(C) Gerard Love

Qui est Yves Adrien ? Certains diraient un ancien rock critic, un écrivain, un fantôme, une œuvre d’art, un fossile du passé qui date de l’Ancien Testament – celle d’avant le rap game. Dans ce premier épisode d’une nouvelle série intitulée Gonzaï Talk, tentons de retrouver sa trace en compagnie de Cédric Bru, auteur d’un étonnant livre à ce sujet : Le Mystère Yves Adrien.

Yves Adrien, toujours vivant et peut-être nous écoute aujourd’hui, n’était pas juste un journaliste ou critique culturel des années 70 et 80 du paysage français. C’était une sorte de prophète new wave et punk. Il a écrit quelques textes fulgurants dans les revues en papier glacées – sur Iggy Pop, la disco bizarre, le culte de Michael Jackson – mais il a surtout rédigé un manifeste futuriste et désormais culte : NovöVision en 1980.

Même mort, Yves Adrien reste un dandy, un esthète, un romantique sombre en blouson de cuir qui officiait dans le Paris des années 70 et 80, la nuit, autant à l’aise dans un milieu sale, bruyant et drogué que dans les milieux arty poudrés et branchés des discothèques comme le Palace..
Il n’est pas Vernon Subutex, c’est plutôt la décadence noire mixée avec la fureur de groupes de rock’n’roll anglais trop maigres. C’est aussi un anticonformisme, une icône mystérieuse qui a disparu des radars pendant des années puis réapparu… pour se volatiliser à nouveau. Il n’a jamais donné ce que le public attendait de lui et n’a jamais suivi les règles.

Cette part de mystère, Yves Adrien en est très conscient : il l’a construit pendant toute sa vie, peut-être au point de s’y perdre ? Dans ce premier épisode de Gonzaï talk, tentons dede retracer son parcours en compagnie de Cédric Bru – le premier à avoir écrit un livre au sujet d’Yves Adrien – qui me reçoit à domicile.

Cédric Bru, Le mystère Yves Adrien, aux Editions Séguier.

Le Mystère Yves Adrien eBook de Cédric BRU - 9782840498346 | Rakuten Kobo Suisse

4 commentaires

  1. Bah mort ouais pas mort pas mort pas mort ouais ouais pas mort mort mort ou pas mort wesh wesh wesh
    Ceci dit le rock indé c’est plus que ce sera! Je t’ai dit moi petit mec sur ta Mobylette ta clé à molette ça fait une chanson de Renaud putain de génie je suis
    La drogue au début ça fait du bien après c’est hyper mieux parce que tu le sais tu peux parler de tout à tout le monde mais avec modération

  2. « Il n’a jamais donné ce que le public attendait de lui  » : de quel public parle-t-on ?
    Celui des cinq critiques musicaux encore vivants qui le connaissait ?
    On sait bien que pour créer une légende on part d’un postulat souvent faux. Mais quand celui qui la propage est lui-même un fake….
    Allez bonne fêtes les guignoles..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

partages