Des nuits complètes à absorber la TV, toutes les images à portée des yeux, l’expérience psychédélique ultime… Ou du moins la seul véritable pour notre époque. L’acide à été remplacé par des émissions creuses, peuplées de blondes vêtues de robes noires répétant les mêmes phrases durant des heures entières. C’est le cauchemar de Ray Bradbury à la sauce Fahrenheit 451. Puis l’ouverture des réseaux câblés a permis de voyager dans le temps et l’espace. Ainsi la TV est devenue le meilleur microscope pour disséquer le monde américain… via American Idol.

“LE TV CROCHET LE PLUS POPULAIRE AU MONDE” scande les chaînes de TV. Le phénomène nouvelle star américain est bien différent de sa déclinaison française. Aux USA, American Idol fait se déplacer des centaines de milliers de personnes dans chaque ville durant deux jours consécutifs. Des stades sont rempli à ras bord de personnes dont la majorité ont entre 16 et 25 ans, pas plus. C’est ainsi le plus gros échantillon possible pour se faire une idée de ce qu’est la jeunesse américaine de nos jours… et le résultat n’est pas vraiment glorieux.

1: La jeunesse américaine est malade.

Oui, au delà de l’obésité qui est tout sauf une légende urbaine, les jeunes américains ont une santé plus que douteuse. Beaucoup de candidats sont atteint de déformations physiques: des fronts prédominants, des gencives allongées, des dents pourries… Ceux qui échappent au surpoids (miracle) ont toutes les chances de se taper une grosse verrue en plein milieu de la figure. Et c’est d’autant plus remarquable chez la population blanche du nord des Etats Unis. Ainsi Seattle apparaît comme la plus grande ville de dégénérés de tout les temps.

Autre signe physique distinctif: des croissances hallucinantes. Les gamins de 16 ans sont de vrai colosse, approchent déjà le mètre quatre vingt quinze pour les cent kilos. Des Michael Jordan en puissance qui nous rappelle qu’ici en France nous sommes bien petits (certainement une question de nourriture).

American Idol n’est pas seulement la foire du trône moderne, c’est aussi le plus grand rassemblement de dépressif qu’il m’ait été donné de voir: la jeunesse américaine connaît des sautes d’humeur impressionnantes. Passant de l’euphorie suspecte aux pleurs en moins d’une seconde; la moindre remarque les perturbent, les insurgent. Cette population pleure toute seul, sans que l’on ne leurs dise quoi que ce soit. Un trop plein de stresse pas seulement dû à la compétition. Il s’agit ici de la génération qui s’est éveiller avec le 11 septembre, la menace terroriste à chaque coin de rue. Les nerfs sont à fleur de peau.

2: La jeunesse américaine est Raciste.

Et ce n’est pas une histoire de race. Non, les vieilles lunes ont à peu près réussi à se diluer dans une société multicolore. Ce qui est étonnant par contre, ce sont les remarques qui fusent à l’encontre de Simon Cowell, l’affreux membre du jury, l’odieux Anglais. Et au grand étonnement du téléspectateur -celui-ci est souvent invité à rentrer dans sont pays à cause de son vocabulaire – les choses allant même jusqu’à des “J’aimerais bien voir votre visa de travail, car j’ai pas envie de payer pour un connard comme vous”, ou encore “N’oubliez pas que ici vous n’êtes pas chez vous, et encore moins le bienvenu”. Les américains seraient-ilq encore gorgés de la fierté d’une révolution réussie ? Apparemment oui.

3: la Jeunesse américaine est prétentieuse.

Il y a d’énormes différences entre la nouvelle star que nous connaissons et l’American Idol: déjà le répertoire de chanson est essentiellement constitué de variété made in USA complément inconnue du public français; le jury montre un goût prononcé pour les gueulardes du genre Céline Dion qui confondent leur larynx et leur anus. Puis les candidats sont bien plus virulents. Les gens se présentent en sachant ouvertement qu’ils ne savent pas chanter. En fait, ils s’en foutent. Le tout c’est qu’ils pensent devenir “la prochaine star américaine”. “Prenez moi, le public votera pour moi parce que vous n’avez jamais eu quelqu’un comme moi dans cette émission”. Mieux encore: ” Ils m’auraient prit, ils auraient fait un max d’argent: les gens m’auraient adoré”. Face à cela, le jury est consterné, prenant en pleine face des tas de réflexion, l’index tendue et le “fuck” étant de mise pour tout les gens non acceptés.

American Idol est l’histoire des stars populaires américaines. Chacun y met son grain de sel, donnant vie de cette manière à un programme considéré aux USA comme une vrai affaire d’état.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.