Février. Peu après les Césars mais peu avant la sortie de Ta Mère La Pute, pendant que la presse ne trouve plus assez de colonnes pour s’émerveiller de la polyvalence de Joann Sfar (auteur, dessinateur, réalisateur, emmerdeur), j’ai rendez-vous avec un dénommé Gilles Rochier, place Pigalle. Dans la brume matinale se tient un bonhomme mal fini aux yeux globuleux de fatigue, qui cultive la barbe de cinq jours et le Bombers à seule fin de ne pas avoir froid au fond de son ventre.

Rochier, ce type n’est pas un génie. Ni un gros vendeur. C’est un mauvais communiquant. Un inconnu qui n’a pas de film à son actif et se contente bien souvent de faire du fanzine. Il n’est même pas très doué en dessin. Mais il fait de la bande dessinée comme on l’attend d’un auteur : en vous descendant des sentiments directement dans la veine cave. Pour tout vous dire, il n’y a pas six jours que je connais son existence, c’était vraiment une suggestion pressante de l’éditeur. Le truc c’est que maintenant, je vais devoir vivre avec.

Tiens, tu dis « Ta Mère La Pute » ou « TMLP » ?

Euh je dis… ça dépend des gens ! Comme j’ai pas envie de les emmerder avec ça…

On voit tout de suite qu’il flippe un peu d’être là, de devoir répondre à des questions. Pas parce qu’il craint de se faire becquetter ou qu’on lui soutire des trucs intimes : parce qu’il a peur de mal répondre. De faire chier. Tels les petits enfants de Bashung qui disent d’accord pour prendre un verre mais ne restent qu’un instant, Gilles Rochier disparait par le balcon. Et les balcons ça le connait : TMLP raconte à la pointe du cutter une jeunesse de branleurs en banlieue. Planté entre Fabius et Platini, vous pouvez remballer les portables et 50 Cents, c’est pas La vie secrète des jeunes. Oui, il y a du sexe et de la violence, mais de la pire des façons. La prostitution en guise d’allocations ; le canif pour dire Tchao Pantin. Le truc qui a débouchonné mes angoisses de môme à coupe au bol enfouies depuis 20 ans. Sans dèc, pourquoi écrire Ma 6T va cracker quand on peut raconter une histoire de gosses ? Tirer la corde qui va du biclou au radiocassette pour faire vibrer le goût des BN et raviver la peur du pervers en imper. Merde, pourquoi je lui ai proposé Pigalle après ce qu’il a vécu ?

Posons un truc avant de continuer : TMLP, c’est de l’autofiction ou de l’autobio ?

(Il hésite) : Est-ce que c’est vraiment important ?

Pas comme lecteur, mais pour les questions qui viennent oui.

Bon, à partir du moment où j’ai fait le bouquin, je suis obligé de répondre. On va dire que c’est une autofiction. Et que dans ce cas précis, je suis autant l’enfant qui meurt que l’enfant qui poignarde. (Il bégaye) Je pouvais pas parler… C’est compliqué de… Parler de cette histoire sans penser aux autres. Comme je te l’ai dit, j’avais envie de faire chier personne avec ça, donc… Ouais, autofiction ça me va bien. Encore que. C’est une autobiographie si tu préfères, à 85,7%.

Souvent l’autobio est un manque d’imagination. C’est le quotidien, une facilité… L’autofiction c’est déjà plus une œuvre, une création.

Moi, Ta Mère La Pute, c’est tombé à un moment où je deviens père, responsable. J’habite en quartier, je bosse avec des mecs en prison [Il y monte des ateliers de BD – NDA]. Je suis face à la violence et à la précarité tous les jours. Et je suis assez fasciné par les actes, les mots et les conséquences. Comment quelqu’un en est arrivé à faire ça ? Tout se mélangeait dans ma vie ; je croisais des mecs en tôle qu’avaient rien à faire là, et des mecs qui avaient tout à faire là. Et puis cette adolescence qui évolue ; les mômes de maintenant n’ont rien à voir avec ce qu’on était. Bien avant toutes les cailleras et tous les mecs à casquettes. Moi j’ai connu les voyous en blouson noir qui se savataient pas mal aussi, mais ils n’étaient pas à dix sur un mec par terre non plus.

Le survête qui remplace le blouson noir, c’est ça que tu as connu.

Ah ouais. Nous on était en bande, mais on n’était pas les méchants. On était aussi insouciants. Les mômes maintenant ne sont plus insouciants…

Ça, il sait en parler de la banlieue. Il les aime, ses réverbères aveuglants, son béton recouvert de mosaïques, ses volets plastoc en accordéons. Ancien ouvrier lourdé comme dans un Ken Loach, Rochier regorge d’anecdotes sur les rapports de son père avec les dealers d’Ermont, le mec de Nanterre qui bute ses voisins because tapage nocturne ou le copain flic qui gagne moins que les gars qu’il arrête. Depuis, il a fait sa dépression et s’est reconverti dans la BD si on peut dire. En fait, en dehors du côté rap, avec sa mauvaise mine et sa sensibilité à fleur de peau, on croirait parler à un Daniel Johnston avec les pieds sur terre. Et puis le rap donc, puisqu’il cite Opéra Puccino et avale sa dose quotidienne de Joeystarr. Son idole. « En vieillissant je deviens comme les fans de Johnny tu sais, c’est flippant ! » Pourtant la plus grosse erreur serait de prendre TMLP pour un livre sur la cité. Zéro ! Pas de dénonciation, pas de politique. Aucune victimisation. Il en a juste fait son terrain de jeu. C’est un décor couleur parpaing sur lequel il pose des celluloloïds crades. Flous. Oui parce que si le dessin de Christophe Blain vous semble mal fini, j’ai une mauvaise nouvelle : il est plus accessible que celui de Rochier. Dessiner c’est juste un moyen de ne pas être interrompu.

Parle-moi de ton trait. Chargé, fouillé et fouillis, plus crédible que réaliste… Il y a ce footballeur là, il est clean mais le visage est flou, comme si tu ne le voyais pas.

Je suis pas un très très bon dessinateur, si on parle du milieu de la bande dessinée, je le sais. Je fais juste attention à bien l’exprimer. Après, c’est bourré de fautes de dessin. T’as des mecs qui sont dans le milieu, ils peuvent pas regarder mes dessins parce que c’est bourré de fautes, comme une dictée. Lesquelles ? Je sais pas, c’est ce que les mecs me disent. Dans le cas du footballeur, c’est une image que j’ai prise sur Internet puisque c’est Platini qui tire un coup franc contre je sais plus qui d’ailleurs. Mon crayonné était assez propre, on reconnaissait Platini, et au moment de l’encrage… j’y arrivais plus, ça n’allait pas. J’arrivais plus à faire ce visage correctement. Donc à un moment j’ai mes limites. Qui se règlent au fur et à mesure, mais bon à un moment, 2 yeux 1 nez 1 bouche ça fait un visage. Et puis à un moment, j’aurais pu rester six semaines de plus sur ce dessin.

Ah ouaiiis… Tu es long comme ça ?

Pas pour ça ; je suis long pour l’écriture de mes textes. Faut vraiment que ce soit comme l’écriture d’une chanson. Je retouche tous mes textes. Le dessin je sais que j’ai mes limites, parce que je suis pas convaincu, je sais que là ça va être pourri, que l’épaule est pas là, le coude il est trop haut… C’est pas grave, ça. On voit que le mec il va shooter le ballon. Quand je fais mes ateliers en prison, les mecs ils se pointent, ils dessinent comme un môme de trois piges, qu’est-ce que tu veux leur dire ? Tu dirais « Ton dessin il est pourri » ? Nan ! Du moment qu’il a pu m’exprimer ce qu’il voulait me dire dans la case, c’est tout ce qui m’intéresse. Moi je suis obligé de travailler tous les jours sinon je perds mon dessin. Vraiment, c’est pas pour me flageller. Si pendant trois jours je ne dessine pas, je suis en convalescence. Je fais un croquis le matin pour me réveiller la main si tu préfères. Et je les mets en ligne depuis deux ans sur Get Fresh. Je sais pas, j’en suis à 200, 300 ou 400.

Et ce choix de la bichromie ? [Rochier c’est du noir et blanc auquel se rajoute un remplissage brun-gris rétro mais jamais sépia – NDA]

Ca, c’est l’dée de Jean-Philippe Garçon [l’éditeur de 6 Pieds Sous Terre – NDA]. Pour deux raisons : on l’avait dit dès le premier jour et j’aime pas changer d’avis en cours de chemin, et mon dessin est encore trop pauvre pour y aller tout seul. Mon trait, mon style de dessin, il n’est pas pour tout le monde. Parce que j’ai un problème dans mes cases, c’est le rapport de masse. J’arrive pas à les équilibrer. C’est un truc qui m’obsède. Des fois je suis fasciné par certains dessinateurs qui sont dans le fanzine et qui ont une vraie facilité dans le rapport des masses, des placements, des droites, des noirs et des blancs… Là il y a des gens qui ouvrent et qui disent « haaa, haaa, c’est chargé mon Dieu. Ohlala, non » et puis qui le reposent. Je comprend hein. Mais quand tu regardes [Mattt] Konture, c’est quand même puissant ! Quand on parle des rapports de masse… lui il sait ! Moi pour l’instant je suis en travaux là-dessus. Donc c’est bien quand 6 Pieds veulent mettre une couleur en plus là-dessus, parce que ça calme la misère de mon dessin.

C’est pas la couleur la plus chaleureuse, mais ça arrondit pas mal de choses…

Au début je n’en voulais pas, de ce marron. Je voulais un bleu. Mais tu sais, c’est pareil je voulais un bleu pour que ça plaise à tout le monde. Et puis en fait Jean-Phi m’a dit « Nan faut faire quelque chose de plus urbain ». Il m’a sorti un marron et ça m’a rappelé la couleur de la terre de ma cité quand j’étais môme. La terre qu’on trouve sur les chantiers, mélangée au goudron. Pas finie.

En déroulant le lino de sa vie, je tique sur le nombre de phrases démentes qu’il peut sortir. Une verve entre Audiard et J-M. Gourio. Genre comparer Angoulême à « la coupe du monde de la bédé » et décorer son éditeur d’un « faire un bouquin chez 6 Pieds, c’est comme faire la Mecque une fois dans ta vie ». L’absence de figure porteuse chez son éditeur face aux célébrités de l’Association : « Tant mieux parce que tant que ça va bien on se jette des roses, mais après ça sent la merde ». Un petit tacle aux librairies, en passant : « Elles mettent des caméras de surveillance, mais c’est pas pour les mecs qui piquent : c’est pour vérifier les livres qu’étaient en devanture tous les mois tellement ça change ! Ton bouquin il a une espérance de vie de 11 jours. Après il y a un commercial qui se pointe et qui dit ‘on va vous mettre un grand truc avec le bouquin dessus’. Le mec il aurait pu vendre des photocopieurs à la place, c’était pareil… » Pour un grand sensible, c’est dingue le nombre de vannes que Rochier peut sortir. Une par minute. Et toujours cette réplique qui revient : « Nan mais j’ai pas le niveau moi. »

C’est marrant comme tu te dévalorises.

Nan nan, c’est pas me dévaloriser, c’est que je sais. Je connais les outils avec lesquels je travaille. Tout le monde adore mon dessin pas droit, donc je sais très bien ce que je peux faire. La seule chose à quoi je fais attention, c’est ma marge de progression. La différence de qualité du dessin d’un album à un autre, c’est ça qui m’intéresse. C’est tout. Le dessin c’est ma vie, mais ce n’est pas toute ma vie. Je suis autant influencé par la musique que j’écoute ou les mecs en bas de chez moi quand ils parlent d’une série à la con. Si tu veux, je joue au foot, je m’occupe de mômes, quand il fait beau je vais faire du cross dans la foret. Quand je me lève le matin je ne me gratte pas les couilles en me disant « Je suis un vrai auteur » ! Là ça fait 3 ou 4 ans que je dessine à temps complet chez moi, je me suis fait un bureau. Mais… Pour moi, tout ça c’est mystérieux.

Mais bon sang ça fait dix piges déjà que tu fais ça, tu as plein de fanzines et, quoi, 5, 6 bouquins ici et là…

Ah ouais les gens disent « ça y est, tu es dans le milieu » : nan nan ! Je suis pas dans le milieu du tout. Moi je trouve que je suis un intrus ouais, j’ai l’impression que quelqu’un va frapper à la porte, et va dire « maintenant c’est terminé ! Faut retourner à l’usine ! Arrêtez vos conneries, l’escroquerie est terminée. » Cela ne va pas apporter de l’eau à ton moulin, hein, mais… j’ai pas envie de me prendre moi ou mon entourage en otage en disant « Papa c’est un auteur, faites pas chier ». C’est le truc qui m’anime, ça ouais, c’est génial. Mais auteur… je ne sais pas. Si tu veux oui, parce que j’écris mes histoires et que je les dessine. C’est pas que je me mette en retrait de tout ça, du fonctionnement, des choses comme ça. Mais je trouve ça plus marrant de faire de la bande dessinée que d’en lire. Après, les fanzines, les travaux de Max de Radiguès, de Terreur Graphique… Ouais ! ça m’intéresse. Mais j’ai pas une étagère de BD à la maison.

En conclusion, il y a un bouquin que tu aurais aimé écrire ?

Moi ce que je veux, c’est monter sur scène avec Joeystarr. C’est le seul truc. Je veux juste vivre ça pendant 3 minutes. Sentir les basses comme ça, l’interaction avec le public. Le reste je m’en fous.

http://grandpapier.org/gilles-rochier/get-fresh
http://envraccity.wordpress.com/

5 commentaires

  1. « Il n’est même pas très doué en dessin »… Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire… Ce Rochier a un regard. Quand on achète son bouquin, c’est son regard qu’on achète. Pas ce qu’il montre, pas seulement en tout cas… C’est pour ça qu’il est précieux. Il est juste où il doit être. C’est pas un poseur…J’aime beaucoup… Bien à lui et que ses vœux s’exaucent…

  2. Elle déchire sa mère la pute cette interview. Ca change des éternelles chroniques musicales (non que j’ai qqch contre ça)

  3. TMLP, C’est triste mais c’est beau. ‘Tain, ça fait tout drôle d’acheter une BD. Trouvez-lui le 06 de Joeystarr, bordel !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.