On a trop rarement l’occasion d’aller à Metz, d'admirer ses clochers et ses résidus de culture teutonne qui sentent bon les bruit de bottes et Papa Schultz. À moins que ce ne soient les occasions qui manquent, ou les bons festivals… Du 7 au 24 novembre, la ville fait tabula rasa avec une dix-septième édition qui place la musique du bon côté de la ligne Maginot.

Comme Gonzaï est vaguement partenaire de l’événement – entendre par là que notre logo est accolé aux supports de com’ moyennant l’assurance pour les programmateurs de faire sold-out grâce à notre street cred’ au moins au niveau de celle de Nico Prat – on s’est senti un peu obligés de nous faire l’écho de cette formidable initiative que sont ces Musiques Volantes de Metz, qui accueilleront cette année – et c’est pas rien – Zombie Zombie, The Soft Moon, Ty Segall, Here We Go Magic ou encore Egyptology, Buck 65 et Tristesse Contemporaine.

Passé jusque-là inaperçu sur nos radars pourtant branchés sur les basses fréquences, le festival des Musiques Volantes assurera en prime un tour de France qui, contrairement à Lance Armstrong, ne fait pas dans la gonflette. De Nantes à Poitiers en passant par Rennes ou Strasbourg, c’est le Nord de la France dans son grand ensemble qui aura, au mois de novembre, l’occasion d’oublier les jérémiades aux bras ballants du style « y a jamais rien de bien à côté de chez moi, de toute façon tout se passe à Paris et j’en peux plus de mon voisin du dessous qui écoute du reggae ». Moins surfait que le Pitchfork Festival, plus accessible que les Transmusicales de Rennes, un événement qui vous permettra peut-être d’oublier que C2C surfe triomphalement en tête des charts. Bon, on n’a pas de places à vous faire gagner pour cet événement mais, foi de morue, on y sera. Histoire de vous dire si les musiques étaient aussi violentes que décrites dans le fascicule.

Festival des Musiques Volantes, du 7 au 24 novembre à Metz (et ailleurs)
Programme détaillé sur la page Facebook du festival

2 commentaires

  1. (ah ah ah ! j’adore le lien comme ça en passant vers la vidéo de Nico Prat; édifiant) Sinon Metz c’est pas mal les gars, y’a même un Pompidou hé ouais !

Répondre à Sylvia Hanschneckenbuhl Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.