Prenez la plus célèbre chanson d’Ian Dury. Arrêtez-vous au premier mot. Voilà, vous y êtes.

Berlioz (pas le chaton aristo de Disney, l’autre) a dit un jour que « la musique est l’art d’émouvoir, par des sons, les êtres doués d’imagination ». Mais pas besoin d’être hyper doué.e pour avoir l’esprit en branle quand résonne aux tympans les fréquences feulées d’une meuf, d’un mec, ou les deux mélangé.e.s, prenant leur pied. Ça rugit, ça gémit, ça soupire, bref, on vous laisse faire vos propres images ; nous, on s’occupe simplement de la bande-son – en tâchant d’en foutre un peu partout, tant qu’à faire.

Voilà en tout cas une playlist bien ouverte et bien montée pour ambiancer vos lutinages en solo, en duo, en trio ou à bien plus nombreux si le cœur (et le cul) vous en dit ; on n’est pas regardants et, à vrai dire, on s’en bat les gonades force on-ne-compte-même-plus. Amusez-vous bien.

Quant à ceux et celles qui voudraient jouer les prolongations en dehors des clous de Spotify, on vous colle une dose de lascivité supplémentaire, avec les chaud.e.s du slip Donna, Bruno, Vanity et Jean, et leurs partenaires éventuel.le.s :

Donna McGhee ‎– Make It Last Forever (1978)

Bruno Nicolai – Autostrada per Los Angeles (1969)

Vanity 6 – Vibrator (1983, jamais sorti)

Jean Yanne – Coït (1975)

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.