls conduite par un chien dans le même Dorian Gray avec pour passager l’arrière : Dorian Gray alias Veruschka.

Une femme obèse trône devant l’entrée d’un parking; elle porte une robe lamé or. Dorian lui demande : «Avez-vous le « Sésame ouvre-toi» ?

La femme s’égosille d’une voix de cantatrice.
La porte du garage s’ouvre sous son chant.
La voiture parvient dans des dédales.
Dorian s’en extrait, puis s’enfonce dans les égouts.
Lentement, sûrement.

Faire un tour dans le monde souterrain et préservé d’Ulrike Ottinger c’est descendre sous terre, franchir les portes de Freak City, croiser des nains et géants devant le Stade Olympique, immortalisé par Leni Riefenstahl dans Les Dieux du Stade, quand l’Allemagne nazie y accueillait les Jeux Olympiques.

Freak Orlando(1981)- Freaks devant le Stade Olympique. © Ulrike Ottinger

Une traversée des pays de l’est en déréliction depuis la chute du mur, de coins retirés de Georgie aux folklores déliquescents, de cultures en voie de disparition dans la Mittel-Europa et dans des recoins reculés d’Asie. Des lieux condamnés à une forme de tabula rasa.

C’est aussi renoncer à sa perception rationnelle, lâcher son cerveau gauche, accepter une narration labyrinthique, s’y perdre avec joie.  C’est vivre de plein pied le message récurrent de Madame X (1977) : Aventures-Stop- Plein d’or-Stop-Amour-Stop.

Peut-on enfin espérer une sortie du désert, du moins une sortie salle française, vu que son dernier film, en cours de montage, Paris calligrammes, est une co-production franco-allemande ?

Pour en savoir plus sur l’artiste ô combien culte et occulte, se procurer ses films, c’est ici :https://www.ulrikeottinger.com/index.php/home.670.html  

Grâce au centre Simone de Beauvoir, un document précieux sur le tournage de Superbia, starring Delphine Seyrig, Irm Hermann : http://base.centre-simone-de-beauvoir.com/DIAZ-510-99-0-0.html

Interview d’Ulrike Ottinger : https://actu.orange.fr/societe/videos/l-anticonformiste-cineaste-allemande-ulrike-ottinger-VID0000001LXMB.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares