Depuis quelques semaines, la critique musicale et culturelle s’affole comme un clebs frétillant de la queue devant son nonos : Roger Kasparian accède enfin à la reconnaissance qu’il mérite depuis 50 ans avec « Sixties », une exposition de photos classieuses sur la jeunesse yeah-yeah des années 60. Toujours à l’affût du bon plan business derrière ses lunettes noires, Philippe Manœuvre envisage déjà de raconter l’histoire de celui que l’on surnomme déjà « le Sugar Man de la photo rock ». Le photographe à la retraite s’en remet à son agent et reste on ne peut plus cool. Content de montrer son travail de jeunesse après une carrière moins glamour dans la photo de mariage, il nous a accordé un entretien entre ellipses et douce nostalgie en noir et blanc.

Le jeune Gainsbourg des années Saint-Germain, la beauté hiératique de Françoise Hardy aux Tuileries, Jagger gouailleur sur la scène de l’Olympia, ou encore Roger Daltrey à Pigalle fumant une clope au volant du magic bus déglingué des Who…  Ces clichés signés d’un jeune photographe parisien aujourd’hui âgé de 75 ans sont un peu l’Atlantide de la photo rock des sixties.

mariannefaithfullportraitok

L’exposition consacrée au travail de Roger Kasparian vient de se terminer à la SNAP Galleries de Londres.  Elle sera bientôt présentée à Lyon, puis à Paris en novembre, à la Velvet Galerie dans le cadre du festival « Photos Saint Germain des Près ». Celle-ci rassemble une trentaine de tirages inédits exhumés in extremis par Alexandre Stanisavljevic en 2011, parmi des milliers d’autres restés planqués depuis 1970 dans le studio photo poussiéreux de ce Montreuillois d’adoption, dont la famille arménienne a atterri à Paris dans les années 20 après le génocide. Drôle d’histoire que celle de cet éternel jeune homme aux cheveux blancs qui photographia l’essence des swinging sixties entre Paris et Saint-Tropez avant de sombrer délibérément dans l’oubli à la fin du mouvement yé-yé. Las du Rock’n Roll Circus, Roger préféra reprendre le studio de papa à Salut les Copains pour se consacrer aux portraits et à la photo de mariage pour le restant de sa vie: «le meilleur des apprentissages», assure l’intéressé. Passer des Who, des Kinks, de Van Morrison et de Françoise Hardy aux banquets de mariage… pour le commun des branchés cela ressemble à un bad trip sous LSD. Mais en homme « normal », Kasparian, lui n’y voit aucun mal, aucun mystère. C’est son histoire. Il la raconte simplement : «j’ai photographié des jeunes gens qui commençaient à peine à émerger dans la musique. A l’époque, j’étais pigiste, je n’avais pas de statut attitré comme Jean-Marie Périer l’avait pour le magazine Salut les copains. Je suivais les groupes anglais et américains en tournée à Paris depuis leur arrivée à l’aéroport du Bourget jusqu’à leur l’hôtel. J’assistais aux répétitions en studios ainsi qu’aux concerts. Quand tous ces groupes ont réellement connu le succès comme les Stones ou les Beatles, il était beaucoup plus difficile pour moi de les approcher ». Celui qui a très bien su approcher le photographe, c’est Alexandre Stanisavljevic devenu son agent en deux temps trois mouvements… non sans malice.
Roger l’appelle son « assistant ». La rencontre se produit il y a deux ans sur une brocante de vinyles parisienne. A l’époque, Roger court après le collectionneur Alexandre pour qu’il vienne jeter un œil à sa pile de 45 tours millésimés. Le rendez-vous est fixé quelques jours plus tard à Montreuil, chez le photographe. Encore aujourd’hui, Alexandre ne se remet pas des raretés qu’il a découvertes empilées dans des vieilles boîtes en carton. Parmi elles, de nombreux collectors Blue Note rangés dans une boite estampillée « Djazz ». Le collectionneur hallucine. « Vous savez que j’ai photographié John Coltrane lors de son concert à l’Olympia en novembre 1961 ? lui rétorque Kasparian « et puis aussi, Marianne Faithfull, Françoise Hardy, Serge Gainsbourg, les Who, les Beatles et j’en passe ». Abasourdi lorsqu’il découvre le travail photo de Roger, Alexandre qui s’attendait à trouver chez le retraité « au mieux, un ou deux disques de Johnny », le convainc de faire sortir ses vieux clichés de leur chambre noire. Entre 1962 et le début des années 70, le photographe a shooté toute la jeune scène parisienne yé-yé balbutiante et les groupes anglo-saxons venus en tournée à Paris, alors qu’il était pigiste pour l’émission Musicorama d’Europe 1. Largement de quoi envisager une exposition future et autant de catalogues. S’en suivront deux années de préparation pour sélectionner et tirer à l’identique les 37 photos qui composent l’expo « Sixties ».

thewhodaltreytourbusscanedok

Alexandre va financer les tirages avec des ventes à Drouot et décroche l’exposition à la Snap Galleries. La photo de Roger Daltrey assis dans son bus de tournée a tapé dans l’œil du galeriste britannique. Lancé sur orbite très récemment, le portraitiste semble avoir du mal à prendre conscience de la notoriété sur le tard à laquelle il accède aujourd’hui. Traces de café aux coins des lèvres, Kasparian enchaîne les interviews au café Marco Polo, près de Saint-Lazare, où il donne audience.

Il aurait pu être le petit frère d’Aznavour avec son physique d’Arménien old-school tiré à quatre épingles. Né d’un père photographe pour les studios Harcourt, le jeune Kasparian avait le Rolleiflex dans les gènes. Rien ne le prédisposait à côtoyer Jacques Dutronc, Ray Davis, Sylvie Vartan, Alain Delon ou bien Nina Simone dans les premières années des sixties. « Je me suis retrouvé en contact avec la vague yé-yé un peu par hasard. Ils avaient mon âge. En tant que photographe pigiste, j’avais besoin de sujets », se rappelle Kasparian. A 20 ans, l’apprenti photographe est d’abord appelé sous les drapeaux et se retrouve incorporé en Algérie où il restera trois ans. L’histoire démarre véritablement en Novembre 1961. Au cours d’une permission, il est admis à l’hôpital militaire du Val de Grâce duquel il espère ne pas repartir pour cette sale guerre qu’on appelait pudiquement à Paris « les opérations de maintien de l’ordre ». Il y rencontre Jean-Dominique Kieffer Turian, jeune incorporé qui tente lui aussi d’échapper à l’enfer. Quelques mois plus tard, de retour à la vie civile et se promenant dans la capitale, Roger retombe, par hasard, sur Jean Dominique au café le Petit Pont, dans le quartier de l’Odéon. Jean Dominique est maintenant journaliste pigiste pour le quotidien Paris Jour. Il est à la recherche d’un photographe avec une voiture. Ce soir là, Jean Dominique emmène Roger au Bana Club où se trouve Claude Chabrol en train de dîner. Roger prend quelques photos, et sa première image est publiée dès le lendemain dans Paris Jour. Les deux complices travailleront ensemble jusqu’en 1963, année ou Kasparian se lance en freelance.

sergegainsbourgpianoguitarok

En France, à cette époque, la musique à la mode ce sont les comptines neuneu de Sheila et Sylvie Vartan. L’insurrection rock de Mai 68 et le Street Fighting Man des Stones sont encore loin.
Les premiers sujets de Kasparian se nomment Johnny, Aznavour, Mireille Mathieu, Claude François, Dick Rivers et bien sûr la gracieuse Françoise Hardy. Roger fait du gringue à Johnny Stark, l’impresario de Hallyday qui va l’envoyer couvrir le mariage du rockeur et de Sylvie Vartan en 1965. Il se souvient de sa grosse voiture américaine. Le manager le prend en sympathie et lui propose de le suivre aux Etats-Unis où il part en tournée. Kasparian décline ! Le photographe en herbe préfère shooter les jeunes groupes qui débarquent à Paris et dont la musique inonde les pick up des chambres d’ados : Beach Boys, Rolling Stones, Beatles, Animals, Kinks, Spotnicks… « J’étais très exigeant avec les sujets que je photographiais. Je les dirigeais afin qu’il en ressorte la meilleure photo. Ils étaient comme de la pâte à modeler. Je me souviens que  Marianne Faithfull était totalement hagarde ».

Un travail d’orfèvre sur pellicule qui donnera naissance à des pochettes de disques pour Decca. « C’était un milieu nouveau. Je travaillais en freelance, pour des revues comme Bonjour les Amis ou Ciné Magazine. Je photographiais les artistes et j’allais ensuite proposer mon travail aux magazines et aux maisons de disques pour les pochettes. Comme je n’avais pas de média derrière moi, je devais proposer la meilleure photo, celle que les autres n’avaient pas, pour espérer la vendre ». Sourire aux lèvres, il poursuit : « Je me servais d’un Rolleiflex. Puis j’ai acheté un Nikon. Et un Bronica 6-6 avec un objectif 186 à 2,5 qui pesait bien un kilo. J’avais en permanence trois boîtiers autour du cou. A l’époque, il fallait faire de la couleur car elle démarrait et les magazines utilisaient la couleur pour leurs unes et pour certaines doubles pages intérieures. C’était un procédé nouveau qui me plaisait ». L’objectif de ce photographe instinctif : faire mieux que Jean-Marie Perier, Tony Frank et consorts. « Il fallait jouer des coudes, ruser tout le temps pour obtenir des rendez-vous avec les artistes ». A côté des vedettes pop anglaises, Roger Kasparian s’essaie également aux stars du jazz. Duke Ellington, Thelonious Monk, John Coltrane, Stevie Wonder se sont tous fait tirer le portrait à des concerts parisiens qui ennuyaient prodigieusement le reporter. Des anecdotes, Roger en a quelques unes. « J’ai essayé d’approcher Filipacchi qui était propriétaire de Jazz Magazine. Je suis allé au concert de Coltrane à l’Olympia en 61. Je m’y suis tellement emmerdé que je m’amusais à bidouiller mon appareil en appuyant sur tous les boutons. J’ai obtenu ma plus belle série de photos de jazz, même si au final, elles n’ont jamais été publiées dans Jazz Magazine ». Amusé, Roger se souvient aussi de Thelonious Monk dans sa chambre d’hôtel, massif comme un bodyguard, et sa femme Nelly toute petite, un long fume-cigarette aux lèvres. Entre deux gorgées de café, il s’étouffe dans un fou rire quand il évoque sa rencontre avec Stevie Wonder : « Sa maison de disques l’avait envoyé dans un hôtel miteux près de l’Olympia. J’ai eu de la peine quand je l’ai vu tout seul dans sa chambre avec ses lunettes noires allongé sur le lit. Je ne savais pas comment m’y prendre pour le photographier et vu qu’il ne me voyait pas, c’était problématique ».

jacquesdutroncokQuand on lui demande quel fut son plus beau coup, le photographe embraie illico sur l’histoire des chocolats. La photo qu’il a le plus vendue, c’est celle avec Romy Schneider et Alain Delon dans une clinique de Neuilly. A l’époque, il a plus ou moins entendu parler d’un tuyau pour un scoop à l’hôpital américain. Il s’y rend en se demandant qui et quoi il va bien pouvoir shooter. Quand quelqu’un lui demande s’il est le photographe de France-Soir, Kasparian opine du chef et se retrouve dans la chambre où Alain Delon est au chevet de Romy Schneider. « Qu’est-ce que je fais? » demande Delon à Kasparian. Roger a eu le temps de remarquer une boîte de chocolats  : « Donnez-lui les chocolats » et fait ses photos en vitesse tout en priant pour que le photographe de France-Soir ne se pointe jamais. « J’ai appelé la rédaction de France-Soir pour proposer les clichés. Le mec du service photo me dit « très bien, amène-les ». J’ai développé les photos et je me suis rendu rue Réaumur. Le type avait les pieds sur le bureau. De sa grosse voix il me dit « Qu’esse t’en veux ? » Hésitant, j’ai dit « 50 francs ». Il m’a dit, « Bon, laisse-les ». Le lendemain, ma photo s’étalait en une de France-Soir. J’ai rappelé car j’avais l’impression de m’être fait truandé. Le type m’a répondu « Si tu veux, j’ten donne 200 francs ». Tous les journaux européens m’ont ensuite appelé pour avoir cette photo. Mais j’avais un peu augmenté mes prix. »

C’est toute l’histoire de Kasparian. Il aurait pu être la rock star de l’argentique. Mais aujourd’hui encore quand quelqu’un l’appelle pour un portrait à 5 euros, Roger accourt avec son nouveau Nikon en bandoulière. L’amour de l’art en noir et blanc plutôt que celui des biftons. En feuilletant le catalogue de l’expo de la SNAP Galleries, on tombe sur ce cliché de Jacques Dutronc, 1968, clope au bec, dans les abattoirs de Vaugirard et on songe aux paroles de L’opportuniste… vraiment pas une chanson pour Roger, qui préfère les costumes bien mis aux perfectos et lunettes noires.

Exposition du 7 au 30 novembre 2013 à la Velvet Galerie à Paris

 

4 commentaires

  1. https://www.facebook.com/events/302023899999018/?ref=22
    Exposition : Les années yéyé par Roger Kasparian

    Du 15 novembre au 3 janvier 2015, la Bibliothèque Robert Desnos de Montreuil accueille une exposition de photographies de l’artiste montreuillois Roger Kasparian.
    Des clichés consacrés aux années « Yéyé » en France. Johnny Hallyday, Claude François, Françoise Hardy, Serge Gainsbourg….Roger Kasparian les a tous photographiés au début des années 60.
    Aujourd’hui rattrapé par la gloire internationale et le succès médiatique, il reste fidèle à sa ville natale et accroche ses photos, dont plusieurs sont inédites, sur les murs de la bibliothèque.

    Le vernissage de l’exposition ROGER KASPARIAN : les années Yéyé aura lieu le samedi 15 novembre à partir de 17h en présence de l’artiste.
    Visite commentée de l’exposition + Séance de dédicace du livre de Roger Kasparian « Archives inédites d’un photographe des sixities » (Gründ, 2014).

  2. Salut Roger !

    Tu fus témoin des sixties, et moi…témoin à ton mariage ! Dorénavant je vais marquer ça sur ma carte de visite,c’est valorisant.
    Il y a aussi plusieurs pochettes de mes disques Barclay qui trainent sur le Web et dont tu fis (clic-clac!) les photos qui m’optimisent…
    Je regrette que tu ne m’aies pas ajouté à ta longue liste de « vedettes » de l’époque.Mais comment t’en vouloir ?Je plaisante !
    Si tu viens à Lyon, sache que j’habite à 12 kms. de Tournus et que tu seras le bienvenu chez moi. Une occasion de se revoir blanchis sous le harnais depuis tant d’années.
    ..
    Amicalement, et surtout bravo pour ce réveil-Kodak.

    Le temps passe, l’amitié demeure intacte.

    Gérard D.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.