Lire l'Article

LES « LOVE HOTELS » DE TOKYO
In the mood for love (hotel)

Lors de mon premier passage à Tokyo, j’ai mangé des sushis, photographié la foule traversant le passage piéton de Shibuya et j’ai ri des voix haut-perchées que prennent certaines Japonaises dans le but de paraître kawaii. Mais je suis passée à côté des love hotels (rabu hoteru en V.O.). A défaut, — et j’aurais dû comprendre à ce moment-là que mon couple bâtait de l’aile —, j’ai passé la nuit dans un cyber café.
Lire l'Article
Lire l'Article

LAETITIA
Intimité violée par un fan

Dans l’inconscient collectif masculin, Laetitia, papesse du porno amateur à la française, est indissociable des années 90, au même titre que les polos Eden Park, My Bloody Valentine et Hélène et les Garçons. Les attitudes empruntées, les coques capillaires des filles et les vestes croisées des garçons donnent un charme suranné à ses films, loin de l’esthétisme glacé des productions américaines et de la vulgarité affichée des vidéos hexagonales.
Lire l'Article
La playmate du mois
Lire l'Article

STUPRÉFACTION !
De sex-toys en dépression, l’algèbre du désir

Quand le redac’ chef m’a dit « fonce ! » sans deadline ni nombre de feuillets pour mon premier papier sur l’industrie des sex-toys, j’ai commencé par me dire qu’il était irresponsable. Comme parler de sexe m’avait toujours posé problème en période d’inhibition j’ai commencé par déboucher une bouteille pour trouver une amorce, avec Palahniuk pas très loin de moi. J’étais déjà en train d’écluser la fin de celle-ci au moment de commencer la rédaction quand me revint à l’esprit cette lettre que j’avais envoyée au curé de ma paroisse pour me faire débaptiser. Elle ressemblait plus ou moins à ça si mes souvenirs étaient bons.
Lire l'Article

GIRLS, I’D LIKE TO FECK
Petites culottes et féminisme

Que ce soit dans la librairie dans laquelle je travaille ou dans les endroits branchés de Melbourne, ça faisait un moment que je voyais cette annonce pour des photographies de nu. Peu original, son auteur déclare rechercher non pas des mannequins mais des filles à l’aise avec leur corps « pour un projet bien payé et fun ». Technique classique du pseudo-photographe libidineux qui a fait le tour du sex-shop de son quartier mais ne s’est pas encore résolu à se tourner vers les prostituées. Mais bizarrement, ça faisait aussi plusieurs fois que je voyais cette jolie fille toujours très souriante venir actualiser la date sur l’annonce affichée dans ma librairie…
Lire l'Article

CAP D’AGDE PARANO
Fear & Loathing in naked business

Avril 2008. Une curieuse diagonale me mène des Alpes à Lourdes, en faisant un étrange crochet par le Cap d’Agde. Au loin, le camp naturiste s’étend. Presque désert à cette époque, il a cet air de Coney Island fantomatique, en plus glauque, comme si une fête énorme avait eu lieu et qu’un tsunami avait emporté soudainement tous les convives. Restent ces barres d’immeubles concentriques typiques des années 70, ces échoppes biscornues et décaties, ces sols défoncés jonchés de détritus. Cette vision s’évanouit, plus loin, sur les dunes de sable et les kilomètres de plage. Il fallait revenir.
Lire l'Article